24 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 septembre 2013

Après une longue impasse, l'Italie se dote d'un nouveau premier ministre


Carolina Reyes Marquez
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élections au Parlement européen

février
2019
Début d’une rencontre au Vatican sur La protection des mineurs dans l’Église

avril
2018
Tenue d’élections législatives en Italie

mai
2017
Ouverture du sommet du G7 à Taormina, en Italie

décembre
2016
Tenue d’un référendum constitutionnel en Italie

août
2016
Tremblement de terre dévastateur en Italie

avril
2015
Naufrage de plus de 800 immigrants clandestins en Méditerranée

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2014
Canonisation de Jean XXIII et Jean Paul II

mars
2013
Élection du pape François

février
2013
Élections législatives en Italie

novembre
2011
Démission du président du Conseil italien, Silvio Berlusconi

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2008
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

avril
2006
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Romano Prodi

avril
2005
Décès du pape Jean-Paul II

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mai
2001
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi

Plongés dans l'impasse politique depuis deux mois, les Italiens connaissent enfin le chef de leur gouvernement, soit Enrico Letta. En effet, le 25 avril 2013, Letta a été désigné président du Conseil des ministres. Ayant comme premier mandat de former un nouveau gouvernement, le nouveau premier ministre a un vrai défi devant lui alors que le pays est divisé entre la gauche et droite (1).

Faire des compromis pour mettre fin au blocage politique

L'arrivée de Enrico Letta au pouvoir est le résultat d'une période politique instable pour l'Italie. En effet, l'Italie avait connu des élections législatives vers la fin du mois de février 2013, à la suite de la dissolution du Parlement quelques mois plus tôt. Or, le vote des Italiens était particulièrement divisé. La Chambre haute était plutôt de droite, mais sans majorité, tandis que la Chambre basse était majoritairement de centre gauche (2).

Pendant plusieurs semaines, des négociations ont eu lieu entre les différents partis politiques et le président de la République, Giorgio Napolitano. Ce dernier devait se charger de nommer le président du Conseil des ministres en tenant compte notamment des sièges remportés par les partis politiques lors des élections, afin de permettre la formation éventuelle d'un cabinet ministériel. Néanmoins, Napolitano n'arrivait pas à un accord avec les principaux acteurs, soit le Peuple de la liberté (PDL), coalition de droite de Silvio Berlusconi, ainsi que l'Italie. Bien commun, une coalition de centre gauche de Pier Luigi Bersani, incluant le Parti démocrate de Enrico Letta. Enfin, un autre acteur est Avec Monti pour l'Italie, parti de centre droit de Mario Monti, ancien président du Conseil italien (3).

Sans consensus et son mandat achevé, Napolitano se doit de démissionner, mais il est réélu le 20 avril pour un second mandat. Cette fois, après des scandales politiques et une longue instabilité de l'appareil politique italien, il choisit Enrico Letta. Représentant du Parti démocrate (PD), Letta est aussi soutenu par le PDL de Berlusconi et par le Choix citoyen (SC) de la coalition de Monti (4).

Malgré l'inquiétude entourant la politique italienne, de l'optimisme se fait sentir chez les politiciens. Âgé de 46 ans et représentant d'abord la gauche modérée, Letta a déjà été trois fois ministre dans sa vie politique (5). De plus, il n'a pas tardé à rencontrer les différents partis politiques, puis, le 27 avril, après deux jours après intensifs de négociations, l'Italie se dote d'un gouvernement de 21 ministres. Ce Conseil des ministres se distingue notamment par son caractère plutôt jeune - moyenne de 53 ans, soit 11 années de moins que le précédent - , par sa féminisation - 7 femmes sont ministres - et par l'expertise de plusieurs des ministres dans leurs domaines respectifs (6).

Espoir et déception au rendez-vous

Des vives réactions se font sentir partout dans le pays à la suite de l'arrivée de Letta à la tête du Conseil des ministres. D'un côté, plusieurs critiques soulèvent l'inefficacité de cette nouvelle coalition. De l'autre, nombreux sont ceux qui se réjouissent du fait que l'Italie connaisse finalement un gouvernement après une période de blocage et de mésententes.

Alors que Letta représente un parti de centre gauche, nombreux sont les électeurs qui ont été déçus par le fait qu'il ait négocié avec le centre droit de Berlusconi. L'opinion publique peut parfois être dure à son égard, le considérant comme un homme politique faible qui s'est vendu aux autres partis, ou bien comme « le moins mauvais (7) » des candidats ayant pu assumer la présidence du Conseil.

Cependant, une lueur d'espoir peut aussi être observée au sein du peuple italien et de la presse nationale. L'âge de Letta est une bonne nouvelle, car il est l'un des plus jeunes dirigeants européens, ce qui réjouit plusieurs Italiens en quête de changement. De plus, à la suite des scandales sous le gouvernement Berlusconi, la crainte que celui-ci contrôle à nouveau d'importants ministères était toujours présente, principalement celui de la Justice. Par contre, Letta a décidé d'en nommer responsable Anna Maria Cancellieri, une indépendante. Ce qui laisse croire à un gouvernement de trêve, mais durable, sans l'omniprésence de Berlusconi dans l'exécutif (8).

En définitive, l'avenir politique de l'Italie reste à surveiller. Gagner la confiance du peuple est un défi d'envergure pour Enrico Letta qui devra faire ses preuves dans un contexte économique délicat, touché actuellement par l'austérité et le chômage.




Références:

(1) PADOVANI, Marcelle, « ITALIE. Le gouvernement Letta part d'un bon pied », Le Nouvel Observateur, [En ligne], 27 avril 2013, http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130427.OBS7... (page consultée le 21 septembre 2013).

(2) L'EXPRESS, « Élections législatives : l'Italie ingouvernable? », [En ligne], 25 février 2013, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/elec... (page consultée le 21 septembre 2013).

(3) LA REPPUBLICA. « L'appello di Napolitano: "La crisi non aspetta. L'Italia deve darsi un governo ed essere coesa" », [En ligne], 8 mars 2013, http://www.repubblica.it/politica/2013/03/08/news/... (page consultée le 21 septembre 2013).

(4) LE MONDE. « L'Italie flirt avec l'impasse politique », [En ligne], 22 avril 2013, http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/22/l-i... (page consultée le 21 septembre 2013).

(5) LE ROUX, Gildas, « Italie : Letta effectue des consultations pour former un gouvernement », La Presse, [En ligne], 25 avril 2013, http://www.lapresse.ca/international/europe/201304... (page consultée le 21 septembre 2013).

(6) LE MONDE. « Finalement l'Italie se dote d'un gouvernement de trêve », [En ligne], 27 avril 2013, http://italie.blog.lemonde.fr/2013/04/27/finalemen... (page consultée le 21 septembre 2013).

(7) EURONEWS, « La nomination d'Enrico Letta déclenche des réactions mitigées », [En ligne], 24 avril 2013, http://fr.euronews.com/2013/04/24/la-nomination-d-... (page consultée le 21 septembre 2013).

(8) PADOVANI, Marcelle, op. cit.

Dernière modification: 2013-09-30 10:48:15

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les 60 ans du décès du pape Pie XII : se souvenir ou oublier?
>septembre 2018


L'Italie en voie de remonter la pente
>septembre 2018


Mort de Salvatore Riina : la perte d'une figure emblématique de la mafia sicilienne
>février 2018


Vatican : l'entrée au paradis du blanchiment d'argent
>février 2018


Saint-Marin : d'un paradis fiscal prospère à un État endetté
>février 2018


Victoire difficile pour le nouveau président du Parlement européen Antonio Tajani
>octobre 2017


Limogeage du grand maître de l'Ordre de Malte
>mars 2017


Crise de la dette publique : l'Italie rattrapée par les décisions du passé
>février 2017


Élection de Virginia Raggi : renouvellement des élites italiennes?
>octobre 2016


L'union civile sépare l'Italie
>septembre 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019