Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 October 2014

Trois ans de présidence Martelly : l'omniprésence du séisme


Samuel Sauvé
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

November
2016
Élection de Jovenel Moïse à la présidence d’Haïti

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

March
2011
Élection de Michel Martelly à la présidence d'Haïti

January
2010
Tremblement de terre dévastateur en Haïti

February
2004
Démission du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

November
2000
Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

September
1991
Renversement du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

June
1988
Renversement du président haïtien Leslie Manigat

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

February
1986
Départ du président haïtien Jean-Claude Duvalier

April
1971
Décès du président haïtien François Duvalier

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

September
1957
Accession de François Duvalier à la présidence de Haïti

May
1950
Démission du président Dumarsais Estimé en Haïti

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Joseph Michel Martelly, l'actuel président d'Haïti, a été porté au pouvoir par une large majorité d'électeurs. Il a signé une victoire écrasante au deuxième tour de l'élection présidentielle en mars 2011, remportant 67,57% des suffrages contre sa principale rivale, Mirlande Manigat, qui n'a obtenu que 31,74% des voix(1). Toutefois, cette élection a été marquée par un faible taux de participation de 16,7%.

Une victoire mouvementée

Initialement prévue pour le 28 février 2010, l'élection présidentielle haïtienne avait été reportée, car plusieurs évènements ont favorisé l'instabilité dans le pays. En effet, le 12 janvier 2010, un séisme de magnitude 7 sur l'échelle de Richter a causé la mort de plus de 220 000 personnes(2). Ce violent tremblement de terre a nécessité une intervention urgente de la communauté internationale pour maintenir la sécurité.

Au lendemain de cet événement, plus d'un million d'habitants se trouvaient sans abris(3). Par ailleurs, la catastrophe a causé le décès de plusieurs membres importants de l'élite haïtienne, dont : Kelly Bastien, le président du Parlement, Jocerme Privert, un ministre, ainsi que l'archevêque de Port-au-Prince, Mgr Joseph Serge Miot (4). De plus, le séisme a porté un coup dur aux institutions démocratiques, aux infrastructures ainsi qu'à l'économie déjà précaire du pays.

C'est le 28 novembre 2010 que s'est tenu le premier tour de l'élection présidentielle haïtienne. Mirlande Manigat a obtenu l'appui de 31% des électeurs. Pour leur part, Judes Celestin et Michel Martelly ont remporté respectivement 22% et 21% des voix (5). À l'annonce des résultats électoraux, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Port-au-Prince, protestant contre ceux-ci. Plusieurs affrontements ont eu lieu entre les partisans de Martelly et les forces de l'ordre qui ont fait 4 morts et plusieurs blessés. Ils dénonçaient le vol des élections en faveur du candidat du parti au pouvoir, Judes Celestin, et demandaient l'annulation du scrutin.

Face à la prolifération d'actes violents, le Conseil électoral provisoire(CEP) accepte l'aide internationale. Les représentants français sont favorables à une deuxième tour à trois candidats, tandis que Bill Clinton, envoyé spécial des Nations unies en Haïti, propose un recomptage des votes(6). L'Organisation des États américains (OEA) est mandatée par la CEP pour mettre sur pied une mission d'assistance technique afin de superviser le recomptage. Celle-ci demande également le retrait du candidat Judes Celestin. En accord avec la décision de l'OEA, le parti Initié annonce un peu plus tard l'abandon de son représentant Célestin. Finalement, le 20 mars 2011, Martelly gagne la course à la présidence en l'emportant sur son adversaire, Mirlande Manigat(7).

Joseph Michel Martelly, alias Sweet Micky, est une figure du konpa, la musique populaire haïtienne. Il a fait fortune dans l'industrie de la chanson en dansant dans les carnavals. Plusieurs analystes voient son élection comme le rejet de la classe politique haïtienne considérée comme corrompue et autoritaire(7). Par ailleurs, il a été impliqué par le passé dans la lutte contre le sida. Martelly aurait admis avoir joint les Tontons macoutes, la milice du dictateur Jean-Claude Duvalier, et n'a jamais démenti son attirance pour la droite (8).

Bilan contrasté

Martelly avait promis de sortir le pays du marasme économique et social qui sévit en Haïti depuis des siècles. Chose qui est encore loin d'être accomplie. Cependant, le programme « Ti manman cheri, de Ede pèp» a connu quelques succès. Il a permis à plus d'un million d'enfants d'avoir accès à l'école et au transport gratuitement ainsi que la construction de plus de 800 km de routes. Il prévoit aussi une subvention de 18 000 gourdes par année pour les étudiants de l'Université de l'État d'Haïti(9).

Le pays doit, encore aujourd'hui, pallier aux répercussions économiques et sociales engendrées par le séisme. L'épidémie de choléra a fait plus de 7000 victimes depuis 2010. L'économie haïtienne est toujours précaire, la pauvreté et l'inflation affectent une fraction de plus en plus grande de la population.

Une nouvelle ère à l'horizon?

Les trois premières années du mandat de Martelly ont été marquées par plusieurs mouvements de contestation en provenance de la population et de ses opposants politiques. Plusieurs citoyens manifestent contre la hausse des produits alimentaires. Pour d'autres, le régime est corrompu et maintenu par des pays étrangers(10). Yves Pierre-Louis, un manifestant, soutient que « Les organisations populaires vont se réunir avec les autres forces politiques afin de mobiliser l'ensemble du pays contre ce régime de corrompus soutenu par quelques membres de la communauté internationale (11)».

Des élections législatives sont prévues pour le 26 octobre 2014. Un accord a été conclu entre le gouvernement et l'opposition politique grâce à la médiation du cardinal haïtien Chibly Langlois. En effet, une crise politique relative à l'absence d'élections législatives sévit depuis 2011(12). Les citoyens haïtiens en droit de voter pourront s'exprimer afin de renouveler 20 des 30 sièges au Sénat, l'entièreté de la Chambre basse ainsi que plus d'une centaine de postes municipaux (13). Les élections pourront peut-être permettre de calmer la situation, puisque les manifestations font toujours rage dans plusieurs régions.




Références:

(1) GÉRARD, Thomas, «Présidentielle : Haïti choisit la voix de Martelly», Libération, 6 avril 2011,http://www.liberation.fr/monde/2011/04/06/pre... (page consultée le 5 octobre 2014)

(2) AFP, «Les Haïtiens attendent les secours», Le Monde, 12 Janvier 2014, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/01/12... (page consultée le 5 octobre 2014)

(3) POULIN, Thomas, «Élections présidentielles 2011 en Haïti», Le réseau de recherche sur les opérations de paix, 19 mars 2011, http://www.operationspaix.net/62-dossier-special-e... (page consultée le 4 octobre 2014)

(4) CAROIT, Jean-Michel, «En Haïti, la mort, la désolation et la ruine», Le Monde, 1 février 2010, http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2010/01/14/... (page consultée le 4 octovre 2014)

(5) Radio Canada avec Agence France-Presse, «Division, vérification et manifestation en Haïti», Radio Canada, 10 décembre 2010, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 4 octobre)

(6) Thomas, Poulin, Op. Cit.

(7) Loc. Cit.

(8) GRANDIN, Greg, «Martelly : Haiti's second great disaster», Al Jazeera, 4 mai 2011, http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2011/05/2... (page consultée le 4 octobre 2014)

(9) GEFFRARD, Robenson, «Deux ans après Martelly fait son bilan et la fête », Le Nouvelliste, 14 mai 2013, http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/116... (page consultée le 4 octobre 2014)

(10) Agence France-Presse, «Haïti : nouvelle manifestation contre le président Martelly», 14 octobre 2012, http://www.lapresse.ca/international/amerique-lati... (page consultée le 4 octobre 2014)

(11) Loc. cit.

(12) Agence France-Presse, «Haïti : des élections le 26 octobre», La Presse, 18 mars 2014, http://www.lapresse.ca/international/amerique-lati... (page consultée le 5 octobre)

(13) BBC, «Haiti legislative poll announced amid protest», BBC, 11 juin 2014, http://www.bbc.com/news/world-latin-america-27792491, (page consultée le 5 octobre 2014)

Dernière modification: 2014-10-13 07:32:11

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016