7 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

10 novembre 2012

La classe moyenne : un poids lourd ?


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Réélection au Canada d’un gouvernement libéral minoritaire

octobre
2018
Légalisation du cannabis au Canada

octobre
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

mai
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

octobre
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

octobre
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

janvier
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

novembre
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

septembre
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

juin
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

octobre
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

octobre
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

octobre
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

juin
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

novembre
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

Depuis une vingtaine d'années, la classe moyenne occupe une place de choix dans les débats de société, notamment dans les débats électoraux. Elle en est devenue le centre, voire le coeur, lorsqu'il s'agit de stratégies à déployer de la part des formations politiques en confrontation, et particulièrement lorsqu'il est question de fardeau fiscal. On l'a clairement vu lors des présidentielles françaises cet été, au Québec, en septembre dernier, et, tout récemment, lors de la campagne présidentielle aux États-Unis. Tous convoitent vivement cette classe et se présentent comme ceux qui en seront les vrais et ardents défenseurs. Mais qui est au juste la classe moyenne et pourquoi est-elle si convoitée?

La classe moyenne?

D'entrée de jeu, une précision s'impose : il est délicat de définir de manière uniforme les contours de cette classe moyenne, tellement elle représente des réalités différentes. D'ailleurs, lorsque cette question est soulevée, la réponse demeure souvent contextuelle. On se contentera, ici et là, de dire que la classe moyenne est une sorte de terme générique qui réfère aux contribuables dont les revenus se situent entre les groupes à faibles revenuset ceux à revenus élevés. Parfois, on s'accrochera sur le fameux 30-50-20 : c'est-à-dire qu'une fois la population divisée en tranches de revenus de 10 % (déciles), on isole les 30 % des revenus les plus faibles et les 20 % des revenus les plus élevés. Les 50 % entre les deux groupes représenteraient la classe moyenne.

Mais il existe une méthode plus objective, qui semble faire de plus en plus consensus. Cette méthode, utilisée au Québec, au Canada et même en Europe, définit la classe moyenne comme la catégorie de ménages gagnant entre 75 % et 150 % du revenu médian. Par exemple, au Québec, le revenu médian (après impôts) pour une famille économique de deux personnes ou plus s'établissait à 58 100 $ en 2010, selon les dernières données publiées par Statistique Canada en juin dernier. Ce qui veut dire que pour cette catégorie de ménages, ceux qui ont un revenu se situant entre 43 575 $ et 87 150 $ feront partie de la classe moyenne. À titre de comparaison, pour cette même catégorie de familles, le revenu médian au Canada s'établissait à 65 500 $, en Ontario à 69 300 $ et à 78 100 $ en Alberta. Donc, la classe moyenne, pour ce groupe, se situe au Canada entre 49 125 $ et 98 250 $, en Ontario entre 51 975 $ et 103 950 $, alors qu'en Alberta, elle s'établit entre 58 575 $ et 117 150 $ (toujours après impôts). C'est tout dire du caractère éclaté de cette catégorie de revenus et de la prudence dont il faut user, surtout lorsqu'il s'agit de faire des comparaisons internationales (ou même nationales).

Une classe coincée

Cette catégorie de contribuables est intensément ciblée par les décideurs politiques. Premièrement, sur le plan politique et social, la classe moyenne représente un baromètre très fiable pour évaluer la nature, l'ampleur et la justesse des demandes et revendications populaires. Chez les partis politiques, c'est elle qui représente le mieux ce très recherché « électeur médian ». Sur le plan économique, elle constitue, sur un marché, une masse de consommateurs substantielle ainsi qu'une source d'épargne non négligeable. Enfin, sur le plan fiscal, c'est une catégorie de contribuables captifs (ni assez pauvres ni assez riches pour pouvoir profiter de certains allégements fiscaux), une manne de revenus stable, et enfin, un atout majeur dans la composition de l'assiette fiscale de l'État.

C'est justement sur ce dernier plan que la classe moyenne se trouve plongée dans une position intenable : elle est coincée entre des classes plus fortunées qui ne veulent pas contribuer davantage (et qui souhaiteraient même moins contribuer dans certains cas) et des classes plus démunies qui réclament le même niveau de services et de prestations (et même plus dans certains cas). Au milieu, il y a cette classe moyenne, qui se sent tout simplement écrasée et étouffée.

L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a clairement souligné cette réalité à l'occasion d'un forum tenu à Paris au mois de mai dernier sous le thème « De l'indignation et l'inégalité à l'inclusion et l'intégrité ». Durant ce forum, l'OCDE a lancé un cri d'alarme aux décideurs politiques des États membres afin qu'ils trouvent des solutions pour desserrer l'étau autour de cette catégorie sociale « pressurée ». On y affirme : « Dans les sociétés occidentales, la classe moyenne constitue la clé de voûte de la croissance et de la stabilité. () Elle connaît actuellement de grandes difficultés en raison de la stagnation des salaires, d'une forte imposition () Ses membres se sentent abandonnés et leur confiance, que ce soit dans les marchés financiers, dans les pouvoirs publics ou dans l'avenir, a été bien entamée ».

Une classe à épargner

En ce sens, il faut rester vigilant face à l'ampleur des sacrifices qu'on exige de cette classe, notamment pendant ces années de turbulences économiques que nous traversons. Car la classe moyenne, faut-il le rappeler, représente le symbole de la possible cohésion sociale et de l'espoir d'aplanissement des inégalités dans la société. Si l'effritement (ou le recul) relatif qui la touche devait se poursuivre (ou s'intensifier), c'est cette cohésion même qui serait menacée.

C'est un scénario qu'il faudra éviter, car cela signifierait le retour à une société en sablier : deux classes bien distinctes dont une prospère pendant que l'autre [dés] espère.



Dernière modification: 2013-03-18 10:49:18

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une légalisation du cannabis au Canada qui n'a pas causé de tempête
>novembre 2019


La planète s'invite… à la campagne électorale fédérale du Canada
>octobre 2019


Élections ontariennes 2018 : défaite historique des libéraux et reconstruction
>septembre 2019


Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?
>février 2019


Un avenir incertain dans les relations canado-américaines
>octobre 2018


Markham : capitale canadienne des hautes technologies
>septembre 2018


Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis
>février 2018


La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent
>décembre 2017


Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?
>octobre 2017


Un changement de couleur en Colombie-Britannique!
>octobre 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019