22 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

19 février 2013

Vague de nationalisations en Bolivie


Ismira Salihovic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2005
Élection d'Evo Morales à la présidence de la Bolivie

juillet
2004
Référendum sur la gestion des hydrocarbures en Bolivie

octobre
1982
Accession de Hernan Siles Zuazo à la présidence de la Bolivie

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

juillet
1978
Renversement du gouvernement de Hugo Banzer en Bolivie

novembre
1975
Déclenchement de l'opération Condor

août
1971
Coup d'État contre le président Jose Torres en Bolivie

mai
1969
Création du Pacte andin

avril
1969
Décès du président bolivien René Barrientos Ortuño

octobre
1967
Exécution d'Ernesto «Che» Guevara

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

avril
1952
Accession de Victor Paz Estenssoro à la présidence de la Bolivie

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

juillet
1946
Renversement du président bolivien Gualberto Villarroel

Le 29 décembre 2012, le président bolivien, Evo Morales, a annoncé l'expropriation de deux entreprises de distribution d'électricité au pays. Depuis l'entrée au pouvoir de Morales en 2006, la Bolivie connait une vague de nationalisations. Après avoir étatisé l'industrie du pétrole, les télécommunications, les compagnies génératrices d'énergie et les raffineries, le gouvernement bolivien a mis sous le contrôle de l'État deux entreprises espagnoles, Electropaz et Elfeo, situées à La Paz et à Oruro (1).

La multinationale Iberdrola détenait 89,5% des parts d'Electropaz et 92,8% de celles d'Elefo (2). Les bureaux administratifs et les sièges sociaux de ces deux compagnies sont passés sous le contrôle des policiers et des militaires le 29 décembre 2012, pendant que le président annonçait leur nationalisation (3).

Evo Morales a rappelé que, selon la Constitution du pays, les intérêts publics doivent être au-dessus des intérêts privés. Jugeant les services de la compagnie d'électricité Iberdrola inégaux et trop coûteux, le président bolivien a étatisé ses deux distributeurs. Selon lui, les filiales de cette compagnie d'Espagne surfacturaient les consommateurs habitant en zones rurales. Ces derniers auraient payé une somme trois fois plus élevée pour l'électricité que les habitants des zones urbaines. Le président a procédé à la nationalisation en justifiant qu'il se devait d'uniformiser les tarifs d'électricité (4).

De son côté, Iberdrola espère que le gouvernement bolivien paiera un prix juste et équitable en compensation à ces deux compagnies. Un arbitre indépendant jugera d'ici 180 jours, à compter de la date de nationalisation, de la compensation nécessaire (5). Les discussions sont toujours en cours alors que les nationalisations, elles, ne sont pas sur le point d'être terminées en Bolivie. En effet, le 18 février 2013, le président Morales annonce également qu'il nationalise la compagnie d'aéroport espagnole SABSA (6).




Références:

(1) LE MONDE.FR, Le monde.fr, « La Bolivie nationalise des compagnies d'électricité appartenant à l'espagnol Iberdrola », 29 décembre 2012, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/12/29... (page consultée le 16 février 2013).

(2) BBC, BBC News, « Bolivia takes over Spanish-owner energy suppliers », 29 décembre 2012, http://www.bbc.co.uk/news/world-latin-america-20867595, (page consultée le 16 février 2013).

(3) LE MONDE.FR, op. cit.

(4) Ibid.

(5) BBC, op.cit.

(6) VALDEZ, Carlos, Huffington Post, « Evo Morales, Bolivia President Nationalizes Spanish-Owned Compagny SABSA », 18 février 2013, http://www.huffingtonpost.com/2013/02/18/evo-moral... (page consultée le 18 février 2013).

Dernière modification: 2013-02-25 07:56:00

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Extension de la culture de coca en Bolivie : entre viabilité économique et conflit d'intérêts
>octobre 2017


Une année très chaude pour les Boliviens
>mars 2017


Chili-Bolivie : un vieux conflit maritime porté devant la CIJ
>septembre 2015


G-77+Chine veulent résoudre le problème de pauvreté mondiale
>février 2015


L'expulsion de l'USAID en Bolivie : un geste controversé mais prévisible
>septembre 2013


Vague de nationalisations en Bolivie
>février 2013


L'« or blanc » de la Bolivie : l'enjeu national de la prochaine décennie
>novembre 2010


Bolivie : une réplique directe à l'Accord de Copenhague
>septembre 2010


Second mandat pour Evo Morales : entre réformes socialistes et économie précaire
>février 2010


Les Boliviens ont dit oui à Morales
>janvier 2010


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019