26 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 septembre 2013

Émir du Qatar à 33 ans


Nedeljko Dukic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

Le 25 juin 2013, le Qatar connaît un changement au pouvoir. Il survient lorsque le cheikh Hamad annonce qu'il abdiquera son trône pour laisser la place à son fils Tamim de 33 ans, désigné prince héritier 10 ans auparavant.

Cette annonce fait parler car il s'agit d'un événement peu commun dans le monde arabe moderne. En effet, les monarques arabes ont tendance à s'agripper au trône le plus longtemps possible(1). Les changements au pouvoir des monarchies arabes adviennent majoritairement par nécessité absolue, notamment lors de maladie grave ou de décès de l'émir.

Le cheikh Hamad dépose son père, le cheikh Khalifa, en 1995, « héritant d'un petit émirat quasiment inconnu dont les caisses étaient presque vides (2)». Il change drastiquement le Qatar pendant les 18 prochaines années. Sous son règne, le petit État devient l'un des plus riches dans le monde et étend son influence internationale, notamment grâce aux investissements des pétrodollars.

La famille tient les ficelles du pouvoir

La monarchie qatarienne s'inscrit dans la même lignée que toutes les autres monarchies absolues. Ainsi, les successions au trône se font de façon héréditaire. Le monarque est le leader absolu de l'État et toutes les décisions lui reviennent. Il incarne le pouvoir exécutif.

Là où la monarchie qatarienne se distingue vient de sa branche législative. Cette dernière est dotée d'un Conseil - instauré par la Constitution de 2003 - composé de 45 membres, dont 30 sont élus au suffrage universel(3). Le Conseil a pour fonction de proposer les lois et d'approuver le budget national. Cependant, ces fonctions sont limitées par l'émir qui a le dernier mot sur toute la ligne. Même les juges à la Cour suprême sont choisis par le monarque(4).

D'ailleurs, les partis politiques sont interdits par la Constitution et aucun leader ou groupe d'opposition n'existe(5).

Le choix du nouvel émir passe par le Conseil de famille. Ce dernier est « l'organe chargé de désigner le successeur de l'émir (actuel)(6) ».

Une politique étrangère multidirectionnelle et paradoxale

La politique étrangère du cheikh Hamad est difficile à mettre au clair selon plusieurs analystes. En effet, elle s'inscrit dans une multitude de sphères. De plus, elle manque de cohérence et est souvent considérée comme contradictoire(7).

Par exemple, le cheikh Hamad « prône la modération politique, mais il a financé la rébellion libyenne en 2011, ainsi qu'il assiste et arme la rébellion syrienne(8) ». D'un côté, le Qatar soutient des groupes islamistes comme le Hamas ou des rebelles dans différents pays touchés par le printemps arabe qui prônent le panislamisme, tandis qu'en même temps il est très proche des États-Unis et les autres pays occidentaux.

Dans le même ordre d'idées, sa position sur le conflit israélo-palestinien confond certains. En effet, d'un côté le cheikh apporte « son soutien à l'autorité palestinienne, à qui il apporte son appui financier », mais de l'autre « il reçoit également des personnalités israéliennes en visite officielle...(9)». Il a de très bonnes relations avec l'Iran, mais est très proche de l'Arabie Saoudite, Israël et les États-Unis qui qualifient pourtant l'Iran d'État «voyou».

Le Qatar mène la politique du « portefeuille » pour assurer son influence et sa survie. En d'autres termes, sa politique étrangère repose grandement sur les réserves financières qui proviennent des pétrodollars. Étant un micro-état, entouré de puissants voisins qu'il craint, sa politique se base principalement sur le soft power.

Étant incapable d'assurer sa sécurité et sa survie, il développera des relations très proches avec les États-Unis, notamment sur le plan militaire. « Des accord sont signés en 1992, en 1996 et en 2002, qui permettent aux États-Unis d'avoir des bases militaires et aériennes au Qatar(10).»

Le Qatar est peuplé de seulement 15% de Qataris, alors que 85% de ses habitants sont des immigrants. Il dépend de l'importation alimentaire pour 95% de ses besoins et mise largement sur la main-d'oeuvre étrangère. Ainsi, le pays est grandement décidé à investir ses énormes ressources financières partout dans le monde afin de changer cette donne(11).

Selon Mehdi Lazar, sa politique étrangère est «structurée par les grands axes que sont l'Islam, l'influence médiatique (avec la chaine Al-Jazzera), les investissements massifs en Europe et aux États-Unis, la sécurité alimentaire et les médiations régionales(12)».




Références:

(1) AFP Infos Mondiales. « L'émir du Qatar abdique au profit de son fils », AFP Infos Mondiales, 25 juin 2013, http://biblio.eureka.cc.ezproxy.usherbrooke... (page consultée le 21 septembre 2013)

(2) loc. cit.

(3) CIA World Factbook. https://www.cia.gov/library/publications/the-wor... (page consultée le 21 septembre 2013)

(4) loc. cit.

(5) loc. cit.

(6) LE ROUX, Gaëlle. « Cheikh Tamim souhaite ? ouvrir une nouvelle page' de l'histoire du Qatar », France 24, 26 juin 2013, http://www.france24.com/fr/20130624-qatar-e... (page consultée le 22 septembre 2013)

(7) LEVALLOIS, Agnès. « Qatar. Une politique étrangère ambitieuse mais complexe et contradictoire », revue Moyen-Orient n° 16, 22 mars 2013, http://www.franceculture.fr/emission-les-en... (page consultée le 22 septembre 2013)

(8) loc. cit.

(9) CHAIGNE-OUDIN, Anne-Lucie. « Qatar », Les clés du Moyen-Orient, 2 janvier 2010, http://www.lesclesdumoyenorient.com/Qatar.html (page consultée le 21 septembre 2013)

(10) loc. cit.

(11) LAZAR, Mehdi. «Qatar : une politique d'influence entre conjoncture favorable et fondamentaux géographiques», La revue géopolitique online, 27 mai 2012, http://www.diploweb.com/Qatar-une-politique... (page consultée le 22 septembre 2013)

(12) loc. cit.

Dernière modification: 2013-10-14 14:01:09

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Qatar : inhabitable d'ici 2100?
>février 2019


Coupe du Monde 2022 au Qatar : le côté sombre du football international
>novembre 2017


Le Qatar, un petit pays avec beaucoup de pression
>octobre 2017


Qatar : un financement controversé au terrorisme
>mars 2015


L'arbre qui cache la forêt
>octobre 2014


Émir du Qatar à 33 ans
>septembre 2013


Al-Jazira : péninsule arabophone au milieu d'une mer médiatique occidentale
>septembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016