Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

14 April 2015

Les défis attendant Hillary Clinton


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Depuis qu'elle a quitté la direction du secrétariat d'État, Hillary Clinton a maintenu le suspens quant à son éventuelle candidature lors des présidentielles américaines de 2016. Finalement, elle en a fait l'annonce dimanche.

Entre-temps, elle a publié ses mémoires, formé une équipe impressionnante et peaufiné le message et la plate-forme de sa future campagne. Cette stratégie lui a aussi permis de recueillir près d'un milliard de dollars de fonds de campagne. De plus, elle a réussi ainsi à tenir à l'écart les différents candidats potentiels au sein du parti démocrate qui s'interrogeaient quant à ses intentions. Néanmoins, pour l'emporter dans la course à la Maison-Blanche, Mme Clinton doit relever plusieurs autres défis.

Depuis plus de deux ans, les républicains pressentent qu'Hillary Clinton serait candidate en 2016. C'est pourquoi ils mènent une campagne tous azimuts contre elle. Ils recherchent à miner sa crédibilité et à dénigrer ses réussites en tant que responsable de la politique étrangère américaine de 2009 à 2013.

Après avoir multiplié les enquêtes sur les incidents de Benghazi dans le but de l'impliquer personnellement, ils s'en prennent maintenant au fait que Mme Clinton utilisait un serveur privé, au lieu de celui du département d'État, pour acheminer et recevoir ses courriels. Ils y voient une forme inacceptable de manque de transparence et un refus de rendre des comptes. Les républicains sont outrés de ne pas pouvoir consulter les quelque 60 000 courriels de Mme Clinton, dont la moitié relevaient de sa vie privée.

Évidemment, Mme Clinton doit répondre aux diverses allégations lancées par les républicains pour éviter que sa crédibilité soit irrémédiablement entachée. Mme Clinton peut toujours démontrer comment elle est victime d'une campagne de dénigrement des dirigeants républicains et des médias de la droite américaine. Néanmoins, les attaques des républicains ne représentent pas les principales embûches dans le cadre des présidentielles de 2016 pour Mme Clinton.

Elle doit d'abord relever différents défis qui détermineront si sa candidature pourra ou non répondre aux attentes de l'électorat américain. Elle doit aussi se méfier des électeurs démocrates et indépendants qui, comme l'histoire l'a démontré en 2008, peuvent admirer celle-ci tout en votant contre elle.

Depuis plus d'un an, le désir d'Hillary Clinton de se présenter aux présidentielles américaines apparaissait chaque jour plus évident. Sa candidature repose sur une solide base chez les démocrates. Plus de 60 % des électeurs démocrates soutiennent celle-ci, alors qu'aucun de ses adversaires potentiels au sein de son parti, y compris le vice-président Joe Biden, ne dépasse les 10 %. Néanmoins, Mme Clinton n'est pas invulnérable.

Il faut se rappeler qu'en octobre 2007, deux mois avant le début des primaires, Mme Clinton jouissait d'une avance quasi insurmontable chez les démocrates. Plus de la moitié des électeurs américains affirmait aimer ses politiques. Néanmoins, les électeurs démocrates ont choisi un autre candidat.

En janvier 2008, Barack Obama semblait avoir peu de chance de l'emporter contre Hillary Clinton. Il était un jeune sénateur inexpérimenté et encore relativement peu connu. Pourtant, il gagna le caucus d'Iowa. La suite fait partie de l'histoire. Si Mme Clinton ne devint pas présidente en 2008, cela est dû d'abord aux électeurs démocrates.

En 2016, Mme Clinton pourrait être victime du même genre d'usurpation qu'en 2008. Bien qu'elle soit plus libérale que Barack Obama, il existe un ressentiment au sein de la gauche démocrate qui rêve d'une candidature plus authentiquement libérale.

Plusieurs leaders de l'aile libérale du parti rêvent non seulement de voir Elizabeth Warren se présenter. Ils pressent fortement cette dernière de le faire. Or, ces dirigeants soulèvent des questions importantes sur la candidature de Mme Clinton.

Pour contrer l'aile gauche de son parti, Mme Clinton devra faire plus que de chercher à apaiser les journalistes comme elle l'a fait en mars sur la question de ses courriels. Elle affirme qu'elle veut faire de la transparence et la responsabilisation les pierres angulaires d'une future administration Clinton. Mais elle doit alors démontrer comment elle appliquera pour elle-même ces règles.

En effet, même si Mme Clinton surfe présentement dans les sondages, elle doit éviter de tenir pour acquise la confiance des électeurs. En ce qui concerne le dossier de ses courriels, elle devrait accepter une enquête indépendante. Une telle enquête démontrerait l'absence de tout scandale. Plus encore, elle démontrerait que Mme Clinton a toujours été transparente. Autrement, ces questions pourraient la hanter plus tard dans la campagne.

Une campagne présidentielle cherche d'abord à tester les habiletés et les limites d'un candidat. C'est dans la confrontation et les face-à-face que les électeurs se font une opinion et départagent les différents candidats. Mme Clinton doit se prêter candidement à ce jeu, sinon elle risque de perdre une partie du soutien des électeurs démocrates et indépendants.

Pour le moment, Mme Clinton dispose d'un large soutien de la part de l'électorat féminin. Beaucoup d'Américaines rêvent d'une victoire historique. Mme Clinton a largement défendu la cause féminine a tout au long de sa carrière : l'équité salariale, les congés familiaux, l'augmentation du salaire minimum, l'accès aux services de garde, etc.

En 2008 et 2012, ce sont les femmes qui ont permis l'élection de Barack Obama. Or, Mme Clinton bénéficie plus encore que le président Obama de la sympathie de l'électorat féminin américain. Il lui revient de ne pas gaspiller ce capital de sympathie. Toutefois, elle ne doit pas miser uniquement sur cette question. Une campagne trop ancrée sur le genre pourrait se retourner contre la candidate Clinton.

Mme Clinton doit éviter son erreur de 2008 où elle a tenté de se positionner comme étant le seul candidat ayant la force et l'expérience. Mais lorsqu'on lui a demandé comment une femme pourrait diriger différemment, elle a simplement répondu qu'elle était fière d'être candidate et qu'elle se présentait parce qu'elle pensait qu'elle serait le « meilleur président ». Cette réponse fut perçue comme étant teintée d'arrogance.

Pour maintenir une candidature crédible, Mme Clinton doit réussir bien sûr à connecter avec les préoccupations des femmes à celles des membres de la classe moyenne, comme le fait Mme Warren. Elle pourra ainsi démontrer qu'elle veut être aussi la présidente de tous les Américains.

Un dernier défi pour Mme Clinton consiste à montrer qu'une présidence Clinton ne sera pas un troisième mandat de Barack Obama. Les électeurs américains veulent du changement et du renouveau aux huit ans. Il revient à Mme Clinton de démontrer qu'elle est capable de représenter ce renouveau.



Dernière modification: 2015-04-27 13:18:37

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016