9 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 janvier 2014

Manifestations en Thaïlande : la famille Shinwatra au coeur des turbulences


Guillaume Harcc-Boutin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2016
Décès du roi de Thaïlande, Rama IX (Bhumibol Adulyadej)

février
2014
Tenue d'élections législatives en Thaïlande

juillet
2011
Inondations destructrices en Thaïlande

décembre
2004
Tsunami dévastateur en Asie du Sud

septembre
1992
Tenue d'élections législatives en Thaïlande

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

juillet
1979
Ouverture d'une conférence internationale sur les réfugiés de la mer en Asie du Sud-Est

octobre
1976
Renversement du gouvernement de Seni Pramoj en Thaïlande

octobre
1974
Promulgation d'une nouvelle Constitution en Thaïlande

novembre
1971
Coup d'État en Thaïlande

mai
1969
Affrontements interethniques en Malaisie

février
1969
Tenue d'élections législatives en Thaïlande

août
1967
Création de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

septembre
1954
Création de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

À Bangkok, l'alternance au pouvoir se déroule de manière chaotique depuis 2006. En effet, en 2006, Thaksin Shinwatra, alors président, fut évincé par l'armée(1). En 2008, le Parti démocrate s'empara du pouvoir, avant de faire face, lui aussi, en 2010, à des manifestations populaires. Celles-ci étaient organisées par les « chemises rouges », mouvement de sympathisants à l'ancien régime Shinwatra qui accusent le gouvernement démocrate de s'être emparé illégitimement du pouvoir(2).

Des chemises rouges aux chemises jaunes

Le gouvernement démocrate fut donc renversé et des élections portant au pouvoir Yingluck Shinwatra, la soeur de Thaksin, eurent lieu en 2011(3). En novembre 2013, cette dernière et son gouvernement adoptent une loi amnistiant son frère Thaksin, permettant donc son retour d'exil sans qu'il ait à faire face à la justice(4).

Cette loi exacerbe la division au sein de la population thaïlandaise, et de grandes manifestations débutent au mois de novembre (5). Un nouveau groupe, les chemises jaunes, s'impose alors en tant qu'acteurs majeurs d'opposition et obtient le soutien de la population urbaine. En effet, les chemises jaunes regroupent en majorité des membres plus « bourgeois, élitistes et royalistes (6) », vivant en majorité dans la capitale Bangkok.

Dès la mi-novembre, de grandes manifestations, regroupant parfois plus de 200 000 personnes, sont organisées (7). Les manifestants ont voulu se faire insistant en s'attaquant aux principales figures gouvernementales. À cet effet, depuis leurs différents campements installés dans la capitale, les contestataires se sont mobilisés afin d'occuper des organes clefs du gouvernement, notamment le siège du ministère des Finances(8).

Par ailleurs, afin d'accentuer la pression sur le gouvernement Shinwatra, les manifestants ont eu recours à d'autres moyens que l'occupation de bureaux gouvernementaux. D'ailleurs, au mois de janvier 2014, plusieurs écoles étaient fermées par les protestataires, et plusieurs des grandes artères routières de la capitale furent bloquées, en partie à l'aide de poches de sable(9).

Tolérance passive

Le 8 décembre, les 153 membres démocrates du Parlement, principale force d'opposition à la Chambre basse, démissionnent en bloc afin de soutenir le mouvement populaire et de forcer sa dissolution. Dès le lendemain, en réponse à cette vague de démissions, la première ministre Yingluck Shinwatra annonce la dissolution du Parlement, en plus d'annoncer des élections prévues en date du 2 février 2014(10).

D'ici les élections, la première ministre refuse catégoriquement de démissionner, stipulant que la Constitution thaïlandaise l'en empêche (11). Même si le gouvernement refuse d'abdiquer, il n'en demeure pas moins qu'il s'oppose à ce que les forces de l'ordre aient recours à la violence afin de libérer des lieux investis par les manifestants (12).

Yingluck Shinwatra promet que son parti entamera des réformes institutionnelles et démocratiques à l'appareil d'État thaïlandais si son parti est reconduit au pouvoir à la suite des élections prévues en février (13). Afin de réduire les tensions grandissantes dans la capitale, le camp Shinwatra propose d'entamer des pourparlers avec les opposants concernant un éventuel report des élections, mais les protestataires rejettent en masse cette invitation (14).

Les opposants au régime Shinwatra refusent l'invitation au dialogue, car ils exigent la démission de la première ministre. Afin d'assurer les réformes étatiques nécessaires et la transition démocratique du pays, les chemises jaunes demandent qu'un conseil du peuple, non-élu, soit porté au pouvoir. Ce conseil serait en charge d'entreprendre de vastes modifications institutionnelles, notamment afin de lutter contre la corruption électorale (15).

Devant le maintien de l'intention du gouvernement d'organiser des élections le 2 février 2014, les opposants au régime invitent le peuple thaïlandais à boycotter les urnes et à continuer les turbulences,déjà en cours dans la capitale(16). Cette prise de position amène le régime Shinwatra à se demander si les manifestations organisées depuis plus de deux mois ne cherchent pas à légitimer, auprès de la masse, l'organisation d'un coup d'État qui permettrait au Parti démocrate de retrouver le pouvoir(17).

Tout semble indiquer que des élections tenues le 2 février 2014 reconduiraient Yingluck Shinwatra au pouvoir, étant donné la supériorité démographique des groupes de la population qui la soutiennent(18). Advenant que ce soit le cas, il devient intéressant de se demander si le boycott des urnes, de la part de l'opposition, sera suffisant à rendre illégitime le résultat issu des élections.




Références:

(1) AFP. «Des militaires affirment avoir renversé le premier ministre et pris le pouvoir à Bangkok»,Le Monde, 19 septembre 2006, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2006/... , (page consultée le 20 janvier 2014).

(2) INCONNU. « Le mouvement des "chemises rouges" en Thaïlande», Le Courrier International, 6 avril 2010, http://www.courrierinternational.com/dossier/2010/... (page consultée le 20 janvier 2014).

(3) ASSOCIATED PRESS. « Les manifestations s'intensifient en Thaïlande», Le Devoir, 26 novembre 2013, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... (page consultée le 20 janvier 2014).

(4) AFP. « Thaïlande : 140 000 manifestants dans la rue, le Parlement dissous», Le Monde, 12 novembre 2013, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/... , (page consultée le 20 janvier 2014).

(5) Ibid.

(6) ASSOCIATED PRESS, « Les manifestations s'intensifient en Thaïlande», Op. cit.

(7) AFP, « Thaïlande : 140 000 manifestants dans la rue, le Parlement dissous», Op. cit.

(8) ASSOCIATED PRESS, « Les manifestations s'intensifient en Thaïlande», Op. cit.

(9) AFP. «En Thaïlande, l'affrontement politique bascule dans la violence», Libération Monde, 30 novembre 2011, http://www.liberation.fr/monde/2013/11/30/en-thail... (page consultée le 20 janvier 2014).

(10) ASSOCIATED PRESS, « Les manifestations s'intensifient en Thaïlande», Op. cit

(11) BURANAKANOKTHANASAN, Wirat. «Thai opposition party to boycott election», Reuters, 21 décembre 2013, http://www.reuters.com/article/2013/12/21/us-thail... (page consultée le 12 janvier 2014).

(12) ASSOCIATED PRESS. «Thaïlande: la police dénonce l'agressivité des manifestants», La Presse,30 décembre 2013, http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/... , (page consultée le 12 janvier 2014).

(13) BURANAKANOKTHANASAN, Wirat, «Thai opposition party to boycott election», Op. cit.

(14) ROOK, Daniel. «Thaïlande: Bangkok en partie "paralysé" par les manifestants», La Nouvelle République, 13 janvier 2014, http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actu... , (page consultée le 13 janvier 2014).

(15) Ibid.

(16) BURANAKANOKTHANASAN, Wirat, «Thai opposition party to boycott election», Op. cit.

(17) ROOK, Daniel, «Thaïlande: Bangkok en partie "paralysé" par les manifestants», Op. cit.

(18) PHILLIP, Bruno. «La Thaïlande suspendue à l'appel au « blocage de Bangkok », Le Monde, 12 janvier 2014, http://www.lemonde.fr/international/article/2014/0... , (page consultée le 12 janvier 2014).

Dernière modification: 2014-01-27 10:09:55

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Ya Ba : la drogue qui rend fou
>avril 2019


Les élections thaïlandaises sous un contrôle militaire
>mars 2019


Thaïlande : nouveau monarque, même instabilité
>février 2017


Thaïlande : la junte militaire expulse une grande partie des travailleurs cambodgiens
>octobre 2014


Élections sur fond de crise politique en Thaïlande
>mars 2014


Manifestations en Thaïlande : la famille Shinwatra au coeur des turbulences
>janvier 2014


Un été dévastateur en Thaïlande
>janvier 2012


Élection de la première femme premier ministre en Thaïlande : exploit ou chance ?
>septembre 2011


Tsunami : 5 ans après la tragédie
>janvier 2010


Thaïlande : Harry Nicolaides derrière les verrous, les journalistes sont au garde-à-vous
>février 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019