Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

26 novembre 2013

Le chemin tortueux de l'indépendance basque


Jessika Brûlé
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2017
Déclaration d’indépendance de la Catalogne

août
2017
Manifestation d’envergure contre le terrorisme à Barcelone, en Espagne

décembre
2015
Tenue d'élections législatives en Espagne

septembre
2015
Élections régionales au Parlement de Catalogne

novembre
2014
Tenue d'une consultation sur l'auto-détermination de la Catalogne

juin
2014
Annonce de l'abdication du roi d'Espagne, Juan Carlos 1er

novembre
2011
Élection du Parti populaire de Mariano Rajoy en Espagne

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

mars
2008
Réélection en Espagne du Parti socialiste ouvrier de Jose Luis Zapatero

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2004
Attentats terroristes dans le métro de Madrid

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1985
Signature des traités d'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la Communauté économique européenne

octobre
1983
Manifestations dans les grandes villes d'Europe contre le déploiement d'armes nucléaires

Le désir d'autonomie ne date pas d'hier en Europe, et aujourd'hui encore, plusieurs régions réclament leur indépendance. Il suffit de regarder du côté de l'Écosse, où le projet de séparation du Royaume-Uni va bon train. En 2014, si le «oui» l'emporte au référendum, l'Écosse pourrait être indépendante d'ici 2016 (1). Moins d'un an avant le vote, les sondages suggèrent qu'une majorité d'Écossais souhaitent rester au sein du Royaume-Uni, mais près de 30% de la population votante reste encore indécise (2).

L'Écosse n'est pas la seule à vouloir son indépendance en Europe. Il n'y a qu'à penser à la Flandre (région flamande de la Belgique), la Padanie (région du nord de l'Italie), la Catalogne (région d'Espagne) et le Pays basque, aussi en Espagne (3). Ce dernier, connaît une situation politique changeante depuis quelques années. Néanmoins, le projet d'indépendance n'est pas pour autant relégué aux oubliettes.

Une histoire mouvementée

Le Pays basque est situé à cheval sur les Pyrénées et sur la terminaison de la cordillère cantabrique, ce qui le situe donc sur le territoire français et espagnol. Il est composé de la communauté basque d'Espagne, qui comprend trois provinces, l'Álava, la Biscaye et le Guipúzcoa, ainsi que trois provinces françaises, le Labourd, la Soule et la Basse-Navarre (4). Le peuple basque est considéré comme le plus ancien groupe ethnique européen, et la langue basque est aussi la plus ancienne parlée en Europe. Cette ancienneté de la langue en fait une fierté pour le peuple basque. Le Pays basque fut tour à tour conquis par les Romains, au IIe siècle avant J.-C., puis par les Wisigoths au Ve siècle, et à la fin du VIIe siècle par le royaume musulman (5).

Son autonomie fut longue à gagner auprès des Espagnols. Effectivement, après la proclamation de la Seconde République espagnole, en 1931, les Basques espéraient que le nouveau régime leur accorderait plus d'autonomie. Cependant, ce n'est pas ce qui les attendait. Le statut d'autonomie est rejeté par les gouvernements espagnols avant que le Front populaire ne leur accorde finalement en 1936 (6). Un an plus tard, Francisco Franco attaque le Pays basque, et les années qui suivent marquent la mise en place d'un régime autoritaire et répressif. Les manifestations nationalistes sont alors interdites (7). C'est dans ces conditions que des mouvements comme l'Euskadi Ta Askatasuna (ETA) voient le jour. Ils s'opposent au régime franquiste par la lutte armée (8).

Deux ans après la mort de Franco, en 1975, tous les prisonniers de l'ETA sont amnistiés et libérés. Puis, en 1979, les Basques obtiennent le statut d'autonomie auquel ils tenaient tant dans les années 1930. L'année suivante, ils élisent leur premier Parlement (9).

Des visions opposées

Il y a deux visions du conflit entre les Basques et les Espagnols. La première, défendue par les nationalistes basques, consiste à décrire la situation de la région comme étant le résultat d'un affrontement séculaire entre l'État espagnol et les Basques. Dans cet affrontement, les Basques luttent pour leur liberté et leur identité face à l'expansionnisme de Madrid, capitale de l'Espagne (10).

De l'autre côté, l'État espagnol et certaines formations, comme le Parti socialiste ouvrier espagnol, insistent sur l'absence de fondements historiques à ce conflit. Pour eux, la question basque est essentiellement un problème de terrorisme (11).

Les nationalistes basques ont toujours fondé leurs discours sur l'existence d'un conflit séculaire entre l'Espagne et l'Euskadi (le Pays basque). Cette interprétation se fonde sur plusieurs moments historiques, tel qu'au XIXe siècle, alors que l'Espagne aurait mis un terme à l'existence du Pays basque en tant que nation indépendante. La répression franquiste est également interprétée par les nationalistes basques comme un affront des Espagnols contre les Basques, notamment avec le bombardement de Guernica qui devient un symbole de cette agression (12).

Les nationalistes basques fondent donc leur volonté de séparation de l'État espagnol non seulement sur la singularité de leur langue et de leur peuple, mais aussi sur les nombreux conflits entre les Espagnols et les Basques au cours de l'histoire.

Un gouvernement autonome

Le Pays basque a son propre gouvernement depuis 1980. Il est composé du lehendakari, le chef du gouvernement, qui est élu tous les quatre ans par le Parlement basque et par les conseillers qu'il choisit lui-même. L'actuel lehendakari est Iñigo Urkullu. Élu en 2012, il est à la tête du Parti nationaliste basque (PNV). Il est le cinquième lehendakari depuis la création du gouvernement basque, il y a près de 35 ans. Avant la création du gouvernement actuel, il y avait le gouvernement d'Euzkadi (1936-1978), puis le Conseil général basque (1978-1980) (13).

Pour ce qui est du Parlement basque (Eusko Legebiltzarra), il exerce le pouvoir législatif, approuve les budgets, représente les citoyens et contrôle l'action du gouvernement de la communauté autonome basque. Le Parlement est constitué de 75 députés qui proviennent des trois territoires basques espagnols et qui sont élus au suffrage universel tous les quatre ans. Chaque territoire a le même nombre de députés (14).

La communauté autonome basque est l'une des 17 régions de l'État espagnol. Elle vote ses propres lois et peut donc mener des politiques tout à fait différentes de celui-ci. Les lois adoptées par le Parlement basque ont donc la même autorité que les lois de l'État espagnol. Le Parlement dispose aussi d'une compétence exclusive dans les secteurs de l'enseignement, la santé, les moyens de communication, la recherche, le développement économique, l'agriculture, la culture, et bien d'autres (15). La communauté basque dispose aussi d'une grande autonomie financière, c'est donc elle qui détermine sa politique fiscale, perçoit et gère les principaux impôts (sur le revenu, sur les sociétés et la taxe à la valeur ajoutée) (16).

Des nationalistes extrémistes

Plusieurs partis politiques existent au sein du Pays basque. Les principaux sont le Parti national basque (PNV), le Parti populaire (PP) et le Parti union, progrès et démocratie (UPYD). Il y a aussi l'organisation séparatiste ETA. L'Euskadi Ta Askatasuna est fondé en 1959. À la base un regroupement résistant à la dictature franquiste, il est devenu un groupe utilisant la lutte armée pour l'indépendance basque. Au milieu des années 1960, les attaques à main armée débutent pour l'ETA. Il encaisse des «impôts révolutionnaires», qui sont en fait de l'extorsion de fonds (17).

En 1973, l'ETA exécute Luis Carrero Blanco, le président du Conseil, à la suite de l'exécution de militants basques. Cet attentat deviendra le premier d'une longue série. En 1974, 12 civils sont tués dans un attentat à la bombe dans un café de Madrid, puis 1980 deviendra l'année la plus sanglante avec près de 120 victimes, en majorité des civils espagnols (18). En 1995, l'ETA s'attaque au roi d'Espagne, Juan Carlos, mais l'attentat échouera. Onze ans plus tard, il annonce un cessez-le-feu, après avoir fait près de 800 victimes en 38 ans. Ce cessez-le-feu ne durera pas longtemps, car moins d'un an plus tard l'ETA attaque un aéroport de Madrid. Puis, en 2013, le groupe terroriste annonce sa dissolution (19).

Toutefois, cette dissolution de l'ETA ne marque pas définitivement la fin de la violence sur le territoire basque. Plusieurs attentats sont encore commis, mais ne sont pas tous revendiqué par le groupe terroriste. Quant à l'indépendance, elle n'est pas à l'agenda du PNV pour l'instant, face à la crise espagnole qui semble plus prioritaire pour le parti.




Références:

(1) Agence France Presse, L'Écosse voudrait proclamer son indépendance en 2016, 5 février 2013, http://www.lapresse.ca/international/europe/201302... Page consultée le 23 novembre 2013.

(2) Agence France Presse, Dans un an le référendum sur l'indépendance, 18 septembre 2013, http://www.courrierinternational.com/une/2013/09/1... Page consultée le 23 novembre 2013.

(3) DENISSOVA, Olga, Europe : Ces régions qui veulent l'indépendance, 21 octobre 2012, http://www.alterinfo.net/Europe-ces-regions-qui-ve... Page consultée le 223 novembre 2013.

(4) Encyclopédie Larousse, Pays basque, 2013, http://www.larousse.fr/encyclopedie/autre-region/P... Page consultée le 23 novembre 2013.

(5) Pays basque, L'histoire du Pays basque, 2012, http://www.paysbasque.net/re-decouvrir/histoire/hi... Page consultée le 23 novembre 2013.

(6) Encyclopédie Larousse, op. cit.

(7) Ibid.

(8) Ibid.

(9) Ibid.

(10) Revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques, Le Pays basque : une région en quête d'identité, 2002, http://amnis.revues.org/161, Page consultée le 23 novembre 2013.

(11) Ibid.

(12) Ibid.

(13) Gouvernement basque, 2013, http://www.euskadi.net/bopv2/datos/2005/06/0503327a.pdf, Page consultée le 23 novembre 2013.

(14) Parlemento Vasco, Le parlement basque, 2013, http://www.parlamentovasco.euskolegebiltzarra.org/eu, Page consultée le 23 novembre 2013.

(15) France-Euskadi, La communauté autonome basque, 24 janvier 2009, http://www.france-euskadi.org/site/, Page consultée le 23 novembre 2013.

(16) Ibid.

(17) Encyclopédie Britannica, ETA, 2013, http://www.britannica.com/EBchecked/topic/193771/ETA, Page consultée le 17 novembre 2013.

(18) CUA, Juliette et GOUËSET, Catherine, ETA :50 ans de violence au Pays basque espagnol, 3 janvier 2013, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/eta-... Page consultée le 23 novembre 2013.

(19) Ibid.

Dernière modification: 2013-12-02 08:13:12

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les socialistes espagnols se tournent vers Sánchez pour contrer la chute
>septembre 2017


Le parti Podemos est-il en mesure de briser la tendance vers la droite en Europe?
>octobre 2016


Des élections sans gagnants en Espagne
>février 2016


Espagne : relance réelle ou mirage économique ?
>septembre 2015


Économie espagnole : une première en six ans
>février 2015


La polémique de l'immigration clandestine en Espagne
>octobre 2014


Le gouvernement espagnol abandonne un projet de loi controversé
>septembre 2014


Un démocrate espagnol s'éteint
>septembre 2014


Le chemin tortueux de l'indépendance basque
>novembre 2013


L'Espagne: une chance pour la sortie de crise dans la zone euro?
>juin 2012


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016