Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

26 septembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

15 April 2015

La présidence de Michel Martelly : les Haïtiens désenchantés


Caress Pinard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

November
2016
Élection de Jovenel Moïse à la présidence d’Haïti

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

March
2011
Élection de Michel Martelly à la présidence d'Haïti

January
2010
Tremblement de terre dévastateur en Haïti

February
2004
Démission du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

November
2000
Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

September
1991
Renversement du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

June
1988
Renversement du président haïtien Leslie Manigat

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

February
1986
Départ du président haïtien Jean-Claude Duvalier

April
1971
Décès du président haïtien François Duvalier

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

September
1957
Accession de François Duvalier à la présidence de Haïti

May
1950
Démission du président Dumarsais Estimé en Haïti

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 12 janvier 2010, Haïti a été secoué de plein fouet par une catastrophe naturelle: un tremblement de terre de magnitude sept faisant 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abris (1). Des bâtiments emblématiques ont été anéantis, tels que le palais présidentiel, le palais de justice, la cathédrale de l'archidiocèse catholique de Port-au-Prince ainsi que la majorité des édifices gouvernementaux (2). Des élections étaient prévues les 28 février et le 3 mars 2010, mais elles furent reportées à cause du séisme. C'est un an et demi après cette tragédie que le nouveau président Michel Martelly fut élu président. À ce moment, certains interprétaient cette victoire comme un nouvel espoir.

Des élections tumultueuses

Le 14 mai 2011, Michel Martelly remporta l'élection à la présidence avec 67,7% des voix dans des circonstances assez particulières (3). Tout d'abord, lors du premier tour, Mirlande Minigat arriva en tête avec 31% des voix, suivie de Jude Célestin avec 22%. Pour sa part, Michel Martelly avait obtenu 21% des voix (4). Cette annonce souleva l'indignation et entraîna des manifestations violentes. La population contestait les résultats. Le quartier général d'Inité, le parti de Jude Célestin, fut détruit par les manifestants et tous les aéroports d'Haïti furent fermés à la suite des manifestations (5). L'Organisation des États américains, dont le but est de défendre la démocratie et les Droits de l'homme dans les différents pays de l'Amérique, a alors produit un rapport dans lequel elle recommandait le retrait de Jude Célestin. Les autorités haïtiennes annoncèrent donc la tenue du deuxième tour avec Martelly et Minigat le 20 mars 2011 (6).

La campagne du deuxième tour fut marquée par les retours inattendus de l'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, en janvier 2011, et de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, en mars 2011 (7). Ces apparitions inopinées en terre haïtienne inquiétèrent la communauté internationale. Contrairement à Michel Martelly qui avait dit être « prêt » à travailler avec quelqu'un ayant servi la dictature des Duvalier et « intéressé » à ce que les anciens présidents puissent servir comme conseillers spéciaux (8). Par contre, Duvalier fut finalement inculpé moins de 48 heures après son retour pour corruption, détournements de fonds et crimes contre l'humanité (9).

En Haïti, la démocratie est mal en point. Michel Martelly est seulement le troisième président haïtien élu démocratiquement depuis le régime de Duvalier père. Le pays ayant été sous la dictature de François Duvalier (papa doc) de 1957 à 1971, puis sous celle de son fils Jean-Claude Duvalier (bébé doc), de 1971 à 1986 (10). Lors de la chute de ce régime dictatorial, c'est Jean-Bertrand Aristide qui fut le premier président élu démocratiquement en 1990. Par contre, un coup d'État militaire retira le pouvoir à Aristide en 1991 et ce n'est qu'en 1994 qu'il finit par gouverner réellement (11). Il fut réélu, en 2000, mais avec un taux d'abstention de 90%; il dut alors quitter le pays accompagné par l'Organisation des Nations unies. Par la suite, René Préval devint le deuxième président élu démocratiquement.

Sweet Micky : le changement pour Haïti ?

En 2011, l'élection de Michel Martelly représentait le changement et redonna espoir au peuple haïtien. En plus d'être appuyé par le célèbre chanteur Wyclef Jean, Martelly profita des circonstances du premier tour qui jouèrent en sa faveur dans l'opinion publique : les Haïtiens le percevant comme victime de fraude électorale. D'autre part, il se distinguait de l'élite politique, Martelly étant un chanteur de Konpa, un style musical haïtien, connu sous le nom de « Sweet Micky » (12). Certains questionnèrent sa crédibilité. Pendant sa carrière artistique il tenait souvent des propos sexistes, voire misogynes, et exhibait ses fesses, mais en général la population fut favorable à son égard.

Cependant, peut-on parler de réel changement pour Haïti ? En 1996, le Miami Herald rapportait que Martelly était lié à des partisans du coup d'État militaire de 1991 qui a renversé l'ancien président Jean-Bertrand Aristide (13). Sans parler du fait que dans le passé Sweet Micky a souvent critiqué le mouvement démocratique Lavalas d'Aristide dans ses chansons (14). De plus, en 2002, le journal Washington Post décrivit le futur président comme «le criminel préféré travaillant pour la dictature de la famille Duvalier» (favorite of the thugs who worked on behalf of the hated Duvalier family dictatorship before its 1986 collapse)(15). Ainsi, il n'est pas très étonnant que lors du retour en Haïti de Jean-Claude Duvalier, il s'est dit prêt à travailler avec quelqu'un ayant servi la dictature des Duvalier.

Cinq ans après le séisme

La situation en Haïti s'est améliorée depuis la catastrophe de 2010. Ce serait dû en grande partie à l'aide internationale selon le Centre d'études et de coopération internationale (CECI) (16). Lors du cinquième anniversaire du séisme, le président s'est dit fier du fait que 95% des 1,5 million d'Haïtiens qui vivaient sous la tente après le séisme n'y vivent plus (17). Il a aussi mentionné qu'il restait beaucoup à faire et qu'il n'y avait pas de place pour les tensions politiques.

Or, le pays vit actuellement une crise politique. En Haïti, le pouvoir exécutif est assuré par le président (actuellement Michel Martelly), élu pour cinq ans, ainsi que le premier ministre et son cabinet. Le pouvoir législatif est représenté par l'Assemblée nationale formée de deux chambres élues : le Sénat (Chambre haute) et la Chambre des députés (Chambre basse) (18). Lors des élections de 2011, le parti du président sortant, Inite, fut celui qui obtint le plus de sièges à la Chambre des députés et au Sénat (19). Toutefois, d'après David Payne, un ancien député et haut fonctionnaire du Québec qui oeuvre depuis plusieurs années au renforcement des institutions politiques en Haïti : « Le président Martelly ne s'est jamais montré respectueux envers les élus (19). »

Martelly veut-il gouverner seul ?

On pourrait qualifier la crise politique que vit actuellement Haïti de crise électorale puisque, depuis trois ans, plusieurs élections qui auraient dû avoir lieu n'ont pas été organisées (20). Ce qui mena, le 14 décembre 2014, à la démission du premier ministre Laurent Lamothe, le riche bras droit du président (21). Ce geste ne calma cependant pas la gronde populaire : le 10 janvier 2015, plus de 1500 Haïtiens manifestèrent leur mécontentement dans les rues de Port-au-Prince (22).

La situation est majeure, car depuis le 12 janvier le Sénat, qui est normalement composé de 30 sénateurs, en compte seulement 10. De plus, le mandat des 99 députés de la Chambre basse est échu (23). Après la dissolution du Parlement, Michel Martelly nomma par décret son nouveau premier ministre Evans Paul - un choix que le Parlement avait refusé (24). De plus, le premier ministre a formé un nouveau gouvernement le 19 janvier en nommant 34 ministres et secrétaires d'État (25).

Avec un président qui gouverne par décret et un Parlement non-élu, il semble légitime que ses opposants craignent le début d'un régime dictatorial. Par contre, Martelly promet que des élections auront lieu d'ici la fin 2015.




Références:

(1) Ici Radio-Canada. « Il y a cinq ans la terre tremblait en Haïti », 17 mars 2015, http://ici.radio-canada.ca/sujet/haiti-cinq-ans-plus-tard? (Page consultée le 10 avril 2015).

(2) Ici Radio-Canada. « Les images satellites de Port-au-Prince montrent les cicatrices du séisme », 10 janvier 2015, http://ici.radio-canada.ca/sujet/haiti-cinq-ans-pl... (Page consultée le 10 avril 2015).

(3) Ici Radio-Canada. « Michel Martelly nouveau président d'Haïti », 5 avril 2011, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International... (Page consulté le 16 avril 2015).

(4) POULIN Thomas, « élections présidentielle 2011 en Haïti « Réseau de recherche sur les opérations de paix, 19 mars 20122, http://www.operationspaix.net/62-dossier-special-e... (Page consultée le 17 avril 2015).

(5) Loc. cit.

(6) Loc. cit.

(7) Loc. cit.

(8) Loc. cit.

(9) Le Figaro, « Duvalier inculpé pour corruption et vol en Haïti », le 18 janvier 2011, http://www.lefigaro.fr/international/2011/01/18/01... (Page consultée le 17 avril 2015).

(10) LOCKART F. Nicolas, « Haïti : une démocratie sans élections ni institutions ? » Centre d'étude interaméricaine, Février 2015, http://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/cei_npfl_haiti_fev2015.pdf? (Page consultée le 10 avril 2015).

(11) Loc. cit.

(12) Meteo politique, « Qui est Michel Martelly, le nouveau président d'haïti ? », 5 avril 2011, http://meteopolitique.com/fiches/corruption/analys... (Page consultée le 10 avril 2015).

(13) Loc. cit.

(14) SKIBOLA, Nicole, « Sovereignty, Stability and Sweet Micky : What is going on in Haiti », Hufftington Post, le 3 novembre 2011, http://www.huffingtonpost.com/nicole-skibola/post_... (Page consultée le 17 avril 2015).

(15) Meteo politique. Op. cit.

(16) Ici Radio-Canada. « Cinq ans après le séisme, le président haïtien heureux de ce qu'il a accompli », 12 janvier 2015, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international... (Page consultée le 12 avril 2015).

(17) Loc. cit.

(18) GOBEIL Mathieu. « Comprendre la crise politique haïtienne en cinq questions », Ici Radio-Canada, 11 janvier 2015, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international... (Page consultée le 11 avril 2015).

(19) Loc. cit.

(20) Loc. cit.

(21) FRANCE24, « Crise politique en Haïti : le Premier ministre Laurent Lamothe démissionne », 14 decembre 2014, http://www.france24.com/fr/20141214-haiti-premier-... consultée le 11 avril).

(22) Le Devoir, « De violentes manifestations éclatent », 12 janvier 2015, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... (Page consultée le 10 avril 2015).

(23) GOBEIL Mathieu, Op. cit.

(24) La Presse, « Haïti a un nouveau premier ministre », le 15 janvier 2015, http://www.lapresse.ca/international/amerique-lati... (Page consultée le 12 avril 2015).

(25) Le Devoir, « Port-au-Prince a un nouveau gouvernement d'union », 24 janvier 2015, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... (Page consultée le 10 avril 2015).

Dernière modification: 2015-04-22 10:52:47

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016