19 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

8 mars 2014

La longue marche vers l'émancipation économique des femmes


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2018
Adoption d’un Pacte mondial sur les migrations par l’Assemblée générale des Nations unies

juillet
2011
Référendum sur des réformes constitutionnelles au Maroc

mai
2003
Attentats terroristes à Casablanca, au Maroc

juillet
1999
Décès du roi Hassan II du Maroc

février
1999
Décès du roi Hussein de Jordanie

août
1994
Reconnaissance des revendications berbères au Maroc

avril
1994
Signature d'une entente menant à la création de l'Organisation mondiale du commerce

décembre
1990
Déclenchement d'une grève générale au Maroc

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

décembre
1983
Début d'une crise au Maroc

juin
1981
Révolte du pain au Maroc

août
1979
Retrait de la Mauritanie du Sahara occidental

novembre
1975
Début de la « marche verte » au Sahara occidental

mai
1973
Fondation du Polisario au Sahara occidental

août
1972
Tentative de coup d'État au Maroc

juillet
1971
Tentative de coup d'État dans le palais de Skhirat, au Maroc

juin
1965
Promulgation de l'état d'exception au Maroc

octobre
1963
Déclenchement de la guerre des sables entre le Maroc et l'Algérie

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

En 2014, les femmes continuent à être subordonnées sur le plan économique : bien qu'elles représentent 50 % de la population mondiale, elles ne détiennent que 30 % des entreprises, s'accaparent seulement 10 % des revenus mondiaux et possèdent à peine 2 % de la propriété. C'est là le triste constat que dresse la Banque mondiale dans un rapport intitulé Gender at work, publié il y a environ deux semaines.

Un rapport troublant

Dans cette publication, l'organisme trace un tableau désolant de l'évolution de l'insertion des femmes sur le marché du travail : la participation des femmes à la population active a stagné durant les 20 dernières années, reculant même de 57 % à 55 %. Le portrait est encore plus inquiétant lorsqu'on examine les disparités au niveau mondial. Ainsi, si pour la même période, ce taux est passé de 43 % à 58 % en Amérique latine, il est demeuré largement faible à 25 % dans la région du Moyen-Orient etde l'Afrique du Nord, cédant 3 points de pourcentage seulement. Il n'est donc pas étonnant que les femmes dans cette région doivent composer avec un taux de chômage très élevé qui, comme en Égypte, frôle les 40 % alors qu'il dépasse à peine les 10 % en Asie du Sud.

Comment expliquer ces fortes distorsions malgré tous les efforts déployés, notamment en matière d'éducation?

Lors de la présentation du rapport, Jeni Klugman, directrice du secteur Genre et développement au sein du Groupe de la Banque mondiale, affirmait que, selon elle, « les raisons précises qui expliquent cette situation varient d'un pays à l'autre, mais la persistance de normes sociales qui limitent les choix des femmes en matière de moyens de subsistance ainsi que les freins juridiques au travail féminin constituent deux facteurs primordiaux ».

Parmi les barrières juridiques auxquelles les femmes doivent encore faire face, on retrouve l'interdiction de travailler dans certains types d'industries, celle de travailler de nuit ou encore l'obligation pour les femmes d'avoir l'autorisation de leur mari pour pouvoir travailler : une pratique qui continue de subsister dans 15 pays. À ces barrières juridiques s'ajoutent d'autres obstacles, de nature financière, comme l'absence d'antécédents de crédit ou la difficulté de détention d'un compte bancaire.

Le poids des normes sociales

Mais ce sont surtout les barrières de nature sociale, comme l'incitation à demeurer au foyer ou le mariage précoce (une femme sur trois subit un mariage forcé avant l'âge de 18 ans selon le Fonds des Nations unies pour la population), qui bloquent littéralement l'accès au marché du travail pour les femmes. L'exemple d'un pays comme le Maroc est éloquent à cet égard. Les progrès considérables réalisés sur le plan de l'éducation ne se sont pas concrétisés par des avancées significatives en matière d'emploi pour les jeunes femmes et leur taux de participation à la population active demeure à un faible 28 %.

Plus encore, dans une enquête menée dans ce pays en 2010 (citée dans Gender at work), où on demandait à des jeunes Marocaines (15-24 ans) pourquoi elles ne travaillaient pas, plus du tiers des répondantes nommaient le refus de leur mari ou de leurs parents et un autre tiers s'estimaient contraintes par les normes sociales ou par leurs responsabilités au foyer.

Un potentiel gaspillé

En cette Journée internationale des femmes, on voit bien que malgré les progrès notables réalisés durant les dernières décennies, ici au Québec, et généralement en Occident, le chemin pour atteindre la parité économique demeure encore long et parsemé d'embûches pour beaucoup de femmes à travers le monde. Il faudra certainement attendre plusieurs années encore avant que le poids des normes sociales régresse ou disparaisse totalement. Pendant ce temps, des pays, souvent en développement, se privent d'un capital humain extraordinaire et d'un apport économique considérable.

En présentant son rapport, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, n'a pas manqué justement de le rappeler : « Nous savons que la réduction des inégalités entre hommes et femmes dans le monde du travail peut avoir des effets positifs notables sur le développement, grâce à l'amélioration de la santé et de l'éducation des enfants, à une plus forte réduction de la pauvreté et à l'intensification de la productivité [...] Ne pas agir dans ce sens, c'est gâcher une immense opportunité ».

En fait, ça serait un double gâchis : économique bien sûr, mais d'abord humain!



Dernière modification: 2014-03-17 10:27:31

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Maroc : la popularité du PJD confirmée aux élections législatives de 2016
>novembre 2016


Sahara occidental: la conquête de l'Ouest
>avril 2015


La longue marche vers l'émancipation économique des femmes
>mars 2014


Maroc : des élections à la sauce référendaire
>octobre 2011


La démocratie au Maroc : entre tradition et modernité
>novembre 2010


Aminatou Haïdar reçoit le prix Robert F. Kennedy
>novembre 2008


Crise diplomatique entre l'Espagne et le Maroc
>novembre 2007


Élections au Maroc : entre progrès démocratique et désillusion
>septembre 2007


La Marche verte a eu 30 ans
>novembre 2005


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019