Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

17 August 2013

Les dessous des tensions russo-américaines


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Les sommets politiques représentent des moments privilégiés dans les relations internationales. Ils permettent à deux ou à plusieurs chefs d'État de démontrer les bonnes relations qui existent entre leur pays et le reste du monde. Or, au début d'août, le président Barack Obama a annoncé sa décision d'annuler la rencontre bilatérale qu'il devait avoir avec le président Vladimir Poutine lors de la réunion du G20 à Saint-Pétersbourg en septembre.

Cette annonce exprimait ouvertement le refroidissement des relations russo-américaines. Entre-temps, certains membres du Congrès déclaraient que le président Obama devrait également refuser de participer au sommet du G-20. Le sénateur Lindsey Graham a même suggéré un boycottage américain des Jeux olympiques d'hiver 2014 de Sotchi. Que s'est-il donc passé pour que les relations entre les deux pays se soient dégradées à un point tel que certains observateurs qualifient la situation de retour à la guerre froide?

Pour justifier sa position, Barack Obama a d'abord cité le manque de progrès dans les relations bilatérales depuis que Vladimir Poutine est redevenu président. Il a aussi parlé de la décision de la Russie d'accorder l'asile politique à Edward Snowden, une décision très mal reçue à Washington. Certains membres du Congrès l'ont décrite comme un coup de poignard dans le dos, alors que d'autres ont affirmé que ce geste représentait une claque au visage de tous les Américains.

En divulguant, en juin 2013, des documents sur les vastes programmes de surveillance américaine qui avaient permis à l'agence de la sécurité nationale (NSA) de recueillir et de stocker secrètement des millions d'enregistrements de conversations téléphoniques, Edward Snowden a déclenché une tempête politique chez la classe libérale aux États-Unis et dans le monde. Par ailleurs, il a fui les États-Unis pour se réfugier, d'abord à Hong Kong, puis, deux semaines plus tard, en Russie, afin d'éviter un procès pour violation des lois américaines sur l'espionnage.

Entre-temps, Snowden a récidivé en divulguant l'existence d'un autre vaste programme de collecte de données de la NSA appelé XKeyscore. Ce programme permet aux agents de la NSA de surveiller toutes les utilisations effectuées par un citoyen américain sur Internet, allant de l'historique de la navigation, des recherches, des courriels, jusqu'aux forums de discussion, et tout cela sans avoir recours à un mandat de perquisition.

Bien que la NSA affirme que l'exercice visait à protéger le pays contre le terrorisme et que les programmes étaient sous un strict contrôle judiciaire et administratif, cette nouvelle fuite était pour le moins embarrassante pour l'administration américaine. En se réfugiant en Russie, Snowden avance indirectement qu'il ne peut pas obtenir un procès équitable aux États-Unis.

Pour la Russie, la venue de Snowden représente une aubaine. À une période où le président Poutine est contesté pour sa direction autoritaire, l'octroi de l'asile politique à Snowden lui permet de se positionner comme le défenseur des droits de l'homme tout en affirmant que les États-Unis n'ont aucun respect du droit international. De plus, cette décision flatte fortement le nationalisme russe.

Mais les présentes tensions russo-américaines vont au-delà de l'affaire Snowden. Le président Poutine juge que l'administration américaine n'accorde pas à la Russie le respect et la reconnaissance qu'elle mérite. En 1989, la Russie a accepté de mettre fin à la guerre froide et de démanteler son empire. En 2001, elle a soutenu ouvertement les États-Unis dans leur lutte contre le terrorisme, leur permettant même d'établir des bases en Asie centrale. Or, selon le point de vue russe, la réponse américaine n'a été qu'arrogance.

L'administration de George W. Bush a rejeté la demande d'adhésion de la Russie à l'OTAN et incité les pays de l'Europe de l'Est, et même d'anciennes républiques soviétiques, à faire de même. Pire encore, les États-Unis ont déployé un système de missiles antibalistiques clairement orienté contre la Russie.

Avec l'arrivée de l'administration Obama, la Russie a de nouveau cherché à collaborer avec les États-Unis. Le président Dmitri Medvedev a conclu avec Barack Obama un traité visant à réduire les armements nucléaires. Medvedev a accepté aussi d'appuyer la politique américaine à l'ONU concernant la Libye afin d'éviter un génocide. Toutefois, les autorités russes ont ensuite jugé que les États-Unis avaient outrepassé le mandat de l'ONU.

Aussi, la Russie est déterminée à éviter que le régime de Bachar al-Assad en Syrie ne subisse le même sort que celui du colonel Mouammar Kadhafi. En conséquence, loin d'appuyer la position américaine concernant la nécessité pour Assad de quitter le pouvoir, la Russie utilise son veto pour empêcher tout vote contre la Syrie à l'ONU et elle fournit à cette dernière les armes dont elle a besoin pour résister aux rebelles.

De plus, dans le cas de la Syrie, la Russie diverge aussi d'opinion avec les États-Unis à cause d'intérêts nationaux qui lui sont propres : elle possède à Tartou sa seule base navale en Méditerranée. Or, depuis deux siècles, la Russie rêve de jouer un rôle dans cette région du monde.

À ces désaccords s'ajoute la nouvelle loi russe interdisant la propagande homosexuelle partout où se trouvent des enfants. Cette loi est jugée hautement discriminatoire par les groupes de défense des droits russes et internationaux. Néanmoins, elle a été accueillie très favorablement par le public russe en général. Dans ce dossier, le président Obama a mis en garde la Russie contre toute discrimination antigaie lors des Jeux d'hiver de 2014.

Les relations russo-américaines se sont assurément détériorées. Mais il faut reconnaître que les deux pays n'ont jamais été des alliés de longue durée, même s'ils ont pu coopérer brièvement à différentes périodes de leur histoire. Leurs relations sont souvent compliquées par des différends sur leurs intérêts nationaux réciproques. Néanmoins, les autorités politiques des deux pays acceptent toujours de se parler, car en dépit du présent froid dans leurs relations, leurs intérêts communs continuent de l'emporter sur leurs différends.



Dernière modification: 2014-03-17 12:44:17

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016