Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

30 septembre 2014

Élection au Malawi : la fin du règne tumultueux de Joyce Banda


Jean-Philippe Doyon
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
1994
Élection de Bakili Muluzi à la présidence du Malawi

juillet
1964
Proclamation d'indépendance du Malawi

Un événement d'une grande importance a finalement trouvé une conclusion au Malawi. À la suite de l'élection du 20 mai 2014 et de la contestation des résultats, ceux-ci sont finalement confirmés le 31 mai. Joyce Banda, la première présidente du Malawi et la deuxième présidente d'un pays africain, a été défaite par Peter Mutharika du Democratic Progressive Party (DPP). Cette défaite représente pour le Malawi à la fois un changement de garde, mais aussi un retour en arrière.

Défaite cuisante de Joyce Banda

L'élection du 20 mai 2014 au Malawi a eu son lot de rebondissements. Après de nombreuses irrégularités dans le début du décompte des votes, la présidente Banda avait demandé son annulation(1). Cette demande a d'ailleurs été très mal reçue par ses adversaires, la population et les observateurs internationaux selon l'envoyé de l'Agence France Presse à cette élection (2).

Après une vérification par les bureaux de vote, les résultats de l'élection étaient clairs. La candidate Joyce Banda a été battue par l'ancien ministre des Affaires étrangères, Peter Mutharika. Celui-ci a obtenu 36,4 % des votes, contre seulement 20,2 % pour Joyce Banda. Ce 20,2 % place Joyce Banda au troisième rang derrière le candidat du Malawi Congress Party, Lazarus Chekwera, qui a obtenu 27,8 %.

Cette défaite de Joyce Banda représente un dur coup pour l'ex-présidente qui cherchait à obtenir une légitimité à son pouvoir qui fut fortement critiqué à son arrivée. Vice-présidente de l'ancien président et frère de Peter Mutharika, Bingu wa Mutharika, Joyce Banda est devenue présidente après la mort subite de celui-ci. Selon la Constitution du Malawi, la mort du président en service donne la présidence au vice-président(3). Joyce Banda avait quitté le parti DPP de Mutharika pour former le sien à l'époque. Malgré le caractère inhabituel de sa nomination, elle est devenue présidente du Malawi jusqu'à la dernière élection.

L'élection de Peter Mutharika, frère de l'ancien président Bingu wa Mutharika, signifie le retour de la famille Mutharika au pouvoir. Celui-ci avait d'ailleurs participé auparavant à la vie politique du parti de son frère en tant que ministre des Affaires étrangères. Il a également été pressenti pour le poste de son frère après sa mort (4). Par contre, des accusations d'avoir tenté un coup d'État planent autour de lui, ce qui n'a pas été prouvé (5). Mutharika devra travailler avec l'héritage de Joyce Banda.

De bons et mauvais coups

Autant en relations internationales qu'en politique intérieure, Joyce Banda a laissé sa marque sur le pays. Le Malawi est reconnu comme étant un des pays les plus pauvres au monde : 40 % de son budget provient de l'aide internationale (6). Avant l'arrivée de Banda, le président Bingu wa Mutharika avait grandement endommagé les relations extérieures du Malawi (7). Un des défis de Banda était donc de rétablir les relations avec plusieurs pays qui apportaient leur aide au Malawi. Elle a en partie réussi avec le Fonds monétaire international (FMI) (8). L'administration de Banda a aussi laissé sa marque en refusant d'être l'État hôte du sommet de l'Union africaine à cause de la présence du président du Soudan et des accusations portées contre lui devant la Cour de justice internationale (9). En 2014, elle a aussi été déclarée par le magazine Forbes la femme la plus puissante d'Afrique (10), lui donnant un statut de symbole.

En politique intérieure, Joyce Banda a fait « la réforme d'une économie uniquement basée sur l'agriculture (11)». Elle a aussi dépénalisé l'homosexualité et fait la lutte contre la tuberculose et le sida(12). Face à une situation économique précaire et avec les conseils du FMI, Banda a dû dévaluer la monnaie du pays, le Kwacha malawite. Cette action a eu des répercussions négatives sur l'économie en créant une vague d'achat exagéré des aliments de base (13). Dans le but d'aider l'économie du Malawi très endetté, Joyce Banda a pris l'initiative de vendre son jet privé ainsi qu'une collection de voitures. Les traces de cette vente ayant disparu, le gouvernement de Banda a été accusé de corruption. On appellera ce scandale le « Cashgate » (14).

Corruption et mauvaise gestion

Les analystes ont déterminé 4 raisons pour expliquer cette défaite de Joyce Banda. La première est celle des allégations de corruption du « Cashgate ». Dans un pays pauvre comme le Malawi, les accusations de « pertes de 13 milliards en Kwasha malawien (32,5 millions) en moins de 6 mois (15) » de la part du gouvernement de Banda ont grandement affecté l'électorat. Malgré les campagnes pour s'attaquer à ces accusations, l'ensemble des autres candidats ont utilisé cet argument contre Joyce Banda (16).

Une autre raison pour la défaite serait ses attaques contre l'ancien gouvernement de Mutharika. Albert Jajja, un expert en communication internationale, écrivait qu'en « Afrique, on respecte les morts, on ne parle pas en mal d'eux (17) ». Or, à la suite de sa nomination comme présidente, Joyce Banda aurait souvent attaqué l'héritage de son prédécesseur, ce qui était mal vu politiquement.

Une autre raison serait la dévaluation du Kwasha malawite. Les mesures d'austérité qui ont suivi la dévaluation pour aider l'économie ont reçu un accueil favorable, mais elles étaient mal perçues « dans le pays pour avoir rendu la vie difficile pour les urbains du Malawi (18) ».

La dernière raison qui aurait mené à la défaite de Joyce Banda est la famine qui a touché le Malawi. Selon Frank Jomo, « Banda a hérité d'un gouvernement qui pouvait s'occuper de la sécurité alimentaire, mais après juste un an au pouvoir, un sérieux manque alimentaire est arrivé (19) ». Pendant que la population avait de la difficulté à se nourrir, les rassemblements politiques de Banda n'avaient pas de problèmes à s'approvisionner (20). Ce facteur, conjugué aux autres, a joué un rôle significatif dans la défaite de l'ex-présidente.




Références:

(1) «Malawi president says "serious irregularities" in election», AFP, Reuters, 22 mai 2014, http://www.timeslive.co.za/africa/2014/05/22/malaw... (29 septembre 2014)

(2) « Malawi : la présidente annule les élections, le dépouillement continue», Jeune Afrique, 25 mai 2014, http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20140525094454/, (29 septembre 2014)

(3) «MALAWI: Joyce Banda, dame de fer du Malawi, à l'épreuve des urnes», TV5Monde, 25 mai 2014, http://www.nrgui.com/video/93-opinions/ce-que-femm... (29 septembre 2014)

(4) «Malawi's Peter Mutharika offers Joyce Banda olive branch», BBC News, 2 juin 2014, http://www.bbc.com/news/world-africa-27669753, (29 septembre 2014)

(5) Ibid.

(6) Ibid.

(7) RIMONDI, Laurène «Joyce Banda, une lionne blessée», Le Point Afrique, 30 mai 2014, http://afrique.lepoint.fr/actualites/joyce-banda-u... (29 septembre 2014)

(8) MALAWI: Joyce Banda, dame de fer du Malawi. op. cit.

(9) «Sudan's Omar al-Bashir not welcome for Malawi's Banda», BBC News, 4 mai 2012, http://www.bbc.com/news/world-africa-17963368, (29 septembre 2014)

(10) RIMONDI, Laurène, op. cit.

(11) Ibid.

(12) Ibid.

(13) «Malawi devalues kwacha by 33%, leading to panic-buying», BBC News, 7 mai 2012, http://www.bbc.com/news/world-africa-17982062, (29 septembre 2014)

(14) AGUTAMBA, Kenneth, « Rwanda: Why Joyce Banda Lost Malawi's Presidency» allAfrica.com, 8 juin 2014, http://allafrica.com/stories/201406090912.html, (29 septembre 2014)

(15) JOMO, Frank, «Malawi Elections - Banda Defeated By Corruption and Hunger», 2 juin 2014, http://allafrica.com/stories/201406030680.html, (29 septembre 2014)

(16) GIBSON, Hannah, «Malawi: Elections 2014 - a Family Affair», 6 juin 2014, http://allafrica.com/stories/201406061425.html, (29 septembre 2014)

(17) AGUTAMBA, Kenneth, op. cit.

(18) Ibid.

(19) JOMO, Frank, op. cit.

(20) Ibid.

Dernière modification: 2014-10-05 15:35:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La résilience malawite mise à rude épreuve par Dame Nature
>septembre 2016


Élection au Malawi : la fin du règne tumultueux de Joyce Banda
>septembre 2014


Joyce Banda : la femme la plus influente d'Afrique selon Forbes
>janvier 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016