26 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 septembre 2013

Présidentielle en Mongolie : l'économie remporte la première place


Nicolas Trudel
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
1992
Tenue d'élections présidentielle et législatives en Mongolie

juillet
1990
Tenue d'élections démocratiques en Mongolie

La 6e élection présidentielle mongole a laissé place à la plus belle démonstration de démocratie dans l'histoire du pays. Alors que les réactions positives se faisaient entendre sur la scène internationale, le président sortant, Tsakhi Elbegdorj, était réélu au premier tour de scrutin pour un deuxième mandat consécutif.

Une réélection attendue

Le 26 juin 2013, les Mongols étaient appelés aux urnes pour se prononcer sur l'identité de leur prochain président. Le premier tour de scrutin a été suffisant pour reconduire Tsakhi Elbegdorj, candidat du Parti démocrate, à la tête de l'État. Le président sortant a obtenu 50,23% du suffrage, un résultat que les sondages prédisaient avant le jour du vote. Le candidat du Parti du peuple mongol, Baterdene Badmaanyambuu, a reçu l'appui de 41,5% des citoyens, alors qu'un maigre 6,5% des électeurs se sont prononcés en faveur de Natsag Udval, représentante du Parti révolutionnaire du peuple mongol(1).

Les Mongols n'ont donc pas été invités une seconde fois à se rendre aux bureaux de vote, puisque le résultat était concluant dès le premier tour. En effet, si l'un des candidats récolte plus de 50% des voix, il reçoit automatiquement la confiance des électeurs sans devoir affronter à nouveau son plus proche rival. Le deuxième tour de scrutin était prévu pour le 10 juillet(2).

Il s'agissait de la 6e élection présidentielle de l'histoire de la jeune démocratie mongole. La libération du pays de l'emprise du Parti communiste, au début des années 1990, a permis à l'État asiatique de se munir d'une démocratie juxtaposant systèmes parlementaire et présidentiel. Le président y détient plusieurs pouvoirs, notamment nommer le juge en chef de la Cour suprême ainsi que le procureur général, siéger au conseil national de sécurité et porter le titre de commandant en chef de l'armée(3).

Le boom économique au coeur des débats

Les trois aspirants chef d'État ont largement orienté leurs campagnes sur l'actuel boom économique que connait la Mongolie. Les deux candidats défaits ont préféré miser sur la crainte des Mongols de voir leur économie et leurs ressources naturelles passer aux mains des entreprises étrangères(4). De son côté, Tsakhi Elbegdorj a plutôt vanté les impressionnants taux de croissance de 17,5% en 2011 et de 12,3% en 2012, tributaires des investissements internationaux(5). Le candidat démocrate promettait alors de poursuivre sa libéralisation du pays et d'accroitre l'ouverture de la Mongolie aux capitaux étrangers. Tous les candidats s'entendaient toutefois sur l'importance d'améliorer la répartition de la richesse dans la société.

Pour obtenir une seconde fois la confiance des électeurs, Tsakhi Elbegdorj a également abordé régulièrement la question de la transparence et de la lutte à la corruption dans ses discours électoraux. Déjà enclenchée depuis un certain temps, cette lutte à la corruption a permis de mettre l'ancien président Nambaryn Enkhbayar derrière les barreaux(6).

Cet aspect de la politique mongole, et plus précisément du président Elbegdorj, n'est d'ailleurs pas passé inaperçu sur la scène internationale. Le président américain Barack Obama a émis un communiqué dans lequel il affirme qu'Elbegdorj est un leader important dans l'avancement des libertés et de la démocratie en Mongolie. Il ajoute également : « Mongolia serves as a significant example of positive reform and transformation for peoples around the world(7). »

Tsakhi Elbegdorj aura toutefois un agenda bien rempli. L'exploitation grandissante des ressources minières du pays devra être encadrée adéquatement pour que la population en touche les bénéfices, de surcroît, dans un État où le salaire moyen oscille autour de 200$ par mois(8).




Références:

1 - PERSPECTIVE MONDE, « Mongolie - Élection 2013 », juillet 2013, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (22 septembre 2013)

2 - LAGARDE, Stéphane, « Mongolie : Des élections sur fond de nationalisme minier », Radio France internationale, 26 juin 2013, http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130626-mongolie-e... (22 septembre 2013)

3 - DISCOVER MONGOLIA, « Political system », 2013, http://www.discovermongolia.mn/country/Political_s... (22 septembre 2013)

4 - LAGARDE, Stéphane, op. cit.

5 - LE MONDE, « Mongolie : ouverture des bureaux de vote pour l'élection présidentielle », 26 juin 2013, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/... (22 septembre 2013)

6 - LAGARDE, Stéphane, op. cit.

7 - THE WHITE HOUSE, « Statement by the President on the Presidential Election in Mongolia », 27 juin 2013, http://iipdigital.usembassy.gov/st/english/texttra... - ixzz2XWTIooGV, (22 septembre 2013)

8 - LE MONDE, op. cit.

Dernière modification: 2013-09-30 09:11:05

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Mongolie et le difficile équilibre entre l'économie et l'environnement
>février 2016


La Mongolie face à Rio Tinto : David contre Goliath!
>octobre 2013


Présidentielle en Mongolie : l'économie remporte la première place
>septembre 2013


Dans l'ombre économique du géant chinois : la Mongolie
>avril 2013


La fin de la peine de mort en Mongolie?
>février 2010


Sanglantes violences à l'occasion des élections législatives en Mongolie
>septembre 2008


La Mongolie, pays méconnu et enclavé
>février 2007


Heure de crise en Mongolie
>février 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016