Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 mars 2013

Deux ans après la révolution, les manifestations continuent en Égypte


Ismira Salihovic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2014
Référendum sur une nouvelle Constitution en Égypte

juillet
2013
Renversement du président Mohamed Morsi en Égypte

décembre
2012
Référendum constitutionnel en Égypte

septembre
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

juin
2012
Annonce de l'élection de Mohamed Morsi à la présidence de l'Égypte

février
2011
Démission du président égyptien Hosni Moubarak

juin
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

septembre
2005
Élection de Hosni Moubarak à la présidence de l'Égypte

janvier
1992
Entrée en fonction de Boutros Boutros-Ghali au poste de secrétaire général des Nations unies

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

octobre
1981
Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate

septembre
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

novembre
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

avril
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

septembre
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

Deux ans après la révolution de la place Tahrir en Égypte, les tensions se font toujours sentir. En 2011, ce que l'on baptisa le Printemps arabe débuta en Tunisie et poursuivit son chemin avec une vague de contestations populaires dans l'ensemble des pays arabes. En Égypte, la révolte populaire mena au renversement du président Hosni Mobarak.

Deux ans après le début des manifestations, les Égyptiens occupent toujours les rues pour manifester leur mécontentement face au régime, qu'ils dénoncent comme autoritaire. Le pays étant également au bord de la faillite, les tensions sont de plus en plus fortes. En deux ans, les Égyptiens ne se sont pas calmés et ils manifestent toujours leur colère, clamant liberté et justice sociale. Pourtant, aujourd'hui, leurs revendications sont tournées vers le nouveau dirigeant islamiste, Mohamed Morsi. Les Frères musulmans, parti politique de Morsi, sont aussi critiqués par une partie de la population, qui dénonce la dictature qu'a imposée leur venue au pouvoir (1). Ces Égyptiens refusent de laisser un parti monopoliser le pouvoir et poursuivent donc leur combat.

Recrudescence des violences face à la nouvelle Constitution

Depuis novembre 2012, les manifestations en Égypte se font de plus en plus violentes. En effet, c'est en novembre que le président Mohamed Morsi a poussé à l'adoption d'une nouvelle Constitution, dans un climat de manifestations et de violences meurtrières. Selon Human Rights Watch, cette Constitution ne protège ni la liberté d'expression ni la liberté de religion et elle n'interdit pas les procès de civils devant les tribunaux militaires (2).

Depuis, les manifestations sont de plus en plus nombreuses et, durant le mois de février 2013, les tensions ont monté d'un cran (3). En effet, ces contestations ont mené à des heurts entre les policiers et les manifestants au Caire, à Alexandrie, à Port-Saïd et à Tanta, entre autres. Le vendredi 8 février 2013, on dénombrait environ 120 personnes blessées à travers l'Égypte pour les deux premières semaines de février uniquement (4). Le 11 février, plusieurs protestations ont eu lieu en Égypte et en Tunisie pour commémorer la mort de l'activiste politique pro-démocratique, Mohamed al-Jundi, dont la population impute la mort à Morsi et à son ministre de l'Intérieur (5), qualifié de voyou par les manifestants.

Du côté de Port-Saïd, depuis le 17 février 2013, les grèves se poursuivent en réaction à la mort de plusieurs contestataires. Malgré les promesses de l'État d'injecter des fonds dans la ville, les protestataires étaient au nombre de 3000 à descendre dans les rues, réclamant justice pour la mort de quelque 40 personnes. Pour eux, l'argent promis n'est pas une option (6). Morsi a donc dépêché l'armée sur place et a décrété l'état d'urgence à Port-Saïd ainsi que dans deux autres provinces, pour faire face aux violences s'y déroulant (7).

Appel à la désobéissance civile

Depuis le début de 2013, l'opposition a organisé davantage de manifestations, rélamant la chute de Morsi et des Frères musulmans. Des organisations d'étudiants et de militants ont également appelé à des grèves et à la désobéissance civile. Les manifestants réclament maintenant également le retrait du chef du Conseil suprême des forces armées, Hussein Tantaoui (8). La transition démocratique n'ayant pas été gérée comme promis, l'armée est maintenant accusée de la freiner. Mécontents et impatients, de nombreux jeunes, ainsi que des femmes, ont bloqué la capitale, le 24 février 2013, exigeant la réalisation des objectifs de la révolution par la désobéissance civile. Ils ne se réclamaient d'aucun parti ou mouvement, mais revendiquaient la fin de l'emprise des Frères musulmans sur l'Égypte (9).

Voyant une montée des tensions et des manifestations, l'armée a annoncé qu'elle descendrait dans les rues pour faire régner l'ordre et la sécurité. Le chef d'état-major des Forces armées a cependant spécifié, le 18 février, que l'Armée ne se mêlait pas des affaires politiques du pays. Il a indiqué, entre autres, que la situation nationale était stable et que les négociations sociales seraient positives en fin de compte (10). D'un autre côté, la sécurité a dû être renforcée pour les opposants au régime, après la parution d'un édit religieux (fatwa) réclamant la tête de Mohamed ElBaradei ainsi que de Hamdeen Sabbahi, tous deux membres du Front national du Salut, soit l'opposition laïque officielle (11).

Revendications féminines

Les violentes confrontations à travers l'Égypte ont également fait surgir des revendications du côté des femmes. Se disant victimes de violentes humiliations de la part du régime de Morsi, celles-ci manifestent dorénavant pour leur sécurité. Depuis le début de la révolution, en 2011, les femmes ont peu à peu décidé de se faire entendre et dénoncent désormais les mauvais traitements qu'on leur fait subir.

En effet, depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes, la violence et les agressions sexuelles envers les femmes ont augmenté à travers l'Égypte (12). Amnesty International a publié un rapport au début du mois de février 2013, dans lequel il est fait état d'un nombre record d'agressions sexuelles survenues durant les récentes manifestations (13). Pour le 25 janvier 2013 seulement, 19 agressions sexuelles violentes ont été enregistrées (14). Voyant que la situation est alarmante, les ONG ont décidé de s'organiser pour assurer la protection des femmes durant les manifestations (15). Les Égyptiennes réclament de ce fait l'adoption d'une loi contre les agressions. La présidente du Conseil national de la femme craint pourtant que le projet de loi pour la protection des femmes ne soit pas adopté (16). Les protestataires menacent donc de manifester nues dans les rues, jusqu'à ce que le gouvernement de Morsi se retire du pouvoir (17).

La volonté des Frères musulmans de vouloir monopoliser les institutions politiques et religieuses est donc toujours très manifeste et problématique, malgré les nombreuses critiques portées à leur égard sur ce sujet. En effet, les Frères musulmans avaient même décidé, le 10 février 2013, de porter un des leurs au poste de grand mufti de la République. La candidature de ce dernier a pourtant été écartée, le 11 février, par le Collège de théologiens (18). Le parti au pouvoir ne voulant pas prendre de recul, les révoltes civiles ne semblent donc pas sur le point d'être terminées en Égypte.




Références:

1) AFP, « Au Caire, la rue dénonce la « dictature » de Morsi », Libération, 7 décembre 2012, http://www.liberation.fr/monde/2012/12/07/au-caire... (page consultée le 1 mars 2013).

2) HUMAN RIGHTS WATCH, « Égypte: La nouvelle constitution soulève des préoccupations quant à certains droits », 30 novembre 2012, http://www.hrw.org/fr/news/2012/11/30/egypte-la-no... (page consultée le 23 février 2013).

3) AEM et AFP, « Manifestations, violences: en Égypte, le week-end devient un cauchemar », Afrique Expansion magazine, 22 février 2013, http://www.afriqueexpansion.com/depeches-afp/7532-... (page consultée le 22 février 2013).

4) AFP, « Égypte: heurts pendant des manifestations contre le pouvoir et la police », Boursorama, 9 février 2013, http://www.boursorama.com/actualites/egypte-heurts... (page consultée le 22 février 2013).

5) ANDALOU AGENCY, « Protests in Egypt, Hundreds marched for the activist who lost his life », 11 février 2013, http://www.aa.com.tr/en/world/132009?protests-in-egypt, (page consultée le 22 février 2013).

5) ANDALOU AGENCY, « Protests in Egypt and Tunisia », The Journal of Turkish Weekly, 11 février 2013, http://www.turkishweekly.net/news/147134/protests-... (page consultée le 22 février 2013).

6) AFPQC, « Égypte: poursuite d'une grève à Port-Saïd malgré une promesse du pouvoir », Le Huffington Post Québec, 20 février 2013, http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02/20/egypte-... (page consultée le 22 février 2013).

7) EURONEWS, « Égypte: Port-Saïd réclame justice pour ses ''martyrs'' », 18 février 2013, http://fr.euronews.com/2013/02/18/egypte-port-said... (page consultée le 22 février 2013).

8) DOUA, Marc, « L'Égypte commémore le premier anniversaire de la chute de Moubarak », France 24 l'Actualité internationale 24H/24, 11 février 2013, http://www.france24.com/fr/20120210-egypte-chute-h... (page consultée le 23 février 2013).

9) FILIPPI, Laurent, « Des Égyptiens appellent à la désobéissance civile », Géopolis, 25 février 2013, http://geopolis.francetvinfo.fr/des-egyptiens-appe... (page consultée le 25 février 2013).

10) EGYPT STATE INFORMATION SERVICE, « Égypte: L'armée ne se mêle point de politique », All Africa, 19 février 2013, http://fr.allafrica.com/stories/201302191325.html, (page consultée le 19 février 2013).

11) LE MATIN, « Égypte, Sécurité renforcée pour les opposants », 8 février 2013, http://www.lematin.ma/journal/Egypte_Securite-renf... (page consultée le 24 février 2013).

12) EURONEWS, « Égypte: les agressions contre les femmes se multiplient », 19 février 2013, http://fr.euronews.com/2013/02/19/egypte-les-agres... (page consultée le 22 février 2013).

13) Ibid.

14) EURONEWS, « Discrimination et violences sexuelles en Égypte », 19 février 2013, http://fr.euronews.com/2013/02/19/discrimination-e... (page consultée le 22 février 2013).

15) EURONEWS, « Égypte: hausse alarmante des viols pendant les manifestations », 1er février 2013, ttp://fr.euronews.com/2013/02/01/egypte-hausse-ala... (page consultée le 22 février 2013).

16) AMMOUN, Denise, « Les Égyptiennes réclament une loi contre les agressions », La Croix, 18 février 2013, http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Les-Egypti... (page consultée le 23 février 2013).

17) EURONEWS, « Discrimination et violences sexuelles en Égypte », op.cit.

18) REUTERS, « Un Frère musulman écarté du poste de grand mufti d'Égypte », 20 minutes.fr, 11 février 2013, http://www.20minutes.fr/ledirect/1098569/frere-mus... (page consultée le 24 février 2013).

Dernière modification: 2013-03-14 15:24:17

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La dette égyptienne : difficile de s'en sortir
>octobre 2018


Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne
>mars 2017


Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies
>février 2017


La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président
>novembre 2016


Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne
>novembre 2015


Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique
>septembre 2015


Égypte : la liberté d'expression en danger
>février 2015


L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel
>décembre 2014


Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée
>avril 2014


Deux ans après la révolution, les manifestations continuent en Égypte
>mars 2013


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016