20 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

10 février 2015

Tadjikistan : nouveau test pour une démocratie de porcelaine


Amina Muminovic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
1997
Entente mettant un terme à la guerre civile au Tadjikistan

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants

Le Tadjikistan se prépare pour les troisièmes élections législatives depuis 1997. À l'approche du 1er mars, de nombreux enjeux attendent cet État qui représente le « noeud stratégique où se jouent les rivalités entre Russie, États-Unis, Chine et États d'Asie centrale (1)».

Ébranlé par la guerre civile de 1992 à 1997, qui a suivi l'obtention de l'indépendance, le Tadjikistan est encore aujourd'hui un pays fragile, dirigé néanmoins d'une main de fer par le président Emomali Rahmon(2). Celui qui a été réélu sans équivoque en 2013 attend les résultats des prochaines législatives, tout comme les observateurs de la communauté internationale.

Un seul parti pour les gouverner tous

Le Tadjikistan est une république parlementaire bicamérale où 63 représentants sont élus au suffrage universel direct dans la Chambre basse(3). Lors les élections législatives de 2005 et de 2010, le Parti démocratique populaire (PDP), actuellement au pouvoir, a creusé l'écart et a accentué sa domination sur les autres partis.

Ce parti politique, le plus important du pays, est mené par le président Emomali Rahmon qui s'impose comme une figure de proue, éclipsant l'influence du premier ministre Kokhir Rasulzoda(4). Ayant comme idéologie centrale l'étatisme, le PDP prône le contrôle accru de l'État et des interventions systématiques dans plusieurs domaines de la sphère politique comme l'économie, la culture ou les programmes sociaux. Il met aussi de l'avant le sécularisme : la neutralité de l'État face à la religion(5).

Le parti de l'opposition officielle, le Parti de la Renaissance islamique dirigé par Muhiddin Kabiri, ne partage pas l'idée de laïcité de l'État(6). Au contraire, ce parti se base sur le fait que l'islamisme devrait guider les actions politiques ; il est d'ailleurs le seul parti islamiste autorisé en Asie centrale(7).

En ce qui a trait aux autres partis, il y a le Parti démocratique de Saidjafar Ismonov, avec une vision pro-occidentale qui véhicule des idées comme la laïcité et le nationalisme(8). Puis, populaire à l'époque du contrôle soviétique, le Parti communiste a aujourd'hui perdu un nombre considérable de membres qui n'adhèrent plus autant aux idées communistes(9).

À l'approche des élections, tous ces partis auront comme objectif de séduire l'électorat afin de faire « sortir le vote ». Cependant, il faut prendre en considération les importants enjeux de ce pays fragilisé par la guerre civile qui est toujours sous tutelle internationale(10). Véritable plaque tournante du trafic de drogue, la Tadjikistan est aux prises avec des problèmes de sécurité inquiétants(11), d'autant plus que les affrontements internes entre groupes criminels surviennent sporadiquement.

Du côté économique, le Tadjikistan représente un des pays les plus pauvres de la Communauté des États indépendants (CEI), alors que 43% de la population vit avec moins de deux dollars par jour et que le financement dépend des pays étrangers(12). La santé et l'éducation sont d'autres priorités que les partis devront mettre à l'agenda pour remédier, entre autres, au grand taux d'analphabétisme (13).

Démocratie : les apparences trompeuses ?

La démocratie est un régime politique basé sur le principe que le peuple détient la souveraineté. Toutefois, ce n'est pas parce qu'un État se proclame démocratique sur la forme, qu'il l'est nécessairement sur le fond. Plusieurs indices peuvent témoigner de « l'état de santé » d'une démocratie.

Par exemple, l'indice de démocratie du Tadjikistan en 2010 a été établi à 2,51, ce qui classe le pays dans les régimes autoritaires(14). Cet indice, crée par le revue The Economist, prend en compte le processus électoral, le pluralisme des partis, les libertés civiles, le fonctionnement du gouvernement ainsi que la participation et la culture politique.

Un autre indice, celui des libertés civiles élaboré par Freedom House, englobant notamment les libertés d'expression, est de 5,5 pour l'année 2011, 7 signifiant l'absence de libertés(15). À ce titre, l'emprisonnement récent d'un avocat luttant pour les droits humains fait écho sur la scène internationale, l'organisation Human Rights Watch déplorant que les autorités tadjiks bâillonnent ceux qui s'aventurent sur des sujets politiques jugés trop sensibles(16).

Considérant les accusations de fraude lors des dernières élections et un taux de corruption alarmant de 23% reflétant d'importantes lacunes(17), le nouveau gouvernement aura fort à faire pour redorer l'image du régime politique tadjik. Les structures démocratiques suffiront-elles pour qualifier le pays de démocratie ou d'en voie de démocratisation ?




Références:

(1) OHAYON, Isabelle, RUFFIER, Arnaud, SINOR, Denis et THOREZ, Julien, « Tadjikistan », Encyclopaedia Universalis, [En ligne], http://www.universalis-edu.com.ezproxy.usherbrooke... consultée le 7 février 2015).

(2) Loc. cit.

(3) FRANCE DIPLOMATIE, « Présentation du Tadjikistan », Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, [En ligne], 26 avril 2014, http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/tad... (Page consultée le 7 février 2015).

(4) PIKE, John, « Tajikistan-Political Parties », Global Security, [En ligne], 5 mars 2013, http://www.globalsecurity.org/military/world/centr... (Page consultée le 7 février 2015).

(5) Loc. cit.

(6) CENTRAL INTELLIGENCE AGENCY, « Central Asia : Tajikistan », [En ligne], 20 juin 2014, https://www.cia.gov/library/publications/the-world... (Page consultée le 7 février 2015).

(7) PIKE, John. Op. cit.

(8) Loc. cit.

(9) Loc. cit.

(10) FRANCE DIPLOMATIE. Op. cit.

(11) OHAYON, Isabelle, RUFFIER, Arnaud, SINOR, Denis et THOREZ, Julien. Op.cit.

(12) FRANCE DIPLOMATIE. Op. cit.

(13) USAID, «Tajikistan», Gouvernement des États-Unis, [En ligne], 4 décembre 2014, http://www.usaid.gov/tajikistan/our-work, (Page consultée le 7 février 2015).

(14) STATISTIQUES-MONDIALES, « Indice de démocratie », [En ligne], février 2015, http://www.statistiques-mondiales.com/indice_de_de... (Page consultée le 7 février 2015).

(15) STATISTIQUES-MONDIALES, « Indice de libertés civiles », [En ligne], février 2015, http://www.statistiques-mondiales.com/indice_de_de... (Page consultée le 7 février 2015).

(16) HUMAN RIGHTS WATCH, « Tajikistan : Human Rights Lawyer Imprisoned », [En ligne], 14 janvier 2015, http://www.hrw.org/news/2015/01/14/tajikistan-huma... (Page consultée le 7 février 2015).

(17) AGENCE FRANCE PRESSE, « Tadjikistan : le président Rakhmon réélu avec 80% des voix, l'OSCE critique », Le Nouvel Observateur, [En ligne], 7 novembre 2013, http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20131107.AFP1... (Page consultée le 7 février 2015).

TRANSPARENCY INTERNATIONAL, «Corruption by country», [En ligne], http://www.transparency.org/country#TJK, (Page consultée le 7 février 2015)

Dernière modification: 2015-03-02 14:53:21

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Tadjikistan : le pays le plus pauvre de l'ex-URSS
>janvier 2019


Tadjikistan : nouveau test pour une démocratie de porcelaine
>février 2015


Un séisme fait près de 10 000 sans-abri au Tadjikistan
>janvier 2010


Emomali Rakhmonov réélu pour un troisième mandat à la tête du Tadjikistan
>novembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019