24 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 novembre 2013

Japon : atome, soleil et vent à la croisée des chemins


Nicolas Trudel
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Abdication de l’empereur du Japon, Akihito

octobre
2017
Réélection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

décembre
2014
Réélection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

décembre
2012
Élection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

mars
2011
Séisme dévastateur au Japon

août
2009
Élection au Japon du Parti démocratique de Yukio Hatoyama

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

septembre
2005
Élection d'un gouvernement libéral-démocrate majoritaire au Japon

janvier
1995
Tremblement de terre d'Haansh Anshin-Awaji (Kobe), au Japon

octobre
1992
Début d’une visite historique de l’empereur japonais Akihito en Chine

novembre
1990
Intronisation de l'empereur japonais Akihito

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

août
1978
Signature d'un traité de paix et d'amitié entre la Chine et le Japon

juillet
1976
Arrestation de l'ex-premier ministre japonais Kakuei Tanaka

novembre
1975
Ouverture du sommet des six nations les plus industrialisées à Rambouillet

décembre
1959
Signature d'un traité international protégeant l'Antarctique

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

La tragédie de Fukushima Daiichi en 2011 a plongé le Japon dans une profonde réflexion quant à l'avenir de ses sources énergétiques. La nouvelle peur populaire du nucléaire a alimenté un débat de société, où le potentiel d'énergie solaire et éolien a créé remous et espoir. Entre investissement et développement, le pays du Soleil-Levant est à l'aube de devenir un leader mondial en matière d'énergie renouvelable.

Fukushima, le début de la fin?

Le 11 mars 2011, le monde entier avait les yeux rivés vers le Japon qui subissait une des pires tragédies de son histoire moderne. Un séisme de magnitude 9 sur l'échelle de Richter a provoqué un tsunami de près de 30 mètres qui a ravagé des villes entières sur 600 km de côte (1). Le bilan est lourd, près de 20 000 morts et quelque 140 000 réfugiés.

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, une des 25 plus grandes au monde, se dressait fièrement sur la côte du Pacifique, à 250 km au nord de Tokyo. Conçue pour résister à un tremblement de terre de magnitude 8 et des vagues de 5,7 mètres, la centrale a été inondée par des vagues de près de 15 mètres de hauteur (2). Les jours suivant le séisme ont été marqué de plusieurs explosions, rejetant dans l'environnement une pollution inquiétante. L'accident a été classé au plus haut niveau possible dans l'Échelle internationale des événements nucléaires, tout comme la tragédie de Tchernobyl en 1986 (3).

Le gouvernement n'a pas tardé à réagir sur la place publique, annonçant un virage à 180 degrés sur sa position face au nucléaire. Les autorités avaient pour plan de poursuivre le développement de l'énergie nucléaire à la hauteur de 50% de l'énergie totale, alors qu'au moment de la tragédie, 30% de l'énergie provenait du nucléaire (4). Le premier ministre de l'époque, Naoto Kan, évoquait même la nécessité de repartir à zéro la politique énergétique.

Le drame de Fukushima a alimenté dans la population une vague de contestation populaire au sujet de l'utilisation de l'énergie nucléaire. Plus de 60 000 citoyens s'étaient donné rendez-vous à Tokyo pour une grande manifestation en septembre 2011 (5). Deux ans après l'accident, des dizaines de milliers de Japonais se sont rassemblés à nouveau dans la capitale pour démontrer leur opposition à ce type d'énergie.

Un pays qui veut profiter de son soleil levant

La contestation généralisée du nucléaire pousse les Japonais au développement de nouvelles énergies renouvelables. Parmi celles-ci, l'énergie solaire prend de plus en plus de place avec ses multiples avantages. Même avant la tragédie de Fukushima, le Japon occupait le 5e rang mondial pour la production d'énergie solaire (6).

Ce type d'énergie intéresse particulièrement les Japonais puisqu'il suit la demande énergétique (7). C'est généralement lorsque la demande d'électricité est forte que le solaire produit le plus, tel que lors des canicules et des chaleurs extrêmes.

Une étude menée par des chercheurs de l'Université du Texas, publiée dans la revue Environnemental Research Letters, affirme que la technologie de pompage-turbine déjà implantée dans le pays, combinée à des panneaux solaires sur les toitures, pourrait complètement remplacer l'énergie nucléaire (8). Pour ce faire, il faudrait l'installation de 1700 km carrés de panneaux photovoltaïques, soit l'équivalent de 0,4% de la superficie du pays. Toutefois, l'évacuation autour de la centrale de Fukushima couvrait plus de 1200 km carrés et 30 000 km carrés ont été contaminés à la suite de la tragédie.

Juillet 2012 a marqué une nouvelle étape importante dans le développement de l'énergie solaire alors que le gouvernement nippon a légiféré, obligeant les compagnies d'électricité à acheter à tarif déterminé les productions fournies par des tiers (9). Les multinationales Toshiba et Kyocera en ont également profité pour annoncer la construction de projets de centrales solaires, pouvant alimenter un total de plus de 50 000 foyers.

Si la tendance se maintient, le Japon prendra le leadership mondial d'ici 2020, dépassant l'Allemagne grâce à une production potentielle de 50 gigawatts d'énergie solaire. En plus, cette énergie est produite à un coût plus que concurrentiel, soit environ 0,206 $ du kilowattheure sur une période de 25 ans (10).

Une énergie dans le vent

En parallèle à l'expansion de l'énergie solaire, les Japonais ont débuté la construction d'un des plus ambitieux projets en matière d'énergie verte. Une immense éolienne, de plus de 100 mètres de hauteur, a été érigée sur une plate-forme en mer. Cette éolienne a la capacité de générer suffisamment d'électricité pour fournir 1700 maisons (11).

Le projet en est encore dans sa phase expérimentale, avec la construction de 3 éoliennes, financées par le gouvernement japonais. Si les tests sont concluants, pas moins de 140 éoliennes seront construites en pleine mer (12). La réalisation du parc flottant pourra compter sur l'appui d'un consortium de 11 grandes industries, notamment Hitachi, Mitsubishi Heavy Industries, Shimizu et Marubeni.

Le potentiel de parc éolien maritime est d'ailleurs très élevé dans l'archipel nippon, possédant une des 10 plus grandes zones économiques exclusives au monde (13). Cette zone représente un espace de 200 milles marins tout autour du pays insulaire.

Cet ambitieux projet ne représente qu'une partie de l'initiative japonaise dans le développement de l'éolien. Selon le Global Wind Energy Council, la capacité d'énergie éolienne au Japon doublera dans les 5 prochaines années, pour atteindre une production totale de 536 gigawatts (14).

Une question de coût?

L'accident nucléaire de Fukushima a considérablement influencé l'opinion publique et augmenté la pression sur le gouvernement pour que le Japon oriente son programme énergétique vers l'écologie et la sécurité. Au moment de la tragédie, la part d'énergie renouvelable au pays du Soleil-Levant était de 2%, près de 10% en comptant l'hydraulique (15). Rappelons que cette dernière n'est pas reconnue de manière générale comme une énergie renouvelable.

Depuis le printemps 2011, 48 des 50 réacteurs nucléaires au Japon étaient à l'arrêt. Cela a inévitablement entraîné une hausse de l'utilisation des énergies fossiles ainsi qu'augmenté la facture énergétique. L'achat de gaz naturel a grimpé de 50%, soit une dépense quotidienne de 246 millions de dollars pour l'État nippon (16). En novembre 2012, le déficit commercial s'était enlisé jusqu'à 37,9%, le pire résultat en 30 ans.

Les détracteurs de l'énergie nucléaire ont toutefois vu leur cause en position précaire à la fin de l'année 2012. À son arrivée au pouvoir, Shinzo Abe, à la tête d'un gouvernement favorable au nucléaire, annule le programme énergétique de son prédécesseur, Yoshihiko Noda, qui visait à remplacer complètement l'atome par des énergies propres d'ici 2040 (17).

Malgré une intention d'investir dans le développement des énergies renouvelables, le gouvernement de centre droit ne cache pas son intention de remettre en marche les réacteurs nucléaires lorsque leur niveau de sécurité sera adéquat (18).

L'immense potentiel énergétique du Japon pourrait lui donner un titre de leader mondial en matière d'énergies vertes. Cependant, entre la conjoncture économique et les changements politiques, l'avenir des énergies renouvelables se retrouve en position précaire, déchiré entre volonté et réalité.




Références:

1) AFP, REUTERS, « Les côtes japonaises frappées par un tsunami », Le Monde, 11 mars 2011, http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/11/a... (11 novembre 2013)

2) LE MONDE, « Fukushima : « Un accident inédit dans l'histoire du nucléaire » », 13 mars 2011, http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/13/f... (11 novembre 2013)

3) INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE, « L'échelle INES, incidents et accidents », 2013, http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_... (11 novembre 2013)

4) BELLECOMBE, Louise, « Japon : le nouvel eldorado des énergies renouvelables ? », Aujourd'hui le monde, 12 juillet 2012, http://japon.aujourdhuilemonde.com/japon-le-nouvel... (11 novembre 2013)

5) RÉSEAU FRANCE INFO, « À Tokyo, 1ère grande manifestation antinucléaire depuis la catastrophe de Fukushima », 19 septembre 2011, http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110919-tokyo-1e... (11 novembre 2013)

6) DANIELO, Olivier, « Au Japon, les énergies renouvelables ont le potentiel de rempacer le nucléaire », Reporterre, 24 juin 2013, http://www.reporterre.net/spip.php?article4413, (11 novembre 2013)

7) Loc. cit.

8) Loc. cit.

9) AFP, « Japon : une nouvelle loi propulse l'énergie solaire », La Presse, 1er juillet 2012, http://www.lapresse.ca/environnement/dossiers/ener... (11 novembre 2013)

10) DANIELO, Olivier, op. cit.

11) LE MONDE, AFP, « Mise en route d'une éolienne flottante au large de Fukushima », 11 novembre 2013, http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/11/11/m... (11 novembre 2013)

12) TABUCHI, Hiroko, « To Expand Offshore Power, Japan Builds Floating Windmills », The New York Times, 24 octobre 2013, http://www.nytimes.com/2013/10/25/business/interna... (11 novembre 2013)

13) Loc. cit.

14) Loc. cit.

15) BELLECOMBE, Louise, op. cit.

16) RODIER, Arnaud, « Japon : le gouvernement Abe relance le nucléaire », 27 décembre 2012, http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/12/27/2000... (11 novembre 2013)

17) A.C., REUTERS, « Nucléaire : Le Japon va davantage se tourner vers les énergies renouvelables », 20minutes.fr, 11 mai 2011, http://www.20minutes.fr/planete/722017-nucleaire-j... (11 novembre 2013)

18) LE FIGARO, « Japon : la femme de Shinzo Abe lui demande d'oublier le nucléaire », 11 juin 2013, http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/11/01... (11 novembre 2013)

Dernière modification: 2013-11-18 09:19:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Japon : la population nippone pourrait disparaître d'ici 1000 ans
>février 2019


La peine de mort au Japon : une violation des droits de la personne?
>novembre 2018


Tokyo face à plusieurs défis pour les Jeux olympiques
>octobre 2017


JEFTA : la réponse euro-japonaise à l'isolationnisme
>octobre 2017


Sommet Russie-Japon : l'économie avant la paix
>février 2017


Japon : du pain sur la planche pour Murata à la tête de l'opposition
>janvier 2017


Les élections japonaises : une ouverture vers une révision constitutionnelle
>septembre 2016


Japon : une relance économique risquée
>septembre 2016


Fukushima, Japon : les fantômes du passé ressurgissent
>février 2016


Le règne d'Ahikito : l'empereur moderne
>octobre 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016