Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 février 2014

Un bilan économique mitigé en Algérie


Guillaume Lanctôt
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2007
Attentats terroristes en Algérie

avril
2001
Début du « printemps noir » en Algérie

septembre
1999
Tenue d'un référendum sur la politique d'amnistie en Algérie

septembre
1998
Création du Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat en Algérie

novembre
1995
Élection de Liamine Zéroual à la présidence de l'Algérie

février
1995
Émeute dans la prison de Serkadji, en Algérie

février
1992
Proclamation de l'état d'urgence en Algérie

janvier
1992
Démission du président algérien Chadli Bendjedid

octobre
1988
Émeutes en Algérie

novembre
1982
Manifestation islamiste d'envergure en Algérie

avril
1980
Début du «printemps berbère» en Algérie

février
1979
Élection de Chadli Bendjedid à la présidence de l'Algérie

avril
1975
Visite en Algérie du président français Valéry Giscard d’Estaing

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

septembre
1973
Tenue d'une conférence des pays non-alignés à Alger

janvier
1971
Implantation d'une réforme agraire en Algérie

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1965
Renversement du président Ahmed Ben Bella en Algérie

octobre
1963
Déclenchement de la guerre des sables entre le Maroc et l'Algérie

La fin de l'année 2013 est arrivée et l'heure est au bilan économique pour l'Algérie. D'entrée de jeu, on observe en 2013 que ce pays a réduit de façon importante ses dépenses publiques. Cela s'explique par la fin d'un programme de rehaussement des dépenses publiques mis en place en 2004(1). Malgré cela, l'Algérie conserve son titre de numéro un des pays de l'Afrique subsaharienne en ce qui a trait au produit intérieur brut (PIB) et la quatrième place sur le continent africain(2).

Une bonne performance par rapport au continent

La réduction des dépenses publiques et le recul des exportations d'hydrocarbures ont ralenti la croissance économique en Algérie. Effectivement, le taux de croissance du PIB, qui était en 2012 à 3,3 %, devrait diminuer à 2,7% pour l'année 2013(3).

Sur une note plus positive, le taux d'inflation, qui avait atteint un taux de 8,9% pour l'année 2012, devrait se stabiliser à 4,5%(4). Le Fonds monétaire international a aussi observé pour 2013 une baisse du taux de chômage. Celui-ci devrait passer de 11% en 2012 à 9,8% pour 2013(5). Ce taux est inférieur au reste des pays de l'Afrique subsaharienne, mais les principales personnes touchées sont les jeunes et les femmes. De plus, selon un chercheur, le Dr Abderrahmane Mebtoul, le taux de chômage réel en Algérie se situerait plutôt aux alentours de 20 à 25%. Le professeur Mebtoul se fonde sur le fait que le secteur informel représente autour de 50% de l'activité économique et que les emplois de courte durée sont très nombreux(6). De plus, pour une population active de 11,5 millions de personnes, on dénombre deux millions de fonctionnaires, ce qui a pour effet de stabiliser le chômage.

Le solde budgétaire s'est lui aussi redressé en 2013, en passant de -4% du PIB en 2012 à -0,2% (7). Autrement dit, l'Algérie enregistre encore un déficit pour l'année 2013, mais beaucoup moins important grâce aux réductions d'investissements publics. Par ailleurs, la dette extérieure du pays s'élève à 2% du PIB, ce qui est très raisonnable(8).

Les hydrocarbures et leur rôle clé dans l'économie algérienne

Depuis la fin de la colonisation, l'économie algérienne est principalement basée sur les hydrocarbures. Ceux-ci représentent environ 98 % des exportations du pays, ce qui constitue 40 à 45 % du produit intérieur brut algérien(9). Les exportations d'hydrocarbures ont toutefois diminué au cours de l'année 2013 et ont passé de 70,6 milliards de dollars américains pour 2012 à 65,3 milliards.

Pour tenter de diversifier son économie et profiter des rentes lucratives des compagnies d'hydrocarbures telles que l'entreprise publique Sonatrach, le gouvernement algérien a mis en place en 2004 un plan d'investissement public. Ce projet consiste à développer les infrastructures publiques du pays. Grâce à celui-ci, le réseau de chemins de fer est maintenant d'une longueur de plus de 4000 km(10).

L'économie algérienne, qui est basée autour de l'exportation d'hydrocarbures, laisse peu de place aux autres secteurs de l'économie. En effet, ceux-ci se partagent un faible 2% des exportations. Les économistes parlent de «la maladie hollandaise» pour décrire la situation d'un pays qui concentre son économie sur l'exportation de matière première, ce qui affecte le secteur manufacturier (11). Ce phénomène, qui est observable en Algérie, nuit à la production locale. De plus, les politiques économiques algériennes favorisent les transferts frontaliers en assurant des frais de douanes très bas. Cela a également pour effet de nuire à la production locale.

Des défis importants à surmonter

Bien que l'économie algérienne se classe au 4e rang de l'Afrique, plusieurs chercheurs pensent que le pays va connaître un ralentissement dans les prochaines années. Le fait que l'économie n'est pas diversifiée est le principal point de chute. Avec une baisse des exportations de pétrole et une hausse de la consommation intérieure d'hydrocarbures, ce domaine économique pourrait faire chuter le pays puisque cette ressource représente de 40 à 45 % du PIB(12).

L'Algérie a comme autre défi de réduire le secteur informel. Dans ce pays où la masse monétaire est importante, le «travail au noir» représente un réel danger. Selon les données de la banque d'Algérie, le secteur informel contrôle et fait le transit de près de 62,5 milliards de dollars par année(13). L'effet des transferts en argent comptant est également observable à travers le niveau de corruption. Selon Transparency International, l'Algérie a obtenu un score de 36 sur 100, classant ainsi ce pays au 94e rang sur 177(14).

Le pays a également comme faiblesse un taux de chômage relativement élevé. Cette situation, qui affecte particulièrement les femmes et les nouveaux arrivants sur le marché du travail, constitue un défi qui s'annonce coriace(15).




Références:

(1) MEBTOUL, Abderrahmane. «L'Algérie de 2014», 2 janvier 2014, Liberté-Algérie, [En ligne], http://www.liberte-algerie.com/avis-d-expert/entre... (Page consultée le 9 février 2014).

(2) MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCE DE FRANCE. «Algérie», Trésor direction nationale, [En ligne], http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/algerie, (Page consultée le 9 février 2014).

(3) FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. «Le Conseil d'administration du FMI conclut les consultations de 2013 au titre de l'article IV avec l'Algérie»,28 janvier 2014, Communiqué de presse n° 14/28, [En ligne], http://www.imf.org/external/french/np/sec/pr/2014/... (Page consultée le 9 février 2014).

(4) Ibid.

(5) TISS, Mohsen. «Algérie : baisse de 9,8% du taux de chômage en 2013», 3 janvier 2014, L'économiste Maghrébin, [En ligne], http://www.leconomistemaghrebin.com/2014/01/03/alg... (Page consultée le 9 février 2014).

(6) MEBTOUL, Abderrahmane. «Bonne année Algérie 2014 : bilan et perspectives», 26 décembre 2013, Le Matin, [En ligne], http://www.lematindz.net/news/13210-bonne-annee-al... (Page consultée le 9 février 2014).

(7) FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. «Le Conseil d'administration du FMI conclut les consultations de 2013 au titre de l'article IV avec l'Algérie», op. cit.

(8) GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. «Perspectives économiques en Algérie», [En ligne], http://www.afdb.org/fr/countries/north-africa/alge... (Page consultée le 9 février 2014).

(9) FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. «Le Conseil d'administration du FMI conclut les consultations de 2013 au titre de l'article IV avec l'Algérie», op. cit.

(10) LAROUSSE. «Algérie : activités économiques», Dictionnaire Larousse, [En ligne], http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Alg%C3%... (Page consultée le 9 février 2014).

(11) ALGERIA WATCH. «La démocratie, seul remède à la « maladie hollandaise » de l'Algérie», 2 septembre 2010, Information sur la situation des droits humains en Algérie, [En ligne], http://www.algeria-watch.org/fr/article/div/livres... (Page consultée le 9 février 2014).

(12) FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. «Le Conseil d'administration du FMI conclut les consultations de 2013 au titre de l'article IV avec l'Algérie», op. cit.

(13) MEBTOUL, Abderrahmane. «Bonne année Algérie 2014 : bilan et perspectives»,op.cit.

(14) TRANSPARENCY INTERNATIONAL. «Corruption Perceptions Index 2013», [En ligne], http://cpi.transparency.org/cpi2013/results/, (Page consultée le 9 février 2014).

(15) AGENCE ECOFIN. «L'économie algérienne se porte plutôt bien, selon Coface», 3 janvier 2014, [En ligne], http://www.agenceecofin.com/economie/0301-16392-l-... Agence Ecofin, (Page consultée le 9 février 2014).

Dernière modification: 2014-02-17 07:47:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Crise migratoire : l'Algérie entre immigration et émigration
>octobre 2018


Algérie : un électorat qui brille par son absence
>septembre 2017


Algérie : entre islamisme et islamisme radical, un éternel débat
>novembre 2015


Algérie 2015: la fin de l'époque Bouteflika?
>janvier 2015


La route transsaharienne est sur la bonne voie
>février 2014


Un bilan économique mitigé en Algérie
>février 2014


L'Algérie : le déclin de l'or noir
>novembre 2010


Algérie : une révision constitutionnelle controversée
>novembre 2008


« Touche pas à mon Algérie »
>septembre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016