Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

9 September 2006

Le Paraguay en deuil ?


Charles Métivier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2002
Proclamation de l'état d'urgence au Paraguay par le président Gonzalez Macchi

June
1992
Proclamation d'une nouvelle Constitution au Paraguay

March
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

May
1989
Élection d'Andres Rodriguez à la présidence du Paragruay

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

May
1954
Renversement du gouvernement de Federico Chavez au Paraguay

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

March
1947
Déclenchement d’une guerre civile au Paraguay

Le général Alfredo Stroessner qui a dirigé le Paraguay d'une main de fer pendant une trentaine d'années s'est éteint, le 16 août dernier, sur son lit d'hôpital au Brésil. Âgé de 93 ans, l'état de santé déjà pitoyable suite à une opération pour une hernie, l'ancien homme fort du Paraguay était affligé d'une pneumonie qui l'a précipité aux soins intensifs de l'hôpital de Santa Luza. Elle lui fut fatale.

Un bilan sombre

En 1954, Stroessner se hisse au pouvoir du Paraguay au moyen d'un coup d'état. Supporté par les forces militaires, il garantit sa survie par l'élaboration d'un réseau de complices, le Colorado, parti politique auquel adhère le tiers de la population(1). Afin de légitimer son maintien à la tête de l'État, il organise huit simulacres d'élections. Les candidats de l'opposition aux présidentielles sont soit de faible prestance, à la solde du pouvoir ou connaissent un sort troublant(2).

Certaines sources journalistiques estiment qu'un millier de meurtres et de disparitions et qu'au moins deux millions de déplacés sont les conséquences directes du règne de cet homme politique(3). On attribue aussi au général une complicité avec les réseaux narco-criminels. Quelques spéculations veulent également que Stroessner ait donné refuge à des criminels nazis venus l'Allemagne, pays auquel il vouait une certaine admiration(4). Aussi, il participe à l'Opération Condor, démarche concertée entre les dictatures d'Amérique du Sud et la CIA pour éliminer les opposants à leurs régimes. Après 1989, Alfredo Stroessner sera d'ailleurs accusé par un tribunal paraguayen de violation des droits de l'homme.

Trente-cinq ans de pouvoir

Les résultats de l'exercice du pouvoir par le général ne sont pas que noirs. Sous sa présidence, il projette le pays dans de multiples chantiers de développement des infrastructures pour faciliter l'exportation des ressources. Il commandite la construction de routes, de ponts, d'écoles (dans un pays alors analphabète à 96%)(5) et de l'immense barrage d'Itaipu à la frontière du Brésil. En conséquence, le paraguayen entrepreneur peut profiter d'une croissance économique moyenne de 3 à 4% par année(6). Les échanges commerciaux augmentent par l'intermédiaire de mesures de libéralisation entre les dictatures du continent. Stroessner en éliminant les gauchistes, rassemble la population autour de son idéal proclamé : « paix, travail et bien-être(7) ».

La politique étrangère du Paraguay est à l'image de ses politiques internes. Le général coupe toute relation diplomatique avec le régime castriste de Cuba et multiplie les voyages en pays occidentaux, notamment aux États-Unis. De bonnes relations avec ses voisins permettent au Paraguay de mettre en oeuvre le chantier du barrage d'Itaipu en coopération avec l'ancienne colonie portugaise, le Brésil. Ceci a pour effet d'enrichir le pays et son dirigeant.

Vers 1980, la démocratie revient graduellement en Amérique du Sud et l'opposition s'organise au Paraguay en ralliant les foules dans la rue. Lorsque les États-Unis coupent tout support au dictateur dont la santé chancelante préoccupe le pays, la dissension se fomente au sein même du parti Colorado. Le successeur du général vieillissant, Andres Rodriguez, le renverse en 1989 avec l'aide de l'armée.

Chassé du pouvoir, Alfredo Stroessner se réfugie au Brésil où il ne sera plus tourmenté que par son état de santé. L'État brésilien refusera jusqu'à sa mort d'extrader le général protégé de la branche judiciaire par le statut de réfugié. La préservation du statu quo est justifiée par le désir du géant sud-américain de ne pas alimenter un débat houleux quant au bilan de la « période Stroessner » dans un pays limitrophe(8).

Aujourd'hui, le Paraguay se relève difficilement de son passé dictatorial. Andres Rodriguez, une fois aux rennes du pouvoir, ne tarde pas à ramener le pays vers la démocratie et organise des élections libres. L'opinion publique est divisée sur l'image du défunt général. Bien que ses admirateurs aient nommé plusieurs routes et édifices publics à son nom, un large pan du peuple ne peut oublier les exactions commises par le pouvoir sur les déviationnistes et les personnes ayant publiquement critiqué Stroessner. Après la mort du général, le président élu du Paraguay, Nicanor Duarte, refuse de tenir un événement commémorant la mort ou soulignant les acquis de l'État redevables à l'autorité du feu dictateur afin d'éviter d'ouvrir un débat qui déchirerait la nation.




Références:

(1) DERIVERY, Catherine, « Alfredo Stroessner », Le Monde, 18 août 2006, p.26.

(2) JEAN SCHEMO, Diana, « Stroessner, Paraguay's Enduring Dictator, Dies », The New York Times, 16 août 2006, [tout l'article].

(3) SVARTZMAN, Jorge (avec AFP), « L'ex-dictateur Stroessner est mort en exil », Le Devoir, 17 août 2006, p.a5.

(4) WIKIPÉDIA, « Alfredo Stroessner », [En ligne], http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfredo_Stroessner , (dernière modification 31 août 2006), (page consultée le 7 septembre 2006).

(5) C. DERIVERY, « Alfredo Stroessner... »

(6) WIKIPÉDIA, « Alfredo Stroessner... »

(7) SEQUERA, Vivian, « Décès de l'ancien dictateur paraguayen Alfredo Stroessner », La Presse Canadienne, 16 août 2006, tout l'article.

(8) J. SVARTZMAN, « L'ex-dictateur Stroessner...».

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016