20 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 novembre 2012

La victoire technologique de Barack Obama


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

À la grande surprise de Mitt Romney et des républicains, Barack Obama a réussi à remporter une victoire convaincante le 6 novembre dernier. Sa victoire repose sur l'appui de 95 % des Afro-américains, de 71 % des Latinos, de 60 % des jeunes de moins de 40 ans et de 55 % des femmes. En regardant les résultats et les politiques énoncées par Obama au cours des 12 derniers mois, Mitt Romney a conclu qu'Obama avait gagné parce qu'il avait su acheter le vote de ses partisans. Mais cette explication est un peu simpliste.

Il y a un aspect que l'on oublie trop facilement : l'organisation sur le terrain. Barack Obama a gagné parce qu'il disposait d'un avantage technologique sur son adversaire qui a permis à sa campagne de cibler les électeurs potentiels et de faire sortir son vote.

En 2008, l'équipe Obama a transformé les campagnes électorales en recourant sur une large échelle à internet comme moyen de rejoindre les électeurs, collecter les fonds et contrer la publicité négative. De plus, l'équipe Obama était la première à utiliser YouTube et les médias sociaux comme Facebook ou Twitter. Elle avait pu ainsi transformer des millions de partisans en une armée de bénévoles.

En 2012, l'équipe Obama a largement raffiné les méthodes employées en 2008. Par exemple, deux millions de personnes étaient inscrites en 2008 sur le site de Barack Obama sur Facebook. En 2012, ils étaient 33 millions. De plus, l'équipe Obama utilisa Facebook sur une large échelle comme moyen de faire sortir le vote et de soutenir les efforts des bénévoles sur le terrain. Les organisateurs de la campagne d'Obama affirment avoir pu ainsi convaincre une personne sur cinq qu'ils avaient contactée par Facebook de devenir bénévole pour Obama.

En dépit des éloges que les organisateurs de la campagne d'Obama avaient reçus pour leurs innovations high-tech, la campagne de 2008 avait souffert de faiblesses majeures. Les organisateurs disposaient d'un trop grand nombre de bases de données qui n'étaient pas reliées entre elles. Les bénévoles sur le terrain disposaient de listes différentes de celles des personnes effectuant des appels téléphoniques ou collectant des fonds. Les différents secteurs ne se partageaient pas les informations.

220 millions d'Américains fichés

Au début de 2011, l'équipe d'informaticiens et d'analystes de la campagne Obama, cinq fois plus grande que celle de 2008, a conçu un système « informatique en nuage » fonctionnant sur le service Amazon. Ce système a permis de fusionner quelque 200 programmes différents comprenant entre autres un tableau de bord, les listes téléphoniques, le site internet de la campagne, le traitement des dons, etc. Des données disparates provenant de firmes de sondages, de groupes de consommation, de collecteurs de fonds, de bénévoles sur le terrain et de contacts au sein des médias sociaux étaient ainsi réunies dans une base unique. Les nouvelles données recueillies chaque jour étaient jointes au mégafichier. À la fin de la campagne, l'équipe Obama disposait ainsi des informations sur 220 millions d'Américains.

Mais encore fallait-il savoir comment utiliser cette immense base de données. Ce mégafichier ne disait pas comment contacter les électeurs et attirer leur attention. L'équipe Obama a du développer des tests permettant de prédire comment différents types d'électeurs répondraient à différents types d'appels ou de contacts personnalisés. Il devenait important de bien connaître le portrait des électeurs dans chaque quartier et même dans chaque rue pour leur associer des bénévoles appropriés. L'équipe Obama procéda à une vaste modalisation à travers tous les États-Unis. Cette priorité fut mise au centre de toute la campagne.

Dans le processus, rien n'était laissé au hasard. Les donateurs potentiels étaient identifiés et contactés, comment le furent les bénévoles potentiels, les électeurs désirant voter par la poste ou par anticipation. Des facteurs aussi déterminants que l'âge, le sexe, la race, le quartier et l'allégeance politique passée étaient pris en compte. Alors qu'en 2008, l'équipe Obama avait joint 69 millions d'Américains, ce furent 125 millions d'électeurs potentiels qui furent identifiés, contactés et incités à aller voter en 2012. L'équipe d'Obama contacta deux fois plus d'électeurs que celle de Romney. Dans certains états où la lutte était serrée, la différence était de trois à un en faveur d'Obama. Mais la qualité des contacts était encore plus importante que la quantité.

Appuyés par les informations contenues dans le mégafichier, les bénévoles travaillaient en collaboration avec les équipes sur le terrain dans chaque quartier. Avant d'appeler ou de contacter personnellement un électeur, l équipe locale s'assurait que le bénévole en question possédait un profil similaire et des expériences de vie semblables à celles de la personne à être contactée. Le bénévole pouvait être ainsi plus persuasif.

L'équipe Obama a été ainsi en mesure, dans un environnement qui bouge constamment, de concevoir une approche s'ajustant aux problèmes quotidiens d'une campagne électorale et d'élaborer des solutions appropriées. Le premier objectif était de ramener au bercail les personnes qui avaient appuyé Obama en 2008, mais qui avaient depuis abandonné son camp. Le deuxième objectif fut de cibler les indépendants. Le troisième objectif consistait à faire sortir le vote par anticipation pour libérer les bénévoles le jour du scrutin afin qu'ils contactent les indépendants ou les indécis.

En somme, la stratégie de la campagne d'Obama a pu contrer la diminution d'enthousiasme survenue chez ses partisans depuis 2008. En dépit des soubresauts de la campagne en octobre, le camp Obama, grâce aux informations fournies par le mégafichier, gardait confiance. Le camp Romney a sous-estimé le jeu au sol de l'équipe Obama. L'élection de 2012 démontre qu'en politique, l'ère des mégafichiers est arrivée.



Dernière modification: 2013-03-19 08:28:06

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019