Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

9 juin 2017

Vers la fin du leadership mondial américain ?


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Un large consensus politique s'était développé après la Deuxième Guerre mondiale sur le rôle des États-Unis entre dirigeants démocrates et républicains sur les responsabilités internationales des États-Unis comme garant de la paix mondiale. Pour ce faire, les différentes administrations qui se sont succédé depuis 1945 ont oeuvré à forger des alliances et à développer des partenariats avec le reste du monde.

C'est ainsi que des alliances militaires comme l'OTAN ont vu le jour. Ce consensus a été aussi à l'origine des grandes institutions internationales comme l'ONU, la Banque mondiale et le FMI. Finalement, la diplomatie américaine, considérant que l'interdépendance économique était la meilleure garantie de paix, a travaillé sans relâche au développement d'un libre-échange mondial. Un nouvel ordre mondial a ainsi vu le jour.

Tout au long de la campagne présidentielle américaine, Donald Trump a réitéré sa volonté comme futur président de libérer les États-Unis de leurs engagements internationaux et de mettre fin à l'ordre mondial de l'après-guerre, dont les États-Unis ont été le principal promoteur.

Critique de l'OTAN et du système d'alliances que les États-Unis ont établi partout dans le monde, Trump a refusé lors du sommet de l'OTAN de mai dernier de s'engager à intervenir en Europe, comme le traité l'exige, si un pays de l'alliance était attaqué. Plus encore, il a vertement sermonné les pays de l'Alliance.

Devenu président, Trump a affirmé vigoureusement son opposition à la politique libre-échangiste qui a été mise en place avec les accords de Bretton Woods de 1944. Concernant l'ALENA, il a demandé une refonte complète de l'accord. Quant au Partenariat transpacifique, conclu entre 12 pays du Pacifique pour contrer l'influence économique croissance de la Chine, Trump a tout simplement déchiré l'accord par un ordre exécutif.

Fidèle à lui-même, Trump n'a pas hésité la semaine dernière à annoncer le retrait américain de l'Accord de Paris sur les changements climatiques, qualifiant même l'accord comme un complot mondial pour voler aux États-Unis leur richesse. Si une majorité des Américains, y compris les 500 plus grandes entreprises américaines, et toute la communauté internationale ont dénoncé cette décision comme étant insensée, Trump qualifia son défi au monde comme une grande victoire politique pour les États-Unis.

Sous la gouvernance de Trump, les États-Unis entreraient dans une ère de désengagement. Considérant à tort que les États-Unis font rire d'eux partout dans le monde avec leur politique d'engagement, Trump préconise un retour à un nationalisme isolationniste radical que l'on n'avait pas vu depuis les années 1930.

Les décisions de Trump en politique étrangère reposent à la fois sur ses instincts politiques, sa vision économique nationaliste et sa vision sombre d'un monde prédateur ayant comme objectif de ruiner les États-Unis. Ces décisions sont conformes à ses promesses populistes et anti-élites de sa campagne présidentielle. Mais en privilégiant une politique centrée uniquement sur une vision à court terme de l'intérêt américain, la présidence de Trump marque la fin de la prépondérance américaine dans le monde.

Donald Trump est incapable de voir le monde comme une opportunité pour le leadership américain, que la grandeur des États-Unis repose sur l'étalement de sa puissance économique et militaire, que la sécurité américaine est grandement améliorée par l'enchevêtrement des accords commerciaux et des alliances militaires. Ainsi, nous assistons aujourd'hui à une confiscation sans précédent du leadership américain à une période où l'humanité en a le plus besoin.

Les opposants de Trump, tant démocrates que républicains, croient que ce dernier isole dangereusement leur pays. D'ailleurs, le monde est déjà plus instable. Le reste du monde n'est plus sûr s'il peut encore vraiment compter sur les alliances militaires américaines. De nombreux pays asiatiques et européens, craignant la résurgence de la Chine, de la Russie ou de l'Allemagne, assistent avec appréhension au retrait américain.

Entre-temps, le retrait américain attise la convoitise des grands rivaux des États-Unis que sont la Chine ou la Russie. En effet, la question est de savoir qui profitera le plus de l'abdication du leadership mondial des États-Unis et qui comblera le vide créé par l'abandon du rôle traditionnel américain comme garant de la stabilité économique et de la paix mondiale.

Si l'Allemagne et la Russie peuvent à leur façon revendiquer un rôle plus important sur la scène mondiale, c'est la Chine à long terme qui peut profiter le plus du retrait américain. D'ailleurs, le sommet de Mar-a-Lago a marqué en février dernier le début d'un transfert de pouvoir des États-Unis vers la Chine.

Le désengagement américain du monde initié par l'administration Trump représente une aubaine pour la Chine. Cette dernière a démontré qu'elle savait tirer les leçons de la rivalité russo-américaine qui a marqué la guerre froide. Pas question pour la Chine de vouloir concurrencer les États-Unis au plan militaire.

La politique chinoise vise plutôt à concurrencer les États-Unis au niveau de la puissance douce, sur le plan de la diplomatie, de l'aide étrangère et des institutions internationales. Alors que l'administration Trump a annoncé une réduction de 33 % du budget du secrétariat d'État et de l'aide étrangère, la Chine a choisi de quadrupler le budget de son ministère des Affaires étrangères au cours de la prochaine décennie.

L'administration Trump, en rompant avec le rôle international traditionnel des États-Unis, signale au monde la fin du siècle américain. L'avenir nous dira si oui ou non l'élection de Trump signifiera aussi la fin de l'hégémonie américaine sur la scène mondiale.



Dernière modification: 2017-06-22 14:28:10

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le président Trump frappe encore sur Tweeter
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Un véritable tsunami démocrate
>décembre 2018


Les États-Unis suffoquent sous la dette
>novembre 2018


Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump
>novembre 2018


Une dangereuse transformation de la politique américaine?
>novembre 2018


Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame
>octobre 2018


Le plus atypique de tous les présidents américains
>octobre 2018


Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon
>octobre 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016