16 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 décembre 2014

L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel


Jean-Philippe Doyon
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2014
Référendum sur une nouvelle Constitution en Égypte

juillet
2013
Renversement du président Mohamed Morsi en Égypte

décembre
2012
Référendum constitutionnel en Égypte

septembre
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

juin
2012
Annonce de l'élection de Mohamed Morsi à la présidence de l'Égypte

février
2011
Démission du président égyptien Hosni Moubarak

juin
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

septembre
2005
Élection de Hosni Moubarak à la présidence de l'Égypte

janvier
1992
Entrée en fonction de Boutros Boutros-Ghali au poste de secrétaire général des Nations unies

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

octobre
1981
Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate

septembre
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

novembre
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

avril
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

septembre
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

Le 26 mai 2014, l'Égypte est en élection près d'un an après les tumultueux mois de présidence de Mohammed Morsi. Le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi sort victorieux, donnant un sentiment de déjà-vu à la communauté internationale. L'arrivée d'Al-Sissi au pouvoir est perçue comme le retour de l'armée égyptienne, un acteur incontournable, dans les grandes décisions de l'État.

L'armée égyptienne, de Nasser à aujourd'hui

La présence de l'armée égyptienne dans les destinées de ce pays n'est pas un phénomène récent. Avant 1948, celle-ci avait très peu d'importance dans les affaires gouvernementales. Par contre, la création d'Israël est l'événement qui change tout. La relation de guerre au 20e siècle entre ces deux États va servir de fil conducteur à l'établissement d'une image de l'armée comme protecteur dans l'opinion publique. Après la première grande défaite contre les forces israéliennes, le monarque de l'époque, le roi Farouk, est blâmé et un coup d'État par un groupe d'officiers militaires mené par Gamal Abdel Nasser signifie la fin de la monarchie d'Égypte(1).

Ce coup d'État va longtemps être considéré comme l'établissement de la république moderne d'Égypte : « Héros de cette révolution, le colonel Gamal Abdel Nasser se présente d'ailleurs comme l'une des figures politiques les plus influentes de l'histoire arabe du siècle passé(2). » Par contre, après les expéditions contre Israël, comme la guerre de Six Jours de 1967, les défaites et pertes de l'armée auront un effet négatif sur l'opinion publique.

Après la mort de Nasser en 1970, Anouar el-Sadate prend la présidence et réforme cette armée. Après que l'Égypte ait perdu le Sinaï en 1967, Sadate mène la troisième coalition arabe contre les forces israéliennes en 1973. Même si la guerre s'est terminée en trois semaines, l'armée égyptienne a tout de même réussi quelques bons coups militaires, frappant durement la réputation d'invincibilité de l'armée d'Israël. Cinq ans plus tard, les accords de Camp David, en 1978, permettront le retour du Sinaï(3).

Malgré ses déboires, l'armée a acquis la notoriété d'être la protectrice de la nation. Selon la chercheuse Fanny Lutz : «Ces défaites ont même eu pour effet de souder la nation autour de l'institution militaire, faisant d'elle la seule à avoir conservé son aura au fil des décennies(4).» L'après-Sadate va signifier l'arrivée d'une plus grande modernisation ainsi qu'une expansion pour cette armée. L'arrivée de Moubarak, en 1981, et d'une plus grande libéralisation économique va amener un intérêt de l'armée pour l'économie(5). Celle-ci aura à l'avenir un droit de regard sur l'ensemble des dossiers touchant l'économie du pays.

Pendant le printemps arabe de 2011 qui va mener à la chute du président Moubarak, l'armée laisse les manifestants agir malgré les ordres de contrôle de la foule venant du président. L'armée reste un acteur indépendant du gouvernement en place et va accepter l'arrivée de Mohammed Morsi au pouvoir. À la chute de celui-ci, l'armée reste encore neutre, ce qui va jouer en sa faveur. Le fait qu'à la sortie de Morsi du pouvoir les militaires placent un gouvernement de coalition jusqu'aux élections renforce leur réputation de protecteurs de la nation égyptienne(6). De Nasser à aujourd'hui, seul Morsi ne faisait pas partie du giron de l'armée égyptienne.

Le retour en force de l'influence de l'armée

L'armée égyptienne est une force dans la vie politique et économique de l'Égypte. La réforme de la Constitution sous le régime du président intérimaire, Adly Mansour, accorde à ce groupe encore plus de pouvoir.

L'armée est considérée comme autonome du pouvoir en place, n'ayant plus de compte à rendre à la présidence de l'État(7). Ce changement confirme la place de l'armée dans l'organigramme du pouvoir en Égypte. Les tribunaux militaires auront aussi le pouvoir de poursuivre en justice les civils pour des raisons de sécurité. D'ailleurs de plus grandes libertés sur ce pouvoir ont été accordées par le maréchal Al-Sissi le 27 octobre, à la suite d'attaques sur des établissements publics (8). De plus, un décret a placé l'ensemble des infrastructures de l'État sous la protection des militaires pour une durée de deux ans(9). Un des pouvoirs à caractère politique les plus importants reste celui du Conseil suprême des forces armées (SCAF). Celui-ci obtient le choix et même le pouvoir de destitution du ministre de la Défense au cours des deux mandats présidentiels(10). Ce pouvoir permet à l'armée d'avoir une assise sur les décisions militaires prises par l'État ainsi que sur l'orientation qu'elles vont prendre.

Le pouvoir économique de l'armée lui a aussi permis d'avoir un impact sur les décisions économiques du pays. Selon le journaliste Bachir el-Khoury :« Les généraux ont érigé un empire au cours des trente dernières années, constitué désormais de quelque 35 usines et entreprises, qu'ils ont dûment protégé contre la politique de libéralisation économique et les vagues de privatisation des années 1990 et 2000 (11).» Près de 20% du produit intérieur brut du pays serait sous le contrôle de l'armée égyptienne. De nombreux contrats avec des compagnies des Émirats arabes unis et de l'Arabie Saoudite ont été signés dans les dernières années. Même le canal de Suez aurait été dans la mire des militaires(12). L'armée reste donc une force économique en Égypte.

Une armée active et en croissance

L'armée égyptienne est loin d'être passive. Cet acteur a depuis quelques années été très présent dans les conflits environnants pour stabiliser la région. L'armée égyptienne a été très présente dans les derniers mois en Libye. Depuis le 18 août, elle aurait envoyé plus de 10 000 commandos dans la région pour faire du contre-terrorisme. L'Égypte aurait des intérêts économiques avec la présence de plusieurs milliers de travailleurs dans ce pays(13). La stabilisation est donc un intérêt pour ce pays ayant l'armée la plus importante d'Afrique.

Il est aussi intéressant de constater que l'armée égyptienne a, depuis quelque mois, cherché à moderniser ses effectifs, en réponse à l'instabilité de la région. Dans les derniers mois, des discussions aux Émirats arabes unis avec le gouvernement français semblent indiquer une commande d'armement. À Abu Dhabi, les négociations autour de l'amélioration des Mirages égyptiens, l'achat de nouvelles Corvettes ainsi que de torpilles pour celles-ci ont fait surface. On parlait même d'une facture de près de 900 millions à plus d'un milliard pour ce nouvel équipement(14).

Cet achat de nouveau matériel militaire signifie une plus grande implication de l'armée dans la région. Avec l'arrivée de l'État islamique ainsi que les déstabilisations causées à Gaza, la force armée de l'Égypte est loin de perdre son importance ou son influence au Moyen-Orient et en Afrique.




Références:

(1) KORDUNSKY Anna and Michael LOKESSON, «The Egyptian Military's Huge Historical Role», National Geographic,5 juillet 2013, http://news.nationalgeographic.com/news/2013/07/13... (24 novembre 2014)

(2) LUTZ, Fanny, «L'armée égyptienne, force motrice du changement ?», RTBF Opinions, 2 juillet 2013, http://www.rtbf.be/info/opinions/detail_l-armee-eg... (24 novembre 2014)

(3) KORDUNSKY Anna and Michael LOKESSON. op.cit.

(4) LUTZ, Fanny. op.cit.

(5) KORDUNSKY Anna and Michael LOKESSON. op.cit.

(6) LUTZ, Fanny. op.cit.

(7) JARABA, Mahmoud ,« The Egyptian Military's Economic Channels of Influence», Middle East Institute, 12 may 2014, http://www.mei.edu/content/map/egyptian-military%E... (24 novembre 2014)

(8) BUCCIANTI, Alexandre, « Égypte: al-Sissi élargit le champ d'action de la justice militaire», RFI, 27 octobre 2014, http://www.rfi.fr/moyen-orient/20141027-egypte-al-... (24 novembre 2014)

(9) «Égypte: plus de pouvoir aux tribunaux militaires», Le Figaro, 27 octobre 2014, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/10/27/97001... (24 novembre 2014)

(10) JARABA, Mahmoud. op.cit.

(11) EL KHOURY, Bachir, « Aujourd'hui, toute l'Egypte appartient aux militaires. Toute? Toute» Slate.FR, 04, juin,2014, http://www.slate.fr/story/87853/tentative-de-calcu... (24 novembre 2014)

(12) Ibid.

(13) MINOUI, Delphine, « L'Egypte intervient dans le chaos libyen», Le Soir, 25 septembre 2014, http://www.lesoir.be/663423/article/actualite/mond... (24 novembre 2014)

(14) CABIROL, Michel, « Armement : nouveaux clins d'oeil de l'Egypte à la France», La Tribune, 15 septembre 2014, http://www.latribune.fr/entreprises-finance/indust... (24 novembre 2014)

Autres références

GIROUD, Emmanuel, «Égypte: Sissi devient président un an après avoir destitué Morsi», La Presse.ca, 8 juin 2014, http://www.lapresse.ca/international/dossiers/cris... morsi.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_... (24 novembre 2014)

GUÉNARD, Marion, « L'armée égyptienne n'a jamais lâché le pouvoir», Le Devoir, 5 juillet 2014, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... (24 novembre 2014)

MINOUI, Delphine, « Le maréchal al-Sissi peut-il redresser l'Égypte ?» Le Figaro, 25 mai 2014, http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2014/05/25/10001... (24 novembre 2014)

BUCCIANTI, Alexandre, «Égypte: l'armée subit l'attentat le plus meurtrier de son histoire», RFI, 25 octobre 2014, http://www.rfi.fr/moyen-orient/20141024-sinai-egyp... (24 novembre 2014)

ROMANI, Vincent, « La nouvelle Égypte des vieux généraux», Centre justice et foi, http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=2744, (24 novembre 2014)

GOLDBERG, Ellis, «A new political dilemma for Egypt's ruling military», Washington post, 2 juin 2014, http://www.washingtonpost.com/blogs/monkey-cage/wp... (24 novembre 2014)

ELMENSHAWY, Mohamed ,« Revisiting Egypt's civil-military relations», AlJazeera, 29 mai 2014, http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2014/05/r... (24 novembre 2014) «L'armée, joueur incontournable de la vie politique égyptienne», Radio-Canada, 3 juillet 2013, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/... (24 novembre 2014)

SYMNAK, Markus «Egypt's army expands economic power», DW, 4 mai 2014, http://www.dw.de/egypts-army-expands-economic-powe... (24 novembre 2014)

ALEXANDRANI, Ismaïl, « Au Sinaï, une « sale guerre » qui ne dit pas son nom», Le Monde diplomatique, septembre 2014, http://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/ALEXANDRANI/50786, (24 novembre 2014) «Attaque sans précédent contre la marine, nouveaux attentats», Le Devoir, 13 novembre 2014, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... (24 novembre 2014)

SALLON Hélène, «La lutte contre le terrorisme, argument imparable de l'Egypte», Le Monde.FR., 10 novembre 2014, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/11/10/l... (24 novembre 2014)

Dernière modification: 2014-12-08 07:33:00

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Égypte : le régime de la terreur d'al-Sissi
>avril 2019


La dette égyptienne : difficile de s'en sortir
>octobre 2018


Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne
>mars 2017


Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies
>février 2017


La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président
>novembre 2016


Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne
>novembre 2015


Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique
>septembre 2015


Égypte : la liberté d'expression en danger
>février 2015


L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel
>décembre 2014


Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée
>avril 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019