25 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 novembre 2013

Guantanamo : un goulag américain ?


Alexis Montambault Trudelle
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Les attentats terroristes du 11 septembre 2001 sont des évènements particulièrement marquants du XXIe siècle par leurs conséquences sur le monde, tant occidental qu'oriental. De cette brutale attaque découle la guerre contre le terrorisme déclarée par les États-Unis de George W. Bush. Afin d'incarcérer les prisonniers combattants talibans ou d'al-Qaïda, l'administration Bush annonce alors l'ouverture de la prison de Guantanamo sur une base militaire américaine située sur l'île de Cuba.

La fin justifie les moyens

Dès sa création, par l'annonce du secrétaire d'État à la défense, Donald Rumsfeld, le 27 décembre 2001(2), le centre de détention revêt un caractère extraordinaire par son extraterritorialité.

Guantanamo est située sur l'île de Cuba, un État qui entretient des relations tendues avec Washington(3). L'installation d'une base militaire dans la baie de Guantanamo remonte à plus d'un siècle. En effet, la marine américaine et le gouvernement cubain s'entendent en 1903 sur la location d'une parcelle de terre de 72 kilomètres carrés, soit deux tiers de la superficie de la ville de Washington, pour une somme de 2 000 $ par année.

Ensuite, en 1934, une deuxième entente est signée. Celle-ci augmente le prix de la location à 4 085 $ par année. De plus, l'entente de 1934 n'a aucune date d'échéance. Elle stipule que les seules façons de mettre fin à ladite entente sont par la volonté du gouvernement américain ou par un accord bilatéral. Par contre, l'entente ne peut être rompue par une action unilatérale du gouvernement cubain.

La nouvelle vocation de la prison de Guantanamo est annoncée le 27 décembre 2001 par le secrétaire d'État à la défense de l'administration Bush, Donald Rumsfeld(4). Dorénavant, l'établissement va accueillir des talibans ou des membres présumés d'al-Qaïda fait prisonniers dans la guerre contre le terrorisme. Le lendemain, soit le 28 décembre 2001, le ministère de la Justice envoie une note au Pentagone autorisant la détention illimitée et sans chefs d'accusation des prisonniers sur un territoire hors compétence des cours fédérales.

« Un goulag moderne »

Depuis son inauguration, le centre de détention à haute sécurité de Guantanamo est la cible de critiques acerbes. En ce sens, Rob Freer, un chercheur d'Amnesty International, affirme de Guantanamo : « ce n'est pas seulement un symbole d'abus et de mauvais traitements, c'est le symbole d'une atteinte aux principes internationaux des droits de l'homme. »(5) La controverse au sujet des conditions de détention s'articule principalement autour de deux aspects, celui du « combattant illégal » ainsi que l'utilisation de la torture.

D'abord, Guantanamo est un centre de détention pour les «combattants illégaux» capturés durant la guerre contre le terrorisme. Cette notion de combattant illégal est définie dans le « Patriot Act »(6). Adoptée par le congrès le 26 octobre 2001, cette loi renforce le pouvoir des services de sécurité dans leur combat contre le terrorisme et crée aussi le statut de combattant illégal(7).

Dans cette perspective, le concept de combattant illégal est primordial pour l'administration Bush, car il permet de passer outre l'article 3 des Conventions de Genève. Celui-ci protège les prisonniers de guerre contre la torture, la cruauté et les atteintes à la dignité humaine. Pour Bush, les combattants talibans ou d'al-Qaïda ne sont pas considérés comme faisant partie d'une armée traditionnelle. Ainsi, ils ne sont pas sous la protection des Conventions de Genève et ils peuvent être détenus en isolement indéfiniment. De plus, par son extraterritorialité, Guantanamo ne se trouve pas sous la juridiction de la Constitution américaine, ce qui empêche les prisonniers de bénéficier des droits garantis par cette dernière(8).

Ensuite, toujours dans l'optique de la guerre contre le terrorisme, l'administration Bush autorise le recours à ce qu'elle nomme des « techniques d'interrogatoires améliorées ». Ces techniques, autorisées par Rumsfeld lui-même, comprennent la simulation de noyade, l'exposition à des températures extrêmes et la privation de sommeil. Une autre consiste à « placer le détenu dans un état de stress intense en lui plaçant une cagoule sur la tête, le déshabiller, le priver de ses sens, le placer à l'isolement, l'obliger à rester dans des positions inconfortables et utiliser des chiens (9)». De plus, un rapport de l'armée américaine datant de 2005 stipule que le Coran a été manipulé de manière très insultante pour les détenus. Il aurait été arrosé d'urine ou piétiné à plusieurs reprises(10).

Ainsi, en 2005, dans son rapport annuel, Amnesty International demande la fermeture de Guantanamo et compare le centre de détention à un « goulag moderne(11) ». Toujours en 2005, le gouvernement de George W. Bush a refusé qu'une délégation d'émissaires des Nations Unies s'entretienne avec les détenus(12).

Une promesse de politicien ?

En 2008, un élément clé de la campagne de Barack Obama était sa promesse de fermer Guantanamo. Ainsi, dès le deuxième jour de son mandat, soit le 22 janvier 2009, il marque une rupture entre son administration et celle de son prédécesseur, George W. Bush, en signant un décret de fermeture de la prison militaire(13). Cette fermeture devait s'opérer sur une durée d'un an. Obama affirme que le centre de détention est inutile pour la sécurité des États-Unis et qu'il peut même être un outil de recrutement pour des forces extrémistes (14). Cependant, le décret fut bloqué par le Congrès, qui voit la perspective de libération des détenus, dont certains sur le territoire américain, comme très dangereuse pour la sécurité intérieure du pays(15).

Deux ans plus tard, Obama fait une concession au Parti républicain et signe un décret, le 7 mars 2011, qui relance les tribunaux militaires et assure la détention illimitée de 47 détenus jugés trop dangereux pour être libérés(16).

En avril 2013, Obama a réitéré son désir de redoubler d'efforts pour fermer Guantanamo. Par contre, il devra encore faire face au Congrès, majoritairement composé de républicain. Ces derniers tiennent mordicus à ce que Guantanamo, monument de la guerre contre le terrorisme, reste ouverte et que les 166 détenus restants puissent être jugés. Obama aura donc fort à faire afin de rallier le Congrès, qui s'oppose systématiquement à la fermeture du centre de détention depuis 2009.




Références:

1. AMNESTY INTERNATIONAL, « Dixième anniversaire de Guantanamo : chronologie », Amnesty International, [En ligne], décembre 2011, http://www.amnesty.fr/sites/default/files/AMR51099... (consulté le 7 novembre 2013)

2. Ibid.

3. KRAMER, Paul, « A useful corner of the world : Guantanamo », The New Yorker, [En ligne], 31 juillet 2013, http://www.newyorker.com/online/blogs/newsdesk/201... (consulté le 7 novembre 2013)

4. AMNESTY INTERNATIONAL, Op. Cit.

5. SALLON, Hélène, « Guantanamo, symbole d'une décennie d'atteinte aux droits de l'homme », Le Monde, [En ligne], 11 janvier 2011, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/11... (consulté le 7 novembre 2013)

6. Ibid.

7. GHOZALI, Maya, « US Patriot Act », E-Juriste, [En ligne], 22 férvrier 2005, http://www.e-juristes.org/usa-patriot-act/ (consulté le 11 novembre 2013)

8. Ibid.

9. Ibid.

10. BÉRUBÉ, Nicolas, « Methodes de tortures à Guantanamo », La Presse, [En ligne], 12 septembre 2011, http://www.lapresse.ca/international/dossiers/11-s... (consulté le 11 novembre 2013)

11. LE MONDE, « Guantanamo : le Sénat américain enquête sur le « goulag » de la guerre contre le terrorisme », Le Monde, [En ligne], 15 juin 2005, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/10... (consulté le 7 novembre 2013)

12. REUTERS, « L'ONU refuse de se rendre à Guantanamo », Le Devoir, [En ligne], 19 novembre 2005, http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/9... (consulté le 11 novembre 2013)

13. LE FIGARO, « Obama décrète la fermeture de Guantanamo », Le Figaro, [En ligne], 22 janvier 2009, http://www.lefigaro.fr/international/2009/01/22/01... (consulté le 11 novembre 2013)

14. Ibid.

15. COURRIER INTERNATIONAL, « Fermer Guantanamo : Obama a-t-il les mains libres? », Courrier International, [En ligne], 27 mai 2013, http://www.courrierinternational.com/dessin/2013/0... (consulté le 11 novembre 2013)

16. SEELOW, Soren, « Pourquoi Guantanamo n'est pas fermé? », Le Monde, [En ligne], 10 janvier 2012, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/10... (consulté le 11 novembre 2013)

Dernière modification: 2013-11-19 07:51:39

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019