17 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

20 janvier 2015

Coup dur pour la CPI : les accusations contre le président kenyan retirées


Yoan Lebel Gaudreault
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
2008
Signature d'un accord de paix au Kenya

décembre
2002
Élection de Mwai Kibaki à la présidence du Kenya

juillet
1985
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Nairobi

août
1978
Décès du président kényan Jomo Kenyatta

octobre
1969
Interdiction du Kenya People's Union par le président Jomo Kenyatta

décembre
1963
Proclamation de l'indépendance du Kenya

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

octobre
1952
Proclamation de l'état d'urgence au Kenya à la suite de la révolte des Mau-Mau

La Cour pénale internationale (CPI) a retiré les accusations qui pesaient contre le président kenyan Uhuru Kenyatta. C'est du moins ce que la procureure en chef Fatou Bensouda a annoncé le 5 décembre 2014 (1). L'actuel chef d'État du Kenya faisait face à des accusations de crime contre l'humanité à la suite de son rôle présumé dans les violences qui ont suivi les élections législatives kenyanes de 2007(2). Le Kenya avait alors connu la crise politique la plus violente de son histoire (3), et ce, jusqu'à ce que le gouvernement et l'opposition officielle en viennent à un accord de paix en 2008.

Preuves insuffisantes

Fils du premier président kenyan et issu de la tribu des Kikuyus, Kenyatta est aujourd'hui à la tête d'un influent empire financier représentant près d'un demi-milliard de dollars(4). Il a été accusé d'avoir fait usage de son influence pour financer une milice armée afin qu'elle venge la tribu des Kikuyus; principale cible des actes perpétrés par l'opposition désapprouvant l'issue du vote de 2007(5). Le conflit aurait ainsi causé la mort de plus de 1000 personnes en plus d'en chasser des centaines de milliers de leurs foyers (6).

La décision de la CPI survient après que les juges aient fortement recommandé à la procureure en chef qu'elle retire les accusations portées à l'endroit du président kenyan, faute de preuves suffisantes. Cette dernière remet toutefois la faute sur le gouvernement kenyan, l'accusant d'avoir intimidé et soudoyé certains témoins dans cette affaire (7). Lors de son intervention à la CPI, Mme Bensouda a ainsi fait référence aux témoins qui ont disparu et aux quatre autres qui se sont rétractés (8).

De plus, elle a dénoncé la non-coopération du gouvernement kenyan. Ce dernier, à la demande de la procureure, devait fournir à la CPI les données téléphoniques et bancaires de Kenyatta pour la période précédant et suivant les évènements de 2007-2008, ce qui n'a jamais été fait (9).

Le gouvernement kenyan jubile ! Pour combien de temps encore ?

Pour Fergal Gaynor, procureur représentant les victimes du conflit, il s'agit là d'une « décision frustrante tant pour les victimes que pour la CPI (10)». Selon lui, elle démontre l'incapacité de la CPI à pouvoir traiter en justice un homme d'État encore en fonction (11). Maina Kwai, représentante de Human Rights Watch au Kenya, a tenu des propos similaires, ajoutant que la CPI a été défaite par un gouvernement kenyan « qui n'a fait que prétendre qu'il coopérait tout au long de l'affaire [...] tout en oeuvrant en coulisse pour nuire au processus (12)».

Néanmoins, au Kenya, la décision fut accueillie favorablement, tant par l'ensemble des représentants du gouvernement que par le chef de l'opposition officielle, Raila Odinga, qui a qualifié cette décision de « victoire pour le Kenya tout entier (13)». Il faut savoir que lors de la dernière élection présidentielle, Kenyatta avait tourné les accusations à son avantage en qualifiant la CPI de « tribunal néocolonialiste (14)». Comme le constate Musambayi Katumanga, professeur de science politique de l'université de Nairobi, cette stratégie lui avait été favorable puisqu'il récolta 50,07% des voix dès le premier tour en 2013 (15). Les réactions favorables des Kenyans suivant le retrait des accusations s'expliqueraient, selon lui, par la méfiance d'une bonne partie de la population envers l'Occident colonialiste auquel est associé la CPI(16).

Bien que les accusations aient été retirées, le président kenyan n'a toutefois pas encore été acquitté. En effet, Mme Bensouda a souligné cet aspect tout en ajoutant qu'elle pouvait revenir avec d'autres accusations à l'endroit de Kenyatta advenant l'ajout de preuves (17). Notons également que le procès pour crime contre l'humanité de l'actuel vice-président kenyan, William Ruto, n'est pas terminé et qu'ainsi, d'autres témoins sont attendus (18). 




Références:

(1) MAUPAS, Stéphanie. « Victoire pour le Kenya à la cour pénale internationale », Le Monde, La Haye, 9 décembre 2014, [En ligne], http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/12/09/vic... (page consultée le 10 décembre 2015).

(2) Ibid.

(3) AGENCE FRANCE PRESSE. « La CPI retire ses accusations contre Uhuru Kenyatta », Le Devoir, 6 décembre 2014, http://www.ledevoir.com/international/actualites-i... (apge consulté le 10 janvier 2015).

(4) HERVIEU, Sébastien. « Le nouveau président du Kenya promet de réconcilier un pays divisé : L'élection d'Uhuru Kenyatta a été confirmée par la Cour suprême et accueillie dans le calme », Le Monde, 2 avril 2013, p. 5.

(5) SIMONS, Marlise et Jeffrey GETTLEMAN. « Uhuru Kenyatta Faced Allegations of crimes Against Humanity », New York Times, 5 décembre 2014, [En ligne], http://www.nytimes.com/2014/12/06/world/africa/uhu... (page consultée le 10 décembre 2015).

(6) Ibid.

(7) BOWCOTT, Owen. « ICC drops murder and rape charges against Kenyan president », The Guardian, 6 décembre 2014, [En ligne], http://www.theguardian.com/world/2014/dec/05/crime... (page consultée le 10 décembre 2015).

(8) Ibid.

(9) OLICK, Felix et Olivier MATHENGE. « Kenya : Uhuru not yet free ? Bensouda », The Star, 11 décembre 2014, [En ligne], http://allafrica.com/stories/201412110227.html, (page consultée le 10 janvier 2015).

(10) SIMONS, Marlise et Jeffrey GETTLEMAN., op. cit.

(11) OLUOCH, Fred. « ICC focus shifts as it drops rape, murder charges against Uhuru », The east African, Kenya, 6 décembre 2014, [En ligne], http://www.theeastafrican.co.ke/news/As-Uhuru-Keny... (page consultée le 10 janvier 2014).

(12) SIMONS, Marlise et Jeffrey GETTLEMAN., op. cit.

(13) MAUPAS, Stéphanie., op. cit.

(14) AGENCE FRANCE PRESSE., op. cit.

(15) HERVIEU, Sébastien., op. cit.

(16) MAUPAS, Stéphanie., op. cit.

(17) OLICK, Felix et Olivier MATHENGE., op. cit.

(18) Ibid.

Dernière modification: 2015-01-26 14:18:54

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Incertitude, violence et crise politique après l'élection kényane du 26 octobre 2017
>novembre 2017


Pouvoir centralisé et élection invalidée au Kenya
>septembre 2017


La CPI retire ses accusations envers le vice-président kenyan
>septembre 2016


Kenya : la «meilleure moins pire» économie
>janvier 2015


Coup dur pour la CPI : les accusations contre le président kenyan retirées
>janvier 2015


Région des Grands Lacs : un sommet pour la paix ?
>octobre 2013


Élections historiques au Kenya
>septembre 2013


La population du Kenya donne son appui à la nouvelle Constitution
>septembre 2010


Le voyage africain d'Hillary Clinton
>septembre 2009


Le Kenya retrouve son calme
>mars 2008


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016