Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

15 February 2015

G-77+Chine veulent résoudre le problème de pauvreté mondiale


Rouba El-Abdallah
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

December
2005
Élection d'Evo Morales à la présidence de la Bolivie

October
1982
Accession de Hernan Siles Zuazo à la présidence de la Bolivie

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

July
1978
Renversement du gouvernement de Hugo Banzer en Bolivie

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

August
1971
Coup d'État contre le président Jose Torres en Bolivie

May
1969
Création du Pacte andin

April
1969
Décès du président bolivien René Barrientos Ortuño

October
1967
Exécution d'Ernesto «Che» Guevara

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

April
1952
Accession de Victor Paz Estenssoro à la présidence de la Bolivie

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

July
1946
Renversement du président bolivien Gualberto Villarroel

C'est entre le 13 et le 15 juin 2014 que s'est déroulé le sommet extraordinaire du groupe des 77 et de la Chine(1). Ce sommet était extraordinaire puisqu'il prenait place pour commémorer le cinquantième anniversaire du groupe des 77. Ce sommet s'est déroulé à Santa Cruz en Bolivie. C'est le président bolivien, Evo Morales, qui a présidé le sommet ayant pour thème : «Vers un nouvel ordre mondial pour bien vivre»(2).

Un regroupement nouveau genre

La création du groupe des 77, aussi appelé le G-77, remonte au 15 juin 1964(3). Pendant la première session de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) à Genève, 77 pays en développement se sont réunis pour signer la «Déclaration commune des 77 pays». En se réunissant, ces États deviennent la plus grande organisation de pays en développement des Nations unies. Plusieurs objectifs sont poursuivis avec ce regroupement d'États. Ceux-ci veulent d'abord promouvoir leurs intérêts économiques. Ils désirent aussi augmenter leur poids lors des négociations aux Nations unies. Finalement, ils promeuvent la coopération Sud-Sud pour aider au développement.

Le G-77 était originalement composé de 77 États en développement, tels que l'Argentine, l'Algérie, la République démocratique du Congo, l'Éthiopie, le Liban, la Thailande, etc. Depuis, une soixantaine de pays se sont ajoutés, dont la Chine tout récemment. Tandis que neuf des pays fondateurs se sont retirés. On compte présentement un total de 134 membres au G-77 qui représente environ 77% de la population mondiale(4). Le nom du groupe a été conservé malgré l'augmentation du nombre de membres pour des raisons historiques.

Le G-77 tient sa première conférence du 10 au 25 octobre 1967 à Alger, en Algérie(5). Elle se conclut par la signature de la Charte d'Alger qui dessine la structure organisationnelle du groupe. La Charte établit aussi des liens entre le G-77 et d'autres groupes des Nations unies tels que l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), la CNUCED et le Groupe des 24 (G-24).

Le groupe fonctionne sous la direction d'un président qui est sélectionné parmi les pays membres. Pour l'année 2015, c'est l'Afrique du Sud qui préside le G-77. C'est le Sommet du Sud qui est le corps décisionnel suprême du groupe. Et il y a une rencontre annuelle des ministres des Affaires étrangères de chaque État membre.

Objectif principal : renverser l'ordre du monde actuel

En juin 2014, le G-77 fête ses cinquante ans de création. L'évènement se déroule sur trois jours, du 13 au 15 juin. Le thème est «Vers un nouvel ordre mondial pour bien vivre»(6). Ce thème a été choisi par le président bolivien Morales. Il explique que le G-77 devrait se doter de ses propres institutions(7). Elles serviront, entre autres, à décoloniser ses membres, à promouvoir la coopération Sud-Sud et, principalement, à éradiquer la pauvreté, non seulement dans ses États membres, mais partout sur le globe d'ici 2030.

Le G-77 explique en fait que l'ordre mondial actuel mis en place par les Européens et les Américains ne fonctionne pas parce qu'il ne bénéficie qu'aux gens riches. Il propose plutôt un nouvel ordre mondial qui serait plus juste.

De ce sommet extraordinaire, le G-77 produit une seule déclaration d'une quarantaine de pages(8). Cette déclaration résume les positions du groupe sur les questions de développement durable, de démocratie, de souveraineté nationale, d'économie nationale et de pauvreté.

La réaction médiatique face au G-77 et sa déclaration a été diversifiée(9). Les médias occidentaux ont accordé très peu de temps à la nouvelle, si ce n'est que pour mentionner les commentaires du président uruguayen, José Mujica, qui dénonce la société occidentale comme une société de gaspillage. Certains analystes pensent que c'est pour cacher l'idée du nouvel ordre mondial aux populations occidentales(10). Ce sont plutôt les médias des États membres qui ont suivi et couvert le sommet. La majorité salue et supporte les objectifs du G-77.

Morales : ami de la Chine, critique des États-Unis

Ce leadership de Morales reflète l'engagement de son pays sur la scène internationale. C'est officiellement en 1985 que la Bolivie et la Chine établissent des liens diplomatiques. Depuis, leur relation ne fait que s'améliorer(11). Il y a des échanges économiques, culturels, militaires et éducatifs entre les deux États. On calcule que les échanges commerciaux entre les deux ont augmenté de plus de 20 milliards de dollars. En 2010, les relations sont tellement bonnes entre la Bolivie et la Chine qu'elles organisent des célébrations pour leur vingt-cinquième année de partenariat diplomatique(12).

Cela fait contraste avec les relations entre la Bolivie et les États-Unis. Ces dernières sont tumultueuses. Depuis que Morales a été élu en 2006, les relations avec les Américains se sont détériorées. Tout d'abord, la plateforme électorale de Morales consistait, entre autres, à nationaliser beaucoup d'entreprises et à légaliser l'utilisation du coca comme médecine traditionnelle. Cette dernière annonce a valu à la Bolivie une place sur la liste noire contre la lutte aux stupéfiants des Américains(13).

Par la suite, Morales s'est permis plusieurs critiques à l'endroit du gouvernement américain. Il l'accuse principalement de soutenir plusieurs groupes terroristes. En 2008, Morales décide d'expulser l'ambassadeur américain en Bolivie, Philip Goldberg, le qualifiant de person non grata et de comploteur contre son gouvernement(14).

Finalement, en juin 2013, Morales s'est vu refuser l'accès aux espaces aériens de la France, de l'Espagne, du Portugal et de l'Italie parce qu'il était soupçonné de transporter dans son avion Edward Snowden, un Américain hautement recherché par les États-Unis(15). Morales accuse les États-Unis d'avoir mis de la pression sur les Européens pour qu'ils ferment leur espace aérien et les menace de fermer l'ambassade américaine. Bref, les relations entre les deux sont délicates.




Références:

(1) KHOR, Martin. «G77 Summit celebrates the Group's 50th anniversary», América Latina en Movimiento, 16 juin 2014, [En ligne] http://alainet.org/active/74610&lang=es (page consultée le 12 février 2015).

(2) SOMMET DES CHEFS D'ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DU GROUPE DES 77. «Vers un nouvel ordre mondial pour bien vivre», Santa Cruz de la Sierra (État plurinational de Bolivie), 14 et 15 juin 2014, [En ligne] http://www.g77.org/doc/A-68-948(F).pdf (page consultée le 12 février 2015).

(3) THE GROUP OF THE 77. «About the Group of 77», [En ligne] http://www.g77.org/doc/#structure (page consultée le 12 février 2015).

(4) COURRIER INTERNATIONAL. «G77+Chine : le "nouvel ordre mondial" passe inaperçu», 18 juin 2014, [En ligne] http://www.courrierinternational.com/article/2014/... (page consultée le 12 février 2015).

(5) THE GROUP OF THE 77, Op. Cit.

(6) SOMMET DES CHEFS D'ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DU GROUPE DES 77, Op. Cit.

(7) UN NEWS CENTER. «UN urges G77+China to unite on combating poverty, climate change», 15 juin 2014, [En ligne] http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48053... (page consultée le 12 février 2015).

(8) SOMMET DES CHEFS D'ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DU GROUPE DES 77, Op. Cit.

(9) COURRIER INTERNATIONAL, Op. Cit.

(10) WATCHLER, Mark. «133 G77 Nations vow to destroy America's New World Order», Whiteout Press, 17 juin 2014, [En ligne] http://www.whiteoutpress.com/articles/2014/q2/133-... (page consultée le 12 février 2015).

(11) QING, Shen. «China, Bolivia promote friendly relations», Xinhuanet, 19 décembre 2013, [En ligne] http://news.xinhuanet.com/english/china/2013-12/19... (page consultée le 12 février 2015).

(12) XINHUA ENGLISH. «China, Bolivia celebrate 25th anniversary of diplomatic ties», 9 juillet 2010, [En ligne] http://english.sina.com/china/2010/0709/328544.html (page consultée le 12 février 2015).

(13) BBC NEWS. «Bolivia halts US anti-drugs work», 1er novembre 2008, [En ligne] http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/7704528.stm (page consultée le 12 février 2015).

(14) THE ECONOMIST. «Non grata», 6 novembre 2008, [En ligne] http://www.economist.com/node/12564058 (page consultée le 12 février 2015).

(15) PAPIRBLAT, Shlomo. «Bolivian president threatens to close U.S. embassy after Snowden plane row» Haaretz, 5 juillet 2013, [En ligne] http://www.haaretz.com/news/world/1.534004 (page consultée le 12 février 2015).

Dernière modification: 2015-02-17 20:11:40

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016