Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

10 décembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

25 February 2014

Syrie : retour sur l'échec de Genève 2


Ismaël Mokooy mwa Moleka
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

December
2015
Fin d'une année record pour le nombre de déplacés dans le monde

August
2013
Utilisation d'armes chimiques à Ghouta, en Syrie

March
2011
Intensification de la contestation en Syrie

February
2005
Assassinat de l'ex-premier ministre libanais Rafiq Hariri

October
1989
Signature de l'accord de Taëf sur la paix au Liban

June
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

February
1982
Début d'un conflit entre l'armée syrienne et les Frères musulmans à Hama

October
1973
Début du premier «choc pétrolier»

October
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

April
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

March
1971
Accession de Hafez el-Assad à la présidence de la Syrie

August
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

June
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

February
1966
Renversement du gouvernement en Syrie

January
1958
Proclamation de la création de la République arabe unie

April
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

January
1948
Entrée en vigueur de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

April
1946
Proclamation d'indépendance de la Syrie

Depuis 2011, la Syrie est le théâtre d'un conflit armé entre les forces armées du régime du président Bachar al-Assad et des factions rebelles (1). Ayant causé près de 130 000 morts depuis son début, le conflit syrien est devenu un enjeu de politique internationale majeur. C'est dans le but d'apporter des solutions à cette crise que se sont ouvertes, le 22 janvier 2014 à Montreux, en Suisse, les négociations de Genève 2 (2). Il s'agit de la deuxième rencontre visant à apporter des solutions à la crise syrienne, la première s'étant tenue en juin 2012, à Genève (3).

Dès le départ, cette rencontre laissait les experts, tels qu'Ignace Leverrier, ancien diplomate et blogueur pour Le Monde, sceptique. En effet, dans l'un des articles de son dossier consacré à la Syrie, l'auteur avançait, avant même la rencontre, que les parties entretiendraient « un dialogue de sourd (4) ». Selon lui, les ambitions des deux parties étant diamétralement opposées, un accord entre celles-ci est peu probable.

Une première tentative

Les premières négociations de Genève ont été menées par l'ex-secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, en sa qualité d'émissaire choisi par les États de la Ligue arabe et l'Organisation des Nations unies (ONU). Elles se sont tenues à Genève durant le mois de juin 2012 (5). C'est dans le but de trouver une solution au conflit qui avait déjà causé plusieurs victimes qu'a été formé le Groupe d'action pour la Syrie. Comme l'explique Kofi Annan : « L'objectif du Groupe d'action pour la Syrie est d'identifier des mesures pour faire cesser immédiatement la violence sous toutes ses formes et d'assurer la mise en oeuvre du plan de paix en six points... (6). »

Le Groupe d'action pour la Syrie comprend les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, soit la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Chine et la Russie, en plus de la Turquie (7). Cependant, lors de la réunion au sommet de Genève 1, plusieurs autres acteurs ont été invités, soit les « pays représentant la Ligue arabe, Irak, Koweït et Qatar », « les secrétaires généraux de la Ligue arabe et de l'ONU ainsi que la Haute représentante aux Affaires étrangères de l'Union européenne (8)». Cette rencontre s'est avérée peu fructueuse puisque, peu après, Kofi Annan décidait de quitter ses fonctions d'émissaire pour la Syrie.

On peut questionner l'efficacité des travaux menés par ce groupe, qui rassemble les membres du Conseil de sécurité. En effet, deux des membres, soit la Chine et la Russie, se sont, dès le début du conflit, rangés du côté du pouvoir syrien. Cependant, les six points proposés pour une transition démocratique serviront de point de départ pour la négociation suivante.

De nouvelles bases de négociation

La négociation de Genève 2 comportait plusieurs éléments la différenciant clairement de la première négociation qui s'est tenue en juin 2012. La principale différence concerne les parties autour de la table. Après plusieurs semaines de tension durant lesquelles la participation des représentants de l'opposition syrienne semblait improbable, leur présence à ces négociations peut être vue comme un pas vers une solution négociée.

Premièrement, la participation de la Coalition de l'opposition syrienne ne faisait pas l'unanimité au sein de ses propres rangs. En effet, le Conseil national syrien, membre de la coalition, a quitté cette dernière en avançant qu'il ne participerait aux négociations qu'à condition d'avoir la garantie que Bachar al-Assad serait définitivement écarté du pouvoir (9). Cette scission au sein de l'opposition a permis au gouvernement russe, soutien du régime de Bachar al-Assad, de remettre en question la légitimité du mouvement d'opposition (10).

Deuxièmement, les représentants de la Coalition nationale ont longtemps menacé de ne pas participer aux négociations en raison de la participation annoncée de l'Iran. En effet, la République islamique d'Iran avait été invitée par le secrétaire général de l'ONU à joindre la table des négociations (11). Toutefois, Ban Ki-Moon a dû retirer son invitation devant le refus de l'Iran de reconnaître un éventuel gouvernement de transition syrien. Il s'agissait d'une condition imposée par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis pour accepter la participation de l'Iran (12).

En définitive, les acteurs présents autour de la table à cette deuxième rencontre de Genève ont grandement contribué à la façonner. Il semblerait que ce facteur ait également joué un rôle important dans le résultat final de la négociation.

L'échec expliqué

Malheureusement pour le processus de paix, les deux rondes de négociation de Genève 2 se sont soldées par un échec cuisant. Forcé de constater cet échec, l'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, a présenté ses excuses au peuple syrien «dont les espoirs étaient si grands(13) ». Dans un article paru sur le site internet de RFI, on peut lire que l'échec de ces négociations est attribuable à « l'intransigeance » des représentants de Damas, pour lesquels une transition politique ne serait pas envisageable, selon Lakhdar Brahimi (14). Or, le but de la rencontre de Genève 2 était justement de discuter de ladite transition politique (15), sur les bases établies par la rencontre de Genève 1 (16).

En outre, plusieurs experts sont d'accord pour affirmer que même si les négociations de Genève 2 ont été un échec, elles constituent une avancée dans la résolution du conflit syrien. En effet, Jeremy Shapiro et Samuel Charap, analystes du Think Tank américain Foreign Affairs, avançaient, avant même la rencontre, que Genève 2 serait un échec, mais que ces négociations pourraient permettre un rapprochement entre les États-Unis et la Russie sur la question syrienne. Ils sont rejoints dans cette vision par Mona Yacoubian, conseillère du programme du Moyen-Orient du Stimson Center

On voit ainsi que si la crise syrienne doit se résoudre par les voies diplomatiques, ce processus sera long et complexe. Entre-temps, des civils sont encore tués dans les zones en conflit et des milliers de Syriens se retrouvent dans les camps de réfugiés, pendant que d'autres sont encore coincés en zone de conflit.




Références:

1. Pierre Taillefer et Rana Moussaoui, « Les négociations de Genève sont dans une impasse », AFP dans Le Devoir, en ligne le 29 janvier 2014, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... consulté le 22 février 2014.

2. Ignace Leverrier, « Syrie : pourquoi et comment l'opposition doit-elle se rendre à Genève 2 ? », Le Monde, en ligne le 19 janvier 2014, http://syrie.blog.lemonde.fr/2014/01/19/syrie-pour... consulté le 22 février 2014.

3. Le Monde.fr, « La Syrie participera à la conférence de Genève 2, l'Iran et la Turquie appellent à un cessez-le-feu », Le Monde, en ligne le 27 novembre 2013, http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/20... consulté le 22 février 2014.

4. Ignace Leverrier, « Syrie : Pourquoi et comment... », op. cit.

5. L'Express.fr, « Syrie : accord de Genève sur un gouvernement de transition », en ligne le 30 juin 2012, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moye... consulté le 22 février 2014.

6. ONU, « Syrie : Kofi Annan appelle le groupe d'action à se réunir pour relancer le processus de paix », Centre d'actualité de l'ONU, en ligne le 27 juin 2012, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp/storyF.as... consultée le 22 février 2014

7. Ibid.

8. L'express.fr, « Syrie : accord de Genève... », op. cit.

9. Le Monde.fr AFP et Reuters, « Syrie : l'Iran exclu de la conférence de paix », en ligne le 20 janvier 2014, http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/20... , consultée le 22 février 2014

10. Ibid.

11. Benjamin Barthe et Yves Michel Riols, « A Genève 2, la promesse d'un dialogue entre Syriens », Le Monde, en ligne le 22 janvier 2014, http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/20... consultée le 22 février 2014.

12. Ibid.

13. Denis Balibouse, « Syrie : échec total des négociations ?'Genève II'', Brahimi ?'désolé'' », Reuters dans RFI, en ligne le 16 janvier 2014, http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140216-syrie-eche... consultée le 23 février 2014.

14. Ibid.

15. Ibid.

16. ONU, « Syrie : Kofi Annan appelle le groupe...», op. cit.

Autres références

Al Watan, « L'Iran insiste pour participer à Genève 2 », le Courrier International, en ligne le 14 janvier 2014 http://www.courrierinternational.com/breve/2014/01... consultée le 22 février 2014.

Albert Kaji et Zeina Karam, « Pas de négociations sans l'opposition, prévient Lakhdar Brahimi », la Presse canadienne dans Newspaper source plus, en ligne le, http://web.a.ebscohost.com/ehost/detail?sid=dde2c1... consulté le 22 février 2014.

Barbara Surk, « Échec des pourparlers de paix syriens : Damas et Washington s'échangent le blâme », La Press canadienne sur Newspaper source plus, en ligne le 16 février 2014, http://web.a.ebscohost.com/ehost/detail?sid=8d0a16... consulté le 22 février 2014.

Pierre Taillefer et Nina Larson, « Blocage total des discussions à Genève », AFP dans Le Devoir, en ligne le 15 février 2014, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... , consulté le 22 février 2014.

Zeina Karam, « Syrie : mince progrès dans les négociations de paix », La Presse canadienne dans Newspaper source plus, en ligne 29 janvier 2014, http://web.a.ebscohost.com/ehost/detail?vid=4&sid=... consulté le 22 février 2014.

Dernière modification: 2014-03-03 07:55:38

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016