Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

22 September 2012

Les Américaines pourraient faire la différence


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Ceux qui ont suivi attentivement les conventions nationales républicaine (fin août) et démocrate (début de septembre), auront été frappés par la place que les questions reliées aux femmes ont prise. Alors que les républicains cherchaient à faire de l'économie l'enjeu central de la campagne, les problématiques touchant les femmes, comme le droit à l'avortement, aux contraceptifs, aux assurances médicales et à l'équité salariale ont pris l'avant-scène dans la campagne. Depuis, différents observateurs se demandent comment les républicains pourraient combler le déficit qu'ils ont avec l'électorat féminin.

Faux pas républicains

Les républicains sont largement responsables de leur malheur. Après qu'ils se furent opposés pour des raisons religieuses à la politique de contraception d'Obama en janvier 2012, le débat aurait pu en rester là. Mais il en alla tout autrement. Sandra Fluke, une étudiante à la faculté de droit de l'Université Georgetown, devait témoigner pour le parti démocrate lors de l'audience sur la directive émise par Obama. Or, Darrell Issa, le président du comité, lui refusa le droit de parole. Le comité entendit ainsi que des « experts » masculins.

Mme Fluke a pu finalement témoigner devant des représentants démocrates. Elle a insisté sur l'importance de recourir aux contraceptifs, non seulement pour la régulation des naissances, mais aussi pour des raisons médicales. Elle a rapporté entre autres comment certaines de ses amies avaient besoin des contraceptifs pour éviter le développement de kystes. Son témoignage a reçu une large couverture médiatique.

Rush Limbaugh, un célèbre animateur de radio ultraconservateur, interpela Madame Fluke le lendemain de son témoignage, lui demandant pourquoi elle était si portée sur les relations sexuelles et pourquoi les contribuables devraient payer pour ses relations sexuelles? Il termina ses invectives en la traitant de « salope » et de « prostituée ». La sortie de Limbaugh créa un émoi national. Mitt Romney refusa de condamner les propos de Limbaugh. Mais Madame Fluke devint instantanément une célébrité.

Un nouvel incident survint à la veille de la convention républicaine. Le représentant Todd Akin, candidat au Sénat américain pour le Missouri, déclara dans une émission télédiffusée qu'une femme ne pouvait pas tomber enceinte à la suite d'un viol parce son système de reproduction empêche alors la fécondité. Par conséquent, si elle devenait enceinte, c'est qu'elle était consentante. Elle était donc tenue de porter à terme son bébé. Ces propos attirèrent l'attention nationale sur l'opposition des républicains au droit des femmes à l'avortement. Les propos furent considérés comme scandaleux. Même si Romney s'empressa de les désavouer, la question de l'avortement devint un sujet brûlant à la convention républicaine.

Ce qui rendait la déclaration d'Adkin si dommageable, c'est le fait que lui et Paul Ryan, le candidat républicain à la vice-présidence, entretenaient des liens profonds avec les chrétiens conservateurs. Ceci les avait amenés à parrainer un projet de loi interdisant l'avortement même en cas de viol ou d'inceste.

Le débat est important parce que d'une part, il peut inciter des femmes indépendantes à voter pour Obama et d'autre part, il peut stimuler les femmes démocrates à se mobiliser davantage.

Les républicains avaient donc un enjeu majeur que Barack Obama pouvait exploiter. Celui-ci s'empressa de se saisir de la question et redoubla ses efforts pour courtiser l'électorat féminin. Le président Obama pouvait déjà affirmer que la première loi qu'il a signée comme président était la loi Lilly Ledbetter sur l'équité salariale. Il pouvait aussi rappeler comment certaines mesures de son administration, dont la loi universelle sur la santé, accordaient des droits accrus aux femmes.

La convention démocrate permit à la campagne d'Obama d'intensifier ses appels à l'égard de l'électorat féminin. Une attention particulière fut mise à la sélection de plusieurs femmes comme oratrices, dont Michelle Obama et Jill Biden. Mais celle qui vola littéralement la vedette fut Sandra Fluke. En moins de dix minutes, elle électrifia la convention. Elle reçut plus applaudissements que l'ancien président Bill Clinton qui délivra pourtant le discours politique le plus percutant de sa carrière.

Après avoir rappelé comment les républicains avaient tenté de l'exclure du débat sur la contraception au printemps, Madame Fluke lança un vibrant appel aux délégués démocrates et au peuple américain. Elle affirmait qu'elle n'aurait jamais pensé que la présente élection allait devenir si personnelle. Elle expliqua ensuite comment elle était devenue consciente que des droits pour lesquels des générations de femmes s'étaient battues pouvaient être aussi facilement annulés.

Sandra Fluke nota ensuite que Mitt Romney et Barack Obama avaient des valeurs et des visions très différentes. Elle conclut son propos en déclarant qu'elle était fière d'appuyer la candidature de Barack Obama parce qu'il s'était engagé à reconstruire l'économie sur la base de l'équité et l'opportunité pour tous, hommes ou femmes. Son discours attira de nouveau des attaques virulentes de la part des commentateurs conservateurs.

Dans la foulée des incidents de la dernière année, Sandra Fluke émergea comme un symbole de la cause féminine. Limbaugh et Adkin permirent aux démocrates d'accoler aux républicains l'image qu'ils étaient engagés dans « une guerre contre les femmes ». Entre-temps, le président Obama invita Sandra Fluke à participer à sa campagne pour témoigner de sa position en faveur des droits des femmes.

L'importance du présent débat n'est pas dans l'augmentation substantielle qu'Obama peut réaliser au sein de l'électorat féminin. Après tout, les gains ne peuvent être que marginaux. Les chances que les femmes républicaines décident de voter pour Obama sont minces. Le débat est important parce que d'une part, il peut inciter des femmes indépendantes à voter pour Obama et d'autre part, il peut stimuler les femmes démocrates à se mobiliser davantage. Finalement, le présent débat permet aux démocrates de mener une campagne où l'on parle d'autres questions que celle de l'économie.

L'élection de 2012 promet d'en être une très serrée. Jusqu'à maintenant, Obama a démontré qu'il était meilleur que Romney en stratégie électorale. Les deux sont engagés dans une campagne où tous les votes comptent. L'appui qu'Obama obtient de l'électorat féminin pourrait bien faire la différence.



Dernière modification: 2013-03-19 08:59:05

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016