Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

5 March 2013

Présidentielle américaine : Gary Johnson, candidat libertarien dans l'ombre


Émilie Diboma Dikaha
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le 6 novembre 2012, le démocrate Barack Obama et le républicain Mitt Romney n'étaient pas les seuls candidats en lice au poste de président des États-Unis. En effet, des candidats moins populaires concouraient à leurs cotés comme Virgil Goode du Parti constitutionnel, Jill Stein des Verts, Rocky Anderson du Parti de la justice et Gary Johnson du Parti libertarien. Ces partis indépendants, ou souvent appelés « Tiers Partis », comptabilisent à eux quatre moins de 3 % du vote national total (1).

Un candidat au parcours atypique

Gary Johnson est un homme d'affaires accompli, ayant réussi dans le domaine de la construction au Nouveau-Mexique, où il employait plus de 1 000 personnes. Il a revendu son entreprise pour près de 10 millions de dollars US (2).

Johnson s'est lancé sans la moindre expérience politique, en 1994, dans la course au poste de gouverneur de l'État du Nouveau-Mexique. De 1995 à 2003, il gouverne cet État sous la bannière du Parti républicain (3). D'après Joël Stein du Time Swampland, Johnson est parvenu, au cours de son mandat, à éliminer le déficit et à dégager un surplus budgétaire au Nouveau-Mexique (4).

Durant les élections primaires républicaines, en avril 2011, il décide de se présenter comme candidat afin de porter les intérêts libertariens au devant de la scène. Toutefois, sa candidature est écartée de la majorité des débats, ce qui l'empêche de gagner plus de soutien électoral (5).

L'échec de sa campagne sous la bannière républicaine le mène à considérer une candidature aux couleurs du Parti libertarien. C'est pourquoi, le 28 décembre 2011, Gary Johnson abandonne le Parti républicain et devient, le 5 mai 2012, le candidat du Parti libertarien à l'élection présidentielle américaine (6). A 59 ans, ce sportif confirmé, qui a déjà gravi le mon Everest (7), est persuadé qu'une nouvelle alternative politique existe aux États-Unis en dehors du choix entre Parti démocrate ou républicain.

Un programme à la fois conservateur et avant-gardiste

Gary Johnson et son vice-président James P. Gray représentent le Parti libertarien, militant pour une intervention minimale du gouvernement et des libertés civiles maximales.

Comme l'indique Benjamin Vokar du site Electionsusa2012, Johnson est très conservateur au niveau fiscal et voudrait diminuer les dépenses fédérales de 43% (8). Il prévoit notamment de réduire l'émission de monnaie de la Banque fédérale américaine et de réduire la sécurité sociale, ce qui rééquilibrerait le budget en moins d'un an (9). De plus, le Parti libertarien prévoit d'éliminer les taxes aux entreprises et les impôts sur le revenu qui, selon lui, entravent la relance de la consommation américaine.

Le programme libertarien veut également mettre fin au contrôle du fédéral, dans le domaine de l'éducation, en fermant son Département d'éducation. Ainsi, les libertariens prônent le contrôle local des écoles par les États et les parents d'élèves, afin d'avoir la liberté de choisir l'utilisation des fonds alloués aux différents programmes d'éducation (10).

En termes de libertés civiles, Gary Johnson avance qu'il se démarque complètement des républicains et qu'il va bien au-delà des propositions démocrates (11). En effet, il demande l'arrêt de l'utilisation généralisée des scanners corporels, dans les aéroports, pour mettre fin aux violations de la vie privée. De plus, Johnson veut un gouvernement neutre sur les questions d'avortement, de mariage homosexuel et de pratiques religieuses, appartenant au domaine privé (12).

À un autre niveau, Johnson est pour une politique étrangère pacifique, ce qui inclut un retrait des troupes américaines en Afghanistan et en Irak. Il prône l'arrêt de l'utilisation de la torture sur les prisonniers de Guantanamo Bay (13). Il exclut également une éventuelle intervention militaire en Iran (14).

Enfin, les libertariens s'opposent fermement à toutes restrictions sur la possession d'armes à feu et se réfèrent à l'immuable 2ème amendement de la Constitution américaine (15). Quant à la consommation de marijuana, le programme libertarien propose une réforme dans le but de la légaliser et de la réguler sous les mêmes conditions que l'alcool (16).

Des résultats en hausse pour le Parti libertarien

Le candidat libertarien Gary Johnson était présent lors du scrutin présidentiel du 6 novembre 2012, sur les listes électorales de 48 États ainsi que du district de Colombia (17). Il a alors effectué le meilleur résultat jamais obtenu par un candidat du Parti libertarien à l'élection présidentielle américaine (18). Avec 1 275 804 votes, soit 0,99% du vote populaire, Johnson s'est imposé comme le « troisième homme » de ces élections présidentielles 2012 (19).

Il n'a pas conquis d'État mais a devancé, de loin, les résultats des autres candidats indépendants qui, combinés, n'atteignent pas la moitié du score des libertariens. Gary Johnson a obtenu de très bons résultats dans plusieurs États, notamment la Californie avec 1% des votes, le Texas avec 1,1%, l'Indiana avec 1,9% ainsi que 1% des votes en sa faveur dans l'Illinois (20).

En outre, malgré un système électoral favorisant le bipartisme, le candidat Gary Johnson a su porter haut l'étendard des principes libertariens, ce qui a permis à ce parti de faire le meilleur score de son histoire et d'offrir une nouvelle alternative, bien que modeste, aux électeurs américains.




Références:

(1) HARRINGTON, Gerry. « Libertarian Party buoyant; Greens hopeful », United Press International, [en ligne], 8 novembre 2012, http://www.upi.com/Top_News/US/2012/11/08/Libertar... consulté le 3 mars 2013.

(2) SCOTTI, Christina. « Who in the world is Gary Jonson and why don't you know about him ?», Fox Business, [en ligne], 26 septembre 2012, http://smallbusiness.foxbusiness.com/entrepreneurs... consulté le 3 mars 2013.

(3) GARYJOHNSON.COM. « Governor Gary Johnson bio », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/about, consulté le 3 mars 2013.

(4) STEIN, Joel. « Who is Gary Johnson? And why is the GOP so mad at him? », Time Swampland, [en ligne], 1 novembre 2012, http://swampland.time.com/2012/11/01/who-is-gary-j... consulté le 3 mars 2013.

(5) WING, Nick. « Gary Johnson: I think Obama's going to win », The Huffington Post, [en ligne], 11 mai 2012, http://www.huffingtonpost.com/2012/11/05/gary-john... consulté le 3 mars 2013.

(6) RAPOZA, Kenneth. « Libertarians tell voters to "waste vote" on their pres candidates Johnson », Forbes.com, [en ligne], 31 octobre 2012, http://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2012/10/31/l... consulté le 3 mars 2013.

(7) STEIN, Joel. Op. cit.

(8) VOKAR, Benjamin. « Gary Johnson passe dans le camp libertarien », [en ligne], 28 décembre 2011, http://electionsusa2012.wordpress.com/category/can... consulté le 3 mars 2013.

(9) GARYJOHNSON2012.COM. « Spending and the deficit », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/issues/spending-and... consulté le 4 mars 2013.

(10) GARYJOHNSON2012.COM. « Education », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/issues/education, consulté le 4 mars 2013.

(11) MARTIN, Michel. « Gary Johnson offers third choice in 2012 elections », NPR.ORG, [en ligne], 21 juin 2012, http://www.npr.org/2012/06/21/155504668/gary-johns... consulté le 4 mars 2013.

(12) GARYJOHNSON2012.COM. « Civil liberties », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/issues/civil-liberties, consulté le 4 mars 2013.

(13) GARYJOHNSON2012.COM. « Foreign policy », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/issues/foreign-policy, consulté le 4 mars 2013.

(14) MARTIN, Michel. Op. Cit.

(15) GARYJOHNSON2012.COM. « Gun rights », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/issues/guns-rights, consulté le 4 mars 2013.

(16) GARYJOHNSON2012.COM. « Drug policy reform », [en ligne], http://www.garyjohnson2012.com/issues/drug-policy-reform, consulté le 4 mars 2013.

(17) LIBERTARIAN PARTY. « 2012 ballot access », [en ligne], http://www.lp.org/2012-ballot-access, consulté le 3 mars 2013.

(18) ROGERS, Alex. « Q&A: Gary Johnson on his failed presidential bid and what's next », Time Swampland, [en ligne], 9 novembre 2012, http://swampland.time.com/2012/11/09/qa-gary-johns... consulté le 4 mars 2013.

(19) PROCONS.ORG. « 2012 election results », [en ligne], 22 janvier 2013, http://2012election.procon.org/view.resource.php?r... consulté le 4 mars 2013.

(20) FEDERAL ELECTION COMMISSION. « Official 2012 presidential general election results », State elections offices, [en ligne], 17 janvier 2013, http://www.fec.gov/pubrec/fe2012/2012presgeresults.pdf, consulté le 4 mars 2013.

Autres références

TRIPPI, Joe. « Why Gary Johnson could cost Obama or Romney a win in 2012 », Fox News.com, [en ligne], 24 juillet 2012, http://www.foxnews.com/opinion/2012/07/24/why-gary... consulté le 2 mars 2013.

WHITEOUTPRESS.COM. « 2012 general election presidential results for all candidates », [en ligne], 7 novembre 2012, http://www.whiteoutpress.com/timeless/2012-general... consulté le 2 mars 2013.

Dernière modification: 2013-03-18 08:16:45

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016