13 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 octobre 2013

La Mongolie face à Rio Tinto : David contre Goliath!


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
1992
Tenue d'élections présidentielle et législatives en Mongolie

juillet
1990
Tenue d'élections démocratiques en Mongolie

Pour plusieurs, la Mongolie évoque l'image d'un pays aux paysages pittoresques et extraordinaires, notamment ceux du désert de Gobi. Mais, depuis les dernières années, la Mongolie représente bien plus que ça : elle est devenue à présent un symbole de prospérité, davantage reconnue pour son exceptionnelle croissance, qui en fait une économie en pleine émergence.

Potentiel de richesse

Il faut dire que la Mongolie mise sur des atouts majeurs, particulièrement sur le plan de l'exploitation minière, qui font d'elle un pays courtisé par beaucoup d'investisseurs. En fait, la Mongolie, un pays aux capacités financières et opérationnelles d'exploitation minière bien limitées, met à la disposition des entreprises étrangères un sous-sol gorgé de ressources précieuses et non les moindres : le cuivre, l'or, le charbon et l'uranium.

Dans ce contexte, ce n'est pas un hasard que nombre d'entreprises se soient précipitées sur son territoire. C'est justement le cas du géant anglo-australien de l'industrie minière, Rio Tinto. La multinationale a vite réalisé ce potentiel et elle s'est lancée dans l'aventure d'exploiter (par l'entremise du groupe canadien Ivanohe Mines) la mine d'Oyu Tolgoi située dans le sud du désert de Gobi, mine communément appelée « la colline turquoise ». Dans une allocution en 2005, le milliardaire Robert Friedland, cofondateur d'Ivanohe Mines, avait qualifié cette mine de « machine à cash, un rêve pour tout investisseur » parce qu'entre autres, il n'y avait pas d'opposition à l'exploitation minière : « ni chemin de fer, ni population, ni maisons, [pas même] des ONG »!

En effet, en termes de gisements de cuivre et d'or disponibles, cette mine représente une manne considérable de richesse. Rio Tinto estime que sur une vingtaine d'années d'exploitation, la mine devrait générer plus de 400 000 tonnes de minerai de cuivre et autant d'onces d'or par an. Si bien que lorsque l'exploitation de la mine sera à son point optimal, elle pourrait représenter près du tiers du PIB de la Mongolie. Mais ce n'est pas tout, car dans la même région se trouve une des plus grandes réserves de charbon au monde, un potentiel phénoménal, surtout lorsqu'on considère que juste à côté se trouve un voisin chinois qui absorbe déjà plus de 90 % des exportations mongoles.

Une ascension, mais...

Il n'est donc pas étonnant que la Mongolie, pays austère et pauvre autrefois, ait connu dans les dix dernières années une croissance extraordinaire. À preuve, son produit intérieur brut (PIB) a littéralement explosé, passant de 2 milliards $ US en 2004 à plus de 11 milliards $ US en 2013, alors que le revenu par habitant a été multiplié par 5 pour la même période, passant de 790 $ US à 3800 $ US (FMI, 2013). Pendant ce temps, le chômage a reculé de moitié pour atteindre les 6 % et l'inflation a été relativement mise sous contrôle. Par ailleurs, même si le taux de pauvreté au sein de la population demeure élevé à 27 %, il faut se rappeler qu'à peine deux ans plus tôt, il se situait à plus de 38 % (Banque mondiale, 2013).

Malgré ces avancées qui sont tout de même significatives, il reste qu'aux yeux d'une bonne partie de la population et des élites politiques, on est loin de l'eldorado dont tous rêvaient au départ.

C'est un sentiment qui s'est traduit de manière éloquente lors des élections législatives de 2012 et de la présidentielle de juin dernier. En effet, les élites estiment que le pays, qui détient 34 % des parts de cette exploitation, n'en a pas pour son argent et que les redevances justes et réalistes auxquelles il devrait avoir droit de la part des entreprises minières ne sont pas au rendez-vous. Résultat : dans ses négociations futures, le gouvernement veut contrer l'emprise du contrôle étranger sur les ressources du pays par une participation publique plus grande, voire majoritaire dans certains cas. Plus encore, le gouvernement mongol estime que même le contrat initialement conclu avec Rio Tinto pour l'exploitation de la mine d'Oyu Tolgoi n'est plus acceptable à ses yeux et doit être renégocié, car il est davantage à la faveur de la multinationale.

Duel inégal

Le problème est que, dans ce duel, les moyens à la disposition des deux camps sont, pour le moins qu'on puisse dire, très inégaux. À titre d'exemple, juste sur le plan des coûts initiaux d'opération, Rio Tinto avait injecté près de 6 milliards de dollars. Un investissement qui peut paraître substantiel, mais, lorsqu'on le compare avec les capacités financières de la multinationale, on relativise rapidement les choses. Cela ne représente qu'un dixième du chiffre d'affaires de la multinationale, un chiffre d'affaires qui se situe à 60 milliards $ US, soit presque 6 fois le PIB de la Mongolie.

En ce sens, la convocation il y a trois semaines d'une session extraordinaire du Parlement mongol au sujet de cette impasse avait l'air tout au plus d'un exercice de relations publiques, destiné en premier lieu à rassurer les investisseurs.

Car le gouvernement sait très bien que ses revendications auprès du géant Rio Tinto, aussi légitimes soient-elles, finiront tôt ou tard par prendre les allures d'un duel : David contre Goliath!



Dernière modification: 2014-03-17 10:49:33

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Mongolie et le difficile équilibre entre l'économie et l'environnement
>février 2016


La Mongolie face à Rio Tinto : David contre Goliath!
>octobre 2013


Présidentielle en Mongolie : l'économie remporte la première place
>septembre 2013


Dans l'ombre économique du géant chinois : la Mongolie
>avril 2013


La fin de la peine de mort en Mongolie?
>février 2010


Sanglantes violences à l'occasion des élections législatives en Mongolie
>septembre 2008


La Mongolie, pays méconnu et enclavé
>février 2007


Heure de crise en Mongolie
>février 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019