25 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 mars 2014

Le Japon entre pacifisme et militarisme


Guillaume Poirier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Abdication de l’empereur du Japon, Akihito

octobre
2017
Réélection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

décembre
2014
Réélection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

décembre
2012
Élection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

mars
2011
Séisme dévastateur au Japon

août
2009
Élection au Japon du Parti démocratique de Yukio Hatoyama

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

septembre
2005
Élection d'un gouvernement libéral-démocrate majoritaire au Japon

janvier
1995
Tremblement de terre d'Haansh Anshin-Awaji (Kobe), au Japon

octobre
1992
Début d’une visite historique de l’empereur japonais Akihito en Chine

novembre
1990
Intronisation de l'empereur japonais Akihito

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

août
1978
Signature d'un traité de paix et d'amitié entre la Chine et le Japon

juillet
1976
Arrestation de l'ex-premier ministre japonais Kakuei Tanaka

novembre
1975
Ouverture du sommet des six nations les plus industrialisées à Rambouillet

décembre
1959
Signature d'un traité international protégeant l'Antarctique

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

Depuis son élection en décembre 2012, le premier ministre japonais, Shinzō Abe, a ouvert la porte à un renforcement de ses forces militaires, au grand dam de plusieurs pays de la région, notamment la Chine(1).

Paradoxalement, peu d'États peuvent se vanter de s'être autant investis dans une démarche pacifiste que le Japon. Au pays du Soleil Levant, la renonciation à la guerre n'est pas qu'une posture morale, c'est un article de la loi fondamentale du pays(2).

Cependant, la pérennité de cette situation a toujours été précaire. Le pacifisme nippon, qui a émergé de la reddition japonaise à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ne pouvait pas faire disparaître des siècles d'histoire où l'armée a toujours joué un rôle central. De plus, cette politique se révèle parfois problématique lorsque émerge des tensions entre le Japon et ses voisins (3).

Dans ces conditions, le militarisme japonais redevient un enjeu important. À la fois symptôme, problème et solution, la question du réarmement du Japon est complexe.

Une conséquence de l'histoire

Contrairement au pacifisme institutionnel, qui ne s'est développé qu'après 1945, le militarisme est un phénomène fermement enraciné dans l'histoire japonaise.

Entre 1192 et 1889, la cour impériale perdit son pouvoir et la gouverne du pays se retrouva entre les mains d'un gouverneur militaire : le Shogun. Ce dernier était le plus haut placé parmi les samurais, la caste des guerriers qui domina la société japonaise pendant toute cette période (4).

La seconde moitié du 19e siècle vit ce système féodal tomber. Sous le règne de l'empereur Meiji (1867-1912), le Shogunat et l'ancien système de caste sociale furent abolis à la suite d'une succession de réformes modernisatrices (5). Cependant, cette modernité, loin de remettre en cause le militarisme de la société japonaise, ne fit que le reconduire dans son rôle de principe organisateur du pouvoir. Commence alors une période d'expansion tout azimuts dans le Pacifique qui ne prendra fin qu'avec la défaite du Japon durant la Seconde guerre mondiale (6).

La défaite japonaise eut trois conséquences importantes pour le militarisme japonais.

D'abord, l'ampleur des crimes commis par l'armée japonaise fut démontrée au Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, véritable pendant asiatique des procès de Nuremberg aussi connu sous le nom de procès de Tokyo, de 1946 à 1948 (7).

Ensuite, les États-Unis et le Japon, ces anciens ennemis, mirent en place un partenariat américano-nippon selon lequel la défense de l'archipel serait en partie assumée par les forces américaines, qui y maintiendraient des forces militaires permanentes (8).

Pour conclure, Tokyo, qui devait assumer le difficile héritage de son impérialisme d'antan mis en lumière par le procès de Tokyo, adopta dans sa Constitution un article prévoyant une renonciation à la guerre. Le pacifisme institutionnalisé nippon était né.

Entre la mémoire et la sécurité

Au sein de la société japonaise, il n'y a pas de consensus sur la question de la remilitarisation. D'après un sondage publié en janvier 2013, 50% de la population japonaise se dit favorable à une modification de l'article constitutionnel sur la renonciation à la guerre (9).

Pour Shinichi Kitaoka, ancien ambassadeur japonais aux Nations unies et conseiller du premier ministre Shinzō Abe, ce processus n'a pour but que de permettre au Japon d'assumer sa propre souveraineté comme tout « pays normal (10)». D'autres, comme le journaliste Kosuke Takahashi, avancent au contraire que cette politique aura pour conséquence d'envenimer les relations entre le Japon et ses voisins (11).

Cependant, l'actuel gouvernement semble assez fermement engagé dans la promotion d'une certaine remilitarisation. En visitant le sanctuaire de Yasukuni, en partie dédié à certains condamnés du procès de Tokyo, tels que Hideki Tōjō, et en ramenant fréquemment le contentieux sur les îles Senkaku au centre de l'actualité, Shinzō Abe s'investit beaucoup dans la promotion d'un nationalisme japonais décomplexé (12). Cependant, les critiques du premier ministre notent que la limite entre ce nationalisme et le négationnisme historique peut être floue (13).

L'anxiété japonaise par rapport aux tensions diplomatiques entre le Japon et certains de ses voisins est également l'une des cause de la volonté d'une partie de la population japonaise à modifier sa Constitution (14). Il faut évoquer l'ascension fulgurante de la Chine et la rivalité sino-japonaise autour des îles Senkaku (15).

De plus, depuis la Seconde Guerre mondiale, le Japon n'a jamais signé de traité de paix formel avec l'Union Soviétique. Or, les relations entre les deux pays souffrent d'un contentieux toujours non-résolu sur la propriété de certaines des îles Kouriles, dont la souveraineté est revendiquée par les deux pays (16).

Le Japon se sent aussi menacé par la Corée du Nord qui, quant à elle, fait appel à la mémoire de l'occupation et des atrocités commises par l'armée japonaise durant le 19e et 20e siècle pour justifier une politique particulièrement agressive à l'égard de Tokyo. Par exemple, en février 2014, afin de faire la démonstration de ses capacités balistiques, le gouvernement nord-coréen a envoyé quatre missiles dans la mer du Japon (17).

En Asie, la peur d'un douloureux retour au passé

Sans surprise, l'anxiété des Japonais pour leur sécurité fait écho à celle de leurs voisins. Pour Zhang Jusai, l'ambassadeur de la République populaire de Chine au Canada, le militarisme du gouvernement japonais est un affront à l'histoire en plus de représenter un danger sérieux pour l'avenir de la région (18). Encore une fois, il est question de mémoire dont les plaies, pour plusieurs, sont encore trop fraîches.

Le KCNA, l'agence de presse officielle du régime autoritaire nord-coréen, a quant à elle publié un éditorial dans lequel, à cause de ses politiques jugés favorable au militarisme, le premier ministre japonais est comparé à Adolf Hitler (19).

Cependant, comme à l'intérieur du Japon, la question du militarisme nippon, ou de son opposition, ne fait pas consensus. Par exemple, le gouvernement philippin a affirmé son opinion favorable à une implication japonaise plus musclée pour la sécurité régionale (20). Il est important de mentionner que Manille se souvient des crimes commis par l'armée japonaise sur son sol durant la Seconde Guerre mondiale. Cela dit, pour Rommel Banlaoi, de l'Institut philippin pour la paix, la crainte causée par l'ascension de la Chine en tant que grande puissance pousse certains gouvernements à en relativiser l'importance (21). D'autres pays, comme l'Inde et la Corée du Sud, ont entrepris d'inaugurer des exercices militaires bilatéraux avec Tokyo.

Une éventuelle remilitarisation japonaise soulève beaucoup de questions. En effet, la remilitarisation d'une des plus grandes puissances économiques au monde ne pourrait que radicalement transformer l'équilibre des puissances de la zone Asie-Pacifique. Par conséquent, elle pourrait aussi entraîner un réaménagement de l'alliance américano-nipponne, ce qui aurait pour effet de transformer encore plus le paysage géostratégique asiatique.




Références:

(1) KIRKUP, James, Japan's PM rekindling militarism is a ?serious threat to global peace' : Chinese official, The National Post, 2 janvier 2014, [en ligne], http://news.nationalpost.com/2014/01/02/japans-pm-... (page consultée le 17 mars 2014).

(2) AFP, Le premier ministre japonais veut réformer sa Constitution, Le Monde, 31 janvier 2013, [en ligne], http://www.lemonde.fr/japon/article/2013/01/31/le-... (page consultée le 24 mars 2014).

(3) BBC, Japanese PM Shinzo Abe urges Asia military restraint, 22 janvier 2014, [en ligne], http://www.bbc.com/news/world-asia-25851960, (page consultée le 17 mars 2014).

(4) COLEGROVE, Kenneth, Militarism in Japan's Foreign Policy, American Academy of Political and Social Science, Vol. 215, Mai 1941, p. 7.

(5) Ibid. p. 7-8.

(6) NANTA, Arnaud, Histoire et mémoire dans le Japon d'après-guerre, S.E.R. - Études, Tome 403, Octobre 2005, p. 297.

(7) CHAN, Jennifer, Le mouvement pacifiste japonais depuis les années 1990, Presses de Sciences Po, no.37, Avril 2007, p. 53.

(8) Ibid. p. 55.

(9) REUTERS, Japan voters split on revising pacifist constitution: poll, 27 janvier 2013, [en ligne], http://www.reuters.com/article/2013/01/28/us-japan... (page consultée le 24 mars 2014).

(10) TAKAHASHI, Kosuke, Shinzo Abe's Nationalist Strategy, The Diplomat, 13 février 2014, [en ligne], http://thediplomat.com/2014/02/shinzo-abes-nationa... (page consultée le 24 mars 2014).

(11) Ibid.

(12) Ibid.

(13) Ibid.

(14) FACKLER, Martin, Japan Shifts From Pacifism as Anciety in Region Rises, The New York Times, 1 avril 2013, [en ligne], http://www.nytimes.com/2013/04/02/world/asia/japan... (page consultée le 19 mars 2014).

(15) FACKLER, Martin, Japan Is Flexing Its Military Muscle to Counter a Rising China, The New York Times, 26 novembre 2012, [en ligne], http://www.nytimes.com/2012/11/27/world/asia/japan... (page consultée le 17 mars 2014).

(16) BBC, Kuril islands dispute between Russia and Japan, 28 Avril 2013, [en ligne], http://www.bbc.com/news/world-asia-pacific-11664434, (page consultée le 17 mars 2014).

(17) AFP-JIJI, Pyongyang fires four missiles into Sea of Japan, The Japan Times, 28 février 2014, [en ligne], http://www.japantimes.co.jp/news/2014/02/28/nation... (page consultée le 17 mars 2014).

(18) JUNSAI, Zhang, Abe's militarism defies history, The Globe and Mail, 9 janvier 2014, [en ligne], http://www.theglobeandmail.com/globe-debate/abes-m... (page consultée le 17 mars 2014).

(19) AFP, La Corée du Nord compare Shinzo Abe à Hitler, Le Monde, 4 février 2014, [en ligne], http://www.lemonde.fr/japon/article/2014/02/04/la-... (page consultée le 17 mars 2014).

(20) DE LA GRANGE, Arnaud, Au Japon, la tentation du réarmement, Le Figaro, 14 décembre 2012, [en ligne], http://www.lefigaro.fr/international/2012/12/14/01... (page consultée le 17 mars 2014).

(21) FACKLER, Martin, Japan Is Flexing Its Military Muscle to Counter a Rising China..., Op.Cit.

Dernière modification: 2014-03-31 07:39:40

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Japon : la population nippone pourrait disparaître d'ici 1000 ans
>février 2019


La peine de mort au Japon : une violation des droits de la personne?
>novembre 2018


Tokyo face à plusieurs défis pour les Jeux olympiques
>octobre 2017


JEFTA : la réponse euro-japonaise à l'isolationnisme
>octobre 2017


Sommet Russie-Japon : l'économie avant la paix
>février 2017


Japon : du pain sur la planche pour Murata à la tête de l'opposition
>janvier 2017


Les élections japonaises : une ouverture vers une révision constitutionnelle
>septembre 2016


Japon : une relance économique risquée
>septembre 2016


Fukushima, Japon : les fantômes du passé ressurgissent
>février 2016


Le règne d'Ahikito : l'empereur moderne
>octobre 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016