Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

25 February 2014

25 ans après son assermentation: retour sur l'unique mandat de George Bush père


Stéphane Junior Carroll
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le 20 janvier 1989, il y a 25 ans, avait lieu l'assermentation de George H. W. Bush comme 41e président des États-Unis. La victoire du vice-président de Ronald Reagan, le 8 novembre 1988, a été décidée par une très forte majorité: 426 grands électeurs contre 111. Cela conférait aux républicains un troisième mandat consécutif à la présidence (1).

Une victoire pour le conservatisme américain

En 1988, Ronald Reagan s'apprêtait à céder les clés de la Maison-Blanche après avoir dirigé le pays pendant 8 ans, soit deux mandats consécutifs (2). Afin de lui succéder, le choix des républicains fut le vice-président du très populaire Reagan, George Bush. En effet, ce dernier bâtit sa campagne sur les réalisations de son prédécesseur, dont celle d'une économie américaine en croissance, pour remporter les suffrages avec force (3).

Il y avait tout de même quelques craintes, avant l'élection, sur la capacité de Bush à remporter la course à la présidence, voire à mériter sa place vis-à-vis des autres candidats républicains (4). Plus précisément, il y avait un doute sur sa capacité à rejoindre l'électorat du parti et à effacer cette image qu'il traînait depuis plus de 20 ans, soit celle de simple exécutant de la politique d'autrui. Bref, il s'agissait de savoir s'il était en mesure de faire sa place en tant que chef d'État (5).

De fait, Bush ne parvenait pas, au cours de la campagne, à identifier très clairement ce qu'il comptait faire une fois élu président. Ainsi, jusqu'à l'été 1988, il se trouvait derrière son adversaire démocrate, Michael Dukakis, dans les sondages. Nonobstant cela, Bush parvint tout de même, grâce à la force de son organisation et à l'appui de Reagan, à remporter l'investiture présidentielle de façon décisive (6).

Une gouvernance marquée par la force

Dans son discours inaugural, Bush mit l'accent sur l'utilisation de la force américaine comme « outil servant à faire le bien (8)». En tant que chef d'État et commandant en chef de la plus grande puissance militaire du monde, il fut bien sûr impliqué dans divers conflits militaires.

L'armée américaine fut dépêchée au Panama, en décembre 1989, afin de renverser la dictature militaire de Manuel Noriega. Ce dernier était accusé, par les instances américaines, d'être un danger pour la démocratie au Panama ainsi que de participer à un trafic de drogues à grande échelle (11). De plus, le 16 décembre 1989, un membre du corps des Marines américains fut abattu, ce qui poussa Bush à lancer l'opération « Just Cause » afin de renverser Noriega (12).

Cependant, la plus connue de ces interventions militaires est sans nul doute la guerre du Golfe (1990-1991) (9). Lorsque le président irakien, Saddam Husseim, décida d'envahir le Koweït et menaça de se diriger vers l'Arabie saoudite, le président Bush fit appel au Congrès américain ainsi qu'aux Nations unies afin de réagir à cette attaque. Cela fut le commencement de l'opération Tempête du désert qui vit s'affronter les Américains et leurs alliés contre les armées iraquiennes (10).

Au cours de son mandat, Bush assista aussi à plusieurs changements qui bouleversèrent l'échiquier mondial. En effet, la célèbre chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'Union soviétique, principale rivale des États-Unis, eurent lieu au cours de la présidence de Bush. Ainsi, c'est un monde nouveau qui se forgea sous ses yeux (7).

Une défaite qui laisse perplexe

À la suite de la guerre du Golfe, en 1991, le président Bush était au sommet de sa gloire. Sa cote de popularité laissait croire que le président républicain se dirigeait vers une victoire facile lors de l'élection de 1992. Toutefois, l'impensable se produisit lorsque le candidat démocrate, Bill Clinton, devint le 42e président américain (13).

L'un des principaux éléments qui aident à comprendre ce revirement de situation, après douze années de domination républicaine, est la présence significative d'un troisième candidat à l'élection. Pour la première fois depuis 1968, une part importante des suffrages (16,8%) allèrent en effet à un aspirant autre que les éternels démocrates et républicains. Il s'agissait de Ross Perrot. Selon des analystes, cette candidature aurait été au détriment de Bush qui vit Clinton finir avec 5,5 % d'avance (14).

Cependant, c'est l'état de l'économie américaine qui heurta réellement les chances du candidat sortant (15). La récession qui heurta de plein fouet les États-Unis en 1990 heurta les chances de réélection du président Bush, et ce, malgré ses forts succès en matière de politique étrangère (16). Les difficultés du président Bush à défendre et à articuler sa gestion des affaires internes et à s'attaquer de plein front aux ennuis économiques des États-Unis furent mises en évidence par les attaques de Clinton lors du second débat présidentiel du 15 octobre 1992 (17).

Une retraite couronnée

Malgré qu'il ait cessé de servir son pays depuis plusieurs années, l'ex-président n'a pas été oublié. En 2010, Barack Obama, l'actuel président américain, a remis à Bush la Médaille présidentielle de la liberté, l'honneur civil le plus élevé aux États-Unis, pour souligner l'engagement exemplaire qu'il a démontré tout au long de sa carrière (18). Il reçut également, en 2013, le prix de la Fondation Lyndon B. Johnson qui lui fut remis afin de le remercier pour son travail et les services qu'il a rendus à son pays (19).

Fervent défenseur du port d'armes et membre de la National Rifle Association (NRA), Bush s'est aussi illustré pour des propos allant à l'encontre des positions défendues par cette organisation (20). En effet, il fit parvenir une lettre au New York Times, datée du 11 mai 1995, afin de montrer son indignation face aux propos tenus par le vice-président exécutif de la NRA, Wayne LaPierre, à la suite d'une explosion faisant 168 morts dans un établissement fédéral d'Oklahoma City. Ce dernier avait affirmé que l'uniforme des agents fédéraux rappelait celui des nazis, ce qui avait offensé l'ancien président (21).

Finalement, le fils de George H. W. Bush, Jeb Bush, pourrait bien se porter candidat aux primaires républicaines de 2016. Advenant le cas, l'ancien gouverneur de la Floride marcherait dans les traces de son père, mais également de son frère, George W. Bush, qui occupèrent la Maison-Blanche pendant 12 ans (22).




Références:

1) PERSPECTIVE MONDE, « Élection de George Bush à la présidence des États-Unis », 22 février 2014, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (23 février 2014)

2) MAPS OF WORLD, « U.S presidential election 1988 », http://www.mapsofworld.com/usa/presidential-electi... (23 février 2014)

3) Ibid.

4) MORRISON, Donald, « United States presidential election of 1988 », Encyclopédie Britannica, 9 septembre 2013, http://www.britannica.com/EBchecked/topic/1575104/... (23 février 2014)

5) Ibid.

6) Ibid.

7) THE WHITE HOUSE, « George H. W. Bush 1989-1993 », http://www.whitehouse.gov/about/presidents/georgehwbush (23 février 2014)

8) Ibid.

9) Ibid. 10) Ibid.

11) HISTORY, « The U.S invades Panama », http://www.history.com/this-day-in-history/the-us-... (23 février 2014)

12) Ibid.

13) PERSPECTIVE MONDE, « Élection de Bill Clinton à la présidence des États-Unis », http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (23 février 2014)

14) SLAYING THE DRAGON DEBT, « 1992 presidential election », The Bancroft Library, University of Claifornia, Berkeley, http://bancroft.berkeley.edu/ROHO/projects/debt/19... (23 février 2014)

15) BBC ON THIS DAY, « 1992: Clinton beats Bush to the White House », http://news.bbc.co.uk/onthisday/hi/dates/stories/n... (23 février 2014)

16) WHITE, Mark, « Bill Clinton's 1992 Presidential campaign », The IB Tauris Blog, 6 novembre 2012, http://theibtaurisblog.com/2012/11/06/bill-clinton... (23 février 2014)

17) SLAYING THE DRAGON DEBT, Op. Cit.

18) THE WHITE HOUSE, Op. Cit.

19) FRENCH PEOPLE DAILY, « George H. W. Bush reçoit un prix de la Fondation LBJ à Houston », 5 décembre 2012, http://french.peopledaily.com.cn/International/8475347.html, (24 février 2014)

20) SLATE.FR, « Quand George Bush père lâchait la NRA », 17 janvier 2013, http://www.slate.fr/lien/67301/george-bush-pere-lachait-nra (24 février 2014)

21) Ibid.

22) MANDEVILLE, Laure, « Dans la famille Bush, Jeb rêve de la présidence », Le figaro.fr, 18 mars 2013, http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/18/01... (28 février 2014)

Dernière modification: 2014-03-03 07:45:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016