Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

28 January 2014

Costa Rica : l'élection présidentielle tant attendue


Ismaël Mokooy mwa Moleka
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

February
1987
Dévoilement du plan Arias pour la paix en Amérique centrale

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

November
1949
Adoption d'une nouvelle Constitution au Costa Rica

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 2 février 2014, les habitants du Costa Rica devront élire un nouveau chef d'État pour remplacer Mme Laura Chinchilla, l'actuelle présidente. Ce scrutin présidentiel revêt une importance majeure, car, selon la loi, la présidente sortante n'a pas le droit de se présenter comme candidate à ce scrutin. Cependant, la performance de l'administration sortante aura sans aucun doute un impact sur l'issue du vote.

Perte de vitesse pour la présidente et son parti

Parmi les causes de la perte de vitesse de Laura Chinchilla et de son parti, le Parti national de libération (PNL), il faut mentionner les scandales politiques qui ont frappé le gouvernement. On peut rappeler l'affaire de la Torcha, un projet de construction de route controversé que la présidente a poursuivi, malgré une décision de la cour de justice d'Amérique centrale condamnant le Costa Rica pour son impact écologique sur le Rio San Juan, qui borde l'autoroute (1). On peut également citer l'affaire du mystérieux voyage de membres de l'administration au Pérou à bord d'un jet privé appartenant à un homme d'affaires colombien suspecté d'être relié au narcotrafic (2).

Ces scandales politiques, entre autres, ont contribué à ternir l'image du gouvernement costaricain. Cette suite de scandales au sein de son administration a valu à la présidente des qualificatifs peu glorieux repris dans plusieurs journaux costaricains, dont celui de président le moins apprécié des six derniers gouvernements (3). Comme on peut lire dans un article publié sur le site internet du quotidien argentin La Nacion, la présidente jouit d'un faible taux de satisfaction de 23 %, à peine plus favorable que les 17 % qu'elle avait en novembre 2013 (4).

Un scrutin à l'issue incertaine

L'insatisfaction face à l'administration précédente est d'autant plus importante que l'élection présidentielle aura lieu bientôt, soit le 2 février 2014. À l'heure actuelle, 5 candidats se sont démarqués des 13 qui se présentent à la magistrature suprême (5). Toutefois, selon un sondage mené par l'agence Unimer pour le quotidien la Nacion, qui a ensuite été publié par le Costa Rica News, 3 de ces 5 candidats se démarquent encore plus dans les intentions de vote (6).

Il s'agit notamment de Jose Maria Villalta, du parti du Front large. C'est le plus jeune candidat à la présidentielle et le premier dans les intentions de vote avec 22,2 % (7). Ce jeune avocat de formation a réussi rapidement à se tailler une place parmi des candidats plus expérimentés. Toutefois, il se fait souvent attaquer sur sa jeunesse ou ses idées socialistes (8).

Vient ensuite Johnny Araya, candidat du Parti national de libération, le parti au pouvoir, qui cherche depuis longtemps à se détacher du régime de Laura Chinchilla, ce qu'illustrent les luttes intestines au sein du parti (9). Le candidat du PNL jouit d'une certaine expérience, du fait qu'il a été maire de San José, capitale du Costa Rica, pendant près de 20 ans (10). Johnny Araya est placé en deuxième position dans les intentions de vote avec 20,3 % (11).

Le troisième candidat en tête pour cette élection est Otto Guevara. À 53 ans, c'est la quatrième fois que ce candidat se présente à une élection présidentielle au Costa Rica (12). De fait, il est déjà connu, bien qu'il n'ait jamais gagné d'élection. Pourtant, cette fois-ci, les sondages lui accordent 20,2 % des intentions de vote, faisant de lui un candidat très sérieux pour remplacer Mme Chinchilla après le 2 février prochain (13).

De fait, il est très difficile, voire risqué, d'émettre une hypothèse sur le résultat de cette élection costaricaine. Cependant, il semble que l'impopularité de la présidente sortante et de son administration constitue un frein au succès du candidat issu du PNL, formation politique de Laura Chinchilla.




Références:

(1) Tico Times, « Central American court of justice condemns Costa Rica for damage to Rio San Juan ». En ligne, 2012.http://www.ticotimes.net/2012/07/02/central-a... consulté 25 janvier 2014.

(2) SEQUEIRA, Aaron. « Exzar antidrogas Mauricio Boraschi niega haber autorizado viaje en ?jet' a Perù ». La Nacion, en ligne, le 30 aout 2013 http://www.nacion.com/nacional/politica/Exzar-anti... consulté le 26 janvier 2014.

(3) AGUERO, Mercede. « Presidenta Laura Chinchilla logra leve mejora en imagen hacia final de gestion », La Nacion, en ligne, le 25 janvier 2014, http://www.nacion.com/nacional/politica/Presidenta... consulté le 26 janvier 2014)

(4) Ibid.

(5) The Tico Times. « Meet Costa Rica's 13 presidential candidates ». En ligne le 22 janvier 2014, http://www.ticotimes.net/2014/01/23/meet-costa-ric... , consulté le 24 janvier 2014.

(6) The Costa Rica News « Survey reveals that Costa Rica's presidential election has no clear favorite to win ». En ligne, le 26 janvier 2014 http://thecostaricanews.com/surveys-reveal-costa-r... consulté le 26 janvier 2014.

(7) Ibid.

(8) The Tico Times. « Meet Costa Rica's...» op. cit.

(9) NAVILLA, Patricio. « Steady moderate left in el Salvador and Costa Rica ». Buenos Aires Herald, en ligne le 21 janvier 2014, http://www.buenosairesherald.com/article/150188/st... consulté le 25 janvier 2014.

(10) DYER, Zach. « Costa Ricas 2014's election season is officially open ». The Tico Times, en ligne, septembre 2013, http://www.ticotimes.net/2013/10/02/costa-rica-s-2... Consulté le 26 janvier 2014.

(11) The Costa Rica News, op. cit.

(12) The Tico Times. « Meet Costa Rica...» op. cit.

(13) The Costa Rica News, op. cit.

Autres références

DYER, Zach. « Costa rican newspaper accuses governeement of "unprecedented" spying on its reporters », The Tico Times, en ligne le 21 janvier 2014. http://ezproxy.usherbrooke.ca/login?url=http://sea... Consulté le 25 janvier 2014 (Newspaper source plus)

BODDIGER, David. « If you're still undecided, Sunday's presidential debate probably didn't help », The Tico Times (en ligne), le 20 janvier 2014, http://web.ebscohost.com.ezproxy.usherbrooke.ca/eh... Consulté le 25 janvier 2014 (Newspaper source plus).

The Costa Rica News « Costaricans call for imediate tax reform ». En ligne, le 9 décembre 2013 http://thecostaricanews.com/costa-ricans-call-for-... Consulté le 26 janvier 2014.

CONTRERAS, Gabriela. « Escandalos, corrupcion y errores han marcado la salida de algunos ministros de la administracion chinchilla », en ligne le 16 Mai 2013, http://www.crhoy.com/escandalos-corrupcion-y-error... consulté le 26 janvier 2014.

Dernière modification: 2014-02-27 15:41:42

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016