Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

22 February 2014

Le scandale du pont George Washington


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le pont George Washington qui traverse la rivière Hudson et relie la municipalité de Fort Lee au New Jersey à Manhattan dans l'État de New York connut du 9 au 13 septembre 2013 des embouteillages monstres. La cause des embouteillages découla de la réduction du nombre de postes de péage de trois à un, laissant une seule des trois voies menant au pont ouverte. Les automobilistes devaient attendre plus de quatre heures pour passer le pont.

La congestion du trafic occasionna des retards importants pour des dizaines de milliers de personnes qui ressentirent alors la rage et la frustration en vivant cet enfer pour se rendre ou revenir du travail. Des milliers d'écoliers passèrent des heures à attendre dans des autobus scolaires. Pire encore, les embouteillages causèrent la mort d'une femme de 91 ans qui succomba à une crise cardiaque avant que les ambulanciers puissent lui porter secours.

Comme le George Washington est le pont le plus achalandé des États-Unis, il est une source importante de revenu pour le New Jersey, avec des recettes annuelles de 650 millions de dollars. De plus, le pont est administré conjointement avec New York par une commission bilatérale. Or, Patrick J. Foye, le président de l'agence responsable du pont, ne fut pas informé des motifs justifiant la fermeture de deux voies du côté du New Jersey.

De fait, les voies furent fermées du côté du New Jersey, sans aucune indication de travaux à effectuer. Lorsque les gens voulurent s'enquérir du motif de la fermeture des voies, ils se firent répondre que celle-ci avait été ordonnée aux fins d'étude de circulation. Pourtant, aucune étude n'avait été commandée.

Un incident anodin

Cet incident à priorité anodin s'est graduellement transformé en un scandale politique majeur, étiqueté du nom de Bridgegate, impliquant le gouverneur Chris Christie du New Jersey, une des figures montantes du parti républicain et un candidat potentiel pour les élections présidentielles de 2016.

Pendant des mois, Christie a répété inlassablement que personne de son administration ni aucun membre de son comité de campagne n'étaient impliqués dans la fermeture du pont. Toutefois, des enquêtes de la presse américaine, dont le New York Times, révélaient à la mi-décembre que la décision de provoquer des embouteillages avait été prise par des conseillers politiques proches de Christie.

À la fin 2013, David Wildstein, un ami personnel depuis 1977 de Christie et son principal conseiller, a dû démissionner. Au début de janvier ce fut autour de Bridget Anne Kelly, une autre conseillère de Christie, de démissionner. De plus, Christie a démis Bill Stepien, son stratège politique, de ses fonctions. Ils étaient tous trois impliqués directement dans la décision de fermer deux des trois voies du pont.

Le 9 janvier 2014, un gouverneur Christie penaud fit son mea culpa devant la presse américaine. Il a présenta ses excuses à la population du New Jersey en déclarant qu'il n'avait personnellement pas été au courant de rien, mais qu'il en assumait toute la responsabilité. Mais en dépit de son démenti, sa crédibilité était mise à rude épreuve.

Christie a bâti sa carrière politique par son franc-parler, ses coups audacieux et sa réputation de dirigeant énergique et sans reproche. Lors de l'ouragan Sandy en octobre 2012, il avait déclaré aux électeurs du New Jersey que tout politicien qui n'aurait pas vu venir l'ouragan et ordonné l'évacuation des plages ne pouvait être que « stupide et égoïste ». Or, aujourd'hui beaucoup de personnes au New Jersey se questionnent sur la gestion du Bridgegate effectuée par Christie. Comment pouvait-il rien savoir? Pour beaucoup, il fut soit incompétent, soit malhonnête.

Été 2013

Toute l'histoire a débuté durant l'été 2013, alors que Christie cherchait à obtenir le soutien de politiciens démocrates pour former une coalition arc-en-ciel derrière sa candidature pour un deuxième mandat comme gouverneur. Or, Mark Sokolich, le maire démocrate de la ville de Fort Lee, refusa de l'endosser. Le dévoilement des courriels montre que l'opération fut soigneusement planifiée dès le mois d'août comme représailles politiques contre le maire Sokolich. David Wildstein donna la directive de fermer les deux voies et David Samson, un proche de Christie, supervisait toute l'opération.

Avec des révélations presque quotidiennes, le scandale ne cesse de prendre de l'ampleur. Un comité législatif du New Jersey a déjà produit un rapport préliminaire de 907 pages. Le bureau du procureur général du New Jersey examine le dossier pour voir si des poursuites criminelles ne devraient pas être déposées. Entre-temps, l'unité sur la corruption du FBI a aussi ouvert une enquête pour vérifier si une loi fédérale avait été violée.

Mauvaise réputation

Là où le bât blesse pour le gouverneur Christie est le fait qu'il traîne une mauvaise réputation pour ses pratiques d'intimidation. Il n'a pas hésité à punir des représentants et des sénateurs qui s'étaient opposés à ses politiques en leur déniant des subventions qui avaient votées pour leur district. En 2011, Richard J. Codey se vit retirer le droit d'avoir une protection policière comme un ancien gouverneur du New Jersey parce qu'il s'était opposé à Christie. Et la liste d'incidents similaires est très longue.

L'utilisation de ressources publiques pour punir un adversaire politique n'est pas rare aux États-Unis. Mais lorsque vous tentez de dissimuler le geste, l'affaire peut ouvrir la porte au scandale. C'est ce qui arrive présentement au gouverneur Christie. Et cela survint au pire moment, alors qu'il évalue ses chances pour les présidentielles de 2016. Après sa réélection avec une majorité écrasante en novembre 2013, Christie était devenu le favori des républicains.

Jusqu'ici, la tentative du Christie de limiter les dommages a échoué. Le scandale du bridgegate prend l'allure d'un mauvais scénario d'un film hollywoodien. Entre-temps, le gouvernement fédéral examine si l'administration Christie n'aurait pas détourné des fonds octroyés pour aider le New Jersey à la suite de l'ouragan Sandy. Plus encore, des gouverneurs républicains demandent à Christie de démissionner comme président de la conférence des gouverneurs républicains. Décidément, l'étoile de Christie pâlit rapidement.

Il est encore trop tôt pour déterminer si le scandale du bridgegate va représenter ou non une tare permanente au dossier de Christie. Toutefois, un récent sondage montre que Christie n'obtient plus que 13 % des intentions de vote et qu'il a glissé chez les républicains au troisième rang comme favori pour les élections de 2016, derrière Paul Ryan, ancien candidat à la vice-présidence en 2012, et Jeb Bush, ancien gouverneur de Floride.



Dernière modification: 2014-03-17 12:54:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016