Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

14 août 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 September 2013

Mali : les groupes Touaregs à l'unisson


Roxane Hasseni
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

January
2013
Intervention militaire française au Mali

March
2012
Renversement du président malien Amadou Toumani Touré

March
1991
Renversement du président Moussa Traoré au Mali

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

December
1985
Conflit entre le Burkina Faso et le Mali


1974
Famine au Sahel

November
1968
Renversement du président malien Modibo Keita

May
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

September
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

September
1960
Proclamation de l'indépendance du Mali

August
1960
Proclamation de l'indépendance du Sénégal

April
1960
Proclamation d'indépendance de la Fédération du Mali

Le 1er juin 2013, les groupes touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA ou HCA) ont conclu un accord d'union pour négocier avec les autorités gouvernementales (1). Ce rapprochement intervient peu de temps avant l'élection présidentielle prévue à la fin juillet.

Le MNLA composé et décomposé

Le MNLA naît le 16 octobre 2011 de la fusion du Mouvement national de l'Azawad (MNA) et de l'Alliance touareg Niger-Mali (ATNM) (2). Dans le premier communiqué de presse publié sur le site internet officiel de l'organisation, le MNLA définit son objectif principal. Il s'agit de «sortir le peuple de l'Azawad de l'occupation illégale du territoire azawadien par le Mali (3) ».

Dans un article de la revue Jeune Afrique sur les alliances touarègues, Rémi Carayol détaille la composition de ces groupes. Selon un spécialiste de la région (cité mais pas nommé) le MNLA regroupe deux courants distincts(4). Le premier est celui des Libyens, décrits comme plus radicaux, qui sont arrivés au Mali après la chute de président Mouammar Kadhafi. Ils sont armés, « ne veulent pas intégrer le HCA et feront la guerre jusqu'au bout ». Le second est celui des Touaregs. Maliens de naissance, « plus respectueux des traditions [...] (ils) sont prêts à faire la paix et à rallier le HCA (5)».

Dans un communiqué du 30 mai 2013, le porte-parole du MNLA, Mossa Ag Attaher, fait savoir que l'organisation reconnaît « l'intégrité territoriale du Mali (6)». C'est un recul pour le MNLA. L'objectif de liberté pour le territoire de l'Azawad est ramené au rang d'idéal.

Un précédent communiqué précise que le MNLA partage les objectifs de « rassemblement et de cohésion sociale (7) » du HCUA, mais que cela ne déboucherait pas sur une assimilation.

Un accord qui divise

L'accord du 1e juin entre ces deux organismes définit une union et non une fusion. Il s'agit de faire front commun dans les négociations avec le gouvernement malien. On parle ici de « plateforme politique commune (8)».

D'un point de vue organisationnel, les organismes ont prévu une commission de négociation de 33 membres (23 du MNLA et 10 du HCUA) (9).

Ces organismes alliés s'engagent à oeuvrer pour la « sécurisation et la lutte contre le narco-terrorisme dans le nord du Mali (10)» et font savoir leur désir de négocier avec les autorités maliennes. Cependant, ils mettent une condition aux négociations : des preuves d'engagement clair du gouvernement. Les attentes de l'alliance MNLA/HCUA sont précises : « libération des prisonniers politiques du MNLA [...], arrêt du pillage et exactions [...], et retrait de toutes les forces de défense et de sécurité malienne du territoire de l'Azawad (11) ».

De plus, le MNLA et le HCUA refusent que l'armée malienne supervise la présidentielle. Ils demandent le retrait des troupes maliennes et l'intervention de la Mission internationale de soutien au Mali (Minusma) pour sécuriser l'élection sur le territoire de l'Azawad, comme le prévoit la résolution des Nations unies (12).

Cet accord divise les observateurs. Par exemple, RFI remarque l'enthousiasme du chef de la diplomatie burkinabè, Djibril Bassolé (13). En effet, le président du Burkina Faso Blaise Compaoré, en tant que médiateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO), encadre le conflit du nord du Mali pour trouver des solutions diplomatiques (14). Le Portail d'informations sur le Mali exprime un soulagement en titrant : « Enfin! Un consensus entre MNLA et HCUA (15) ».

Cependant, le quotidien burkinabè indépendant Le Pays est très sévère à l'égard de cet accord. Il concède à Compaoré une réussite dans l'union des deux groupements touaregs : celle de parler d'une seule voix et de s'engager sur la sécurisation du territoire. Mais les critiques sur les revendications des Touaregs sont virulentes. Pour Le Pays, « il est urgent (pour Bamako) de prendre conscience de l'échec absolu de la médiation (16)». De plus, le journal annonce l'inévitable confrontation entre l'État et les deux mouvements. Dans ce même article on oppose l'enthousiasme du Burkina Faso au mécontentement des citoyens du sud de Mali et des autorités gouvernementales maliennes (17). Bref, un accord qui ne semble rien régler.




Références:

(1) RFI. « Mali : le MNLA et le Haut conseil de l'Azawad ont trouvé un accord », 2 juin 2013, [En ligne], http://www.rfi.fr/afrique/20130602-mali-le-mnla-le... (page consultée le 21 septembre 2013)

(2) IRIN. « Mali : Chronologie du conflit dans le nord du pays », 10 avril 2012, [En ligne], http://www.irinnews.org/fr/report/95263/mali-chron... (page consultée le 23 septembre 2013)

(3) MNLA. « Communiqué N°1 », [En ligne], http://www.mnlamov.net/projet-politique/37-projet-... AFRIQUE. « Mali : alliances touarègues et sables mouvants », 4 juin 2013, [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2733p034.xml... (page consultée le 23 septembre)

(5) Ibid.

(6) AG ATTAHER, Moussa. « Communiqué du MNLA relatif aux exactions et aux négociations », MNLA, Ouagadougou, 30 mai 2013, [En ligne], http://www.mnlamov.net/actualites.html?start=9, (page consultée le 23 septembre)

(7) AG ATTAHER, Moussa. « Communiqué du MNLA relatif aux combats d'Anefis et au HCA », MNLA, Kidal, 21 mai 2013, [En ligne], http://www.mnlamov.net/actualites.html?start=9, (page consultée le 23 septembre)

(8) RFI. Op. cit.

(9) Ibid.

(10) Ibid.

(11) Ibid.

(12) Ibid.

(13) Ibid.

(14) ALLAFRICA. « Mali : Accord entre le MNLA et le HCA ? Bamako ne doit plus se faire d'illusions », Le Pays, 2 juin 2013, [En ligne], http://fr.allafrica.com/stories/201306030475.html?page=2, (page consultée le 23 septembre 2013)

(15) PORTAIL D'INFORMATIONS SU LE MALI. « Enfin! Un consensus entre MNLA et HCUA », [En ligne], http://www.info-mali.com/index.php?option=com_cont... (page consultée le 23 septembre 2013)

(16) ALLAFRICA. Op. cit.

(17) Ibid.

Dernière modification: 2013-10-17 08:28:32

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016