Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 septembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

3 February 2015

La place de l'or bleu dans le conflit israélo-palestinien


Jordan Lavigne-Pelletier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

March
2015
Élections législatives en Israël

August
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

January
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

January
2013
Élections législatives en Israël

November
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

January
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

July
2006
Début d'un conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban

January
2003
Tenue d'élections législatives en Israël

February
2001
Élection en Israël d'un gouvernement dirigé par Ariel Sharon

September
2000
Début d'un deuxième soulèvement (intifada) en Palestine

October
1998
Signature des accords de Wye Plantation entre Israël et l'Autorité nationale palestinienne

November
1995
Assassinat du premier ministre israélien Yitzhak Rabin

September
1993
Signature d'un accord de paix israélo-palestinien à Washington

March
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

December
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

September
1984
Formation en Israël d'un gouvernement d'union nationale dirigé par Shimon Peres

June
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

September
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

November
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

Le mercredi 28 janvier 2015, deux soldats israéliens furent tués dans une attaque menée par le Hezbollah, tout près de la frontière libanaise (1). Cette attaque a de nouveau braqué les projecteurs du monde entier sur ce conflit qui perdure et qui embrase la région depuis plus d'un demi-siècle. Alors que les médias mettent l'accent sur ces épisodes de violence, les causes et les enjeux du conflit sont bien souvent relégués au second plan. Si les grandes lignes historiques du dossier sont connues, certains enjeux majeurs échappent trop souvent à l'attention. C'est le cas notamment du partage et de l'accès à l'eau potable de la région.

Une ressource convoitée

La région géographique partagée par les Palestiniens, Israël ainsi que les pays limitrophes est dotée d'un potentiel hydraulique plutôt faible (2). Plusieurs États aux frontières constamment contestées et une ressource limitée : voilà une situation propice à la polémique et aux conflits !

Dès le début de l'histoire de l'État hébreu, l'eau potable est au c?ur des préoccupations sionistes (3). Conscients de cette particularité, des sionistes tels que Chaïm Weizmann tentent d'influencer les autorités britanniques afin d'élargir les frontières de ce qui deviendra plus tard Israël (4).

Au début des années 50, les premiers conflits d'envergure en lien avec l'accès à l'eau sont déclenchés dans la région entre Israël et ses pays voisins (5). Israël veut assurer son approvisionnement en eau à tout prix. Aménagements de lacs sans consulter les gouvernements des pays affectés, début de la construction d'un grand canal visant à détourner les eaux du lac Tibériade : rien ne semble trop gros pour l'État hébreu. En 1965, la Syrie, le Liban et la Jordanie tentent de répliquer en entreprenant leurs propres projets de détournement du lac. La réponse israélienne est immédiate, son armée, Tsahal, frappe les installations de ces adversaires arabes et exprime une fois de plus sa supériorité (6).

En 1967, Tsahal finit le travail durant la guerre des Six-Jours en détruisant le dernier barrage arabe en Syrie. La prise du plateau du Golan par les Israéliens vient changer la donne puisque le pays se positionne désormais en amont et non plus en aval, le Golan étant considéré comme un véritable « château d'eau » (7). Il y a donc bel et bien un lien entre le fait que le Golan et la Cisjordanie sont deux régions très contestées et celui qu'elles sont cruciales pour l'approvisionnement en eau douce dans la région.

Redéfinir la notion de partage

Après 1967, Israël se retrouve dans une situation relativement avantageuse par rapport à ses voisins. Cependant, elle doit régler la question palestinienne à l'interne. Les accords internationaux d'Oslo I (1993) et Oslo II (1995) prévoient qu'Israël doit fournir l'accès à l'eau aux populations palestiniennes (8). Selon Gidon Bromberg, directeur israélien de Friends of the Earth Middle East, si ce principe est en théorie respecté, dans la pratique, le bilan est mitigé. Le partage qui devait avoir lieu est loin d'être équitable et encore plus loin de subvenir aux besoins primaires des Palestiniens. En 2005, la consommation moyenne d'un colon israélien en Cisjordanie était de 800 litres/jour et celle d'un palestinien sur le même territoire se situait entre 70 et 90 litres/jour (9). Les territoires palestiniens sont très souvent victimes de coupures, et ce, dans des périodes critiques.

De plus, si l'aspect quantitatif de ce partage est sans équivoque, il faut aussi comparer la qualité de l'eau disponible pour les deux peuples. Les stations d'épuration palestiniennes sont plutôt rares et obsolètes, ce qui favorise le gaspillage de cette ressource déjà si peu abondante (10). De l'autre côté, Israël dispose d'un système des eaux usées ultra-performant qui lui permet d'alimenter son secteur agricole. La situation à Gaza est quant à elle catastrophique : on y a tellement foré de puits que, plus souvent qu'autrement, c'est de l'eau salée provenant de la mer voisine qui sort du robinet (11).

Il est donc manifeste que le dossier entourant l'accès à l'eau potable dans la région est un enjeu prépondérant. Cela est encore plus vrai dans le contexte du conflit israélo-palestinien, dans lequel son rôle demeure on ne peut plus d'actualité.




Références:

1. RADIO-CANADA, « Le Hezbollah et Israël à couteaux tirés », 28 janvier 2015, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 2 janvier 2015).

2. LE HAY, Mélodie, « La question de l'eau dans les relations israélo-palestiniennes : un conflit insoluble ? », LES CLÉS DU MOYEN-ORIENT, 22 novembre 2013, http://www.lesclesdumoyenorient.com/La-question-de... (page consultée le 2 janvier 2015).

3. AMIOT, Hervé, « Eau et conflits dans le bassin du Jourdain », LES CLÉS DU MOYEN-ORIENT, 12 décembre 2013, http://www.lesclesdumoyenorient.com/Eau-et-conflit... (page consultée le 2 janvier 2015).

4. PITOT, Alexandre, « La Gestion de l'eau entre Israël et les Territoires Palestiniens Opportunités et Limites pour la Coopération», IRIS FRANCE, juillet 2009, http://www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/2009... (page consultée le 2 janvier 2015).

5. AMIOT, Hervé, op.cit.

6. Ibid.

7. GENOUX, Flora, «Israël-Palestine : le rapport français explosif sur la question de l'eau », LE MONDE, 20 janvier 2012, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/0... (page consultée le 2 janvier 2015).

8. PITOT, Alexandre, op.cit.

9. GENOUX, Flora, op.cit.

10. Ibid.

11. Ibid.

Dernière modification: 2015-02-09 07:52:59

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016