23 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 octobre 2018

Les Honduriens cherchent la sécurité


Rosalie Émond-Tremblay
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
1987
Dévoilement du plan Arias pour la paix en Amérique centrale

janvier
1982
Élection démocratique du président Roberto Suazo Cordova au Honduras

juillet
1969
Déclenchement d'un conflit entre le Salvador et le Honduras

décembre
1960
Création d'un Marché commun de l'Amérique centrale

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

mai
1954
Grève des cueilleurs de bananes au Honduras

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 22 octobre 2018, plus de 7000 personnes traversaient le Mexique, une partie d'entre eux dans le but d'atteindre les États-Unis. Ces personnes sont parties du Honduras le 12 octobre 2018 et ont ensuite traversé le Guatemala et le Mexique (1). Elles souhaitent quitter un pays violent où la pauvreté est très présente.

Une histoire qui se répète

Les États-Unis sont très présents au Honduras depuis les années 1980. Leurs troupes militaires étaient très présentes et accordaient une aide militaire importante. Cependant, les relations entre les deux pays se sont dégradées en 2006, lorsque le nouveau président Manuel Zelaya se positionne aux côtés des mouvements sociaux opposés à la présence des États-Unis. Zelaya souhaitait changer la Constitution, qui avait été adoptée sous tutelle américaine en 1982. Son but était donc de changer la loi afin de modifier la partie qui empêche un président d'obtenir un second mandat, et donc de pouvoir conserver le pouvoir et s'y accrocher (2).

En 2009, le Honduras a connu un « coup d'État militaire ». Le président Manuel Zelaya a été arrêté par l'armée le jour du référendum, le 28 juin 2009, qui devait lui permettre d'obtenir un second mandat. Au moins huit de ses ministres ont aussi été arrêtés. Il a été conduit de force par des militaires au Costa Rica où il demande l'asile politique. Zelaya avait été élu en janvier 2006 et avait effectué un net virage vers la gauche. Il avait aussi fait un net rapprochement avec les dirigeants de la gauche antilibérale.

Ce coup d'État interrompt la transition démocratique au Honduras (3). De nombreuses troupes militaires ont été déployées avec carte blanche pour réprimer les protestations. Le Honduras assiste donc à une remilitarisation ainsi qu'à la restauration d'un climat favorable aux familles fortunées et aux investisseurs internationaux. Plusieurs projets industriels ont été mis sur pied de manière illégale, sans consulter les communautés qui en subissent les conséquences.

L'histoire se répète lors de l'élection du président Juan Orlando Hernandez, élu la première fois le 24 novembre 2013(4). En 2015, de nouvelles révoltes éclatent en raison de la découverte de fonds collectés via un réseau corrompu qui aurait servi à financer la campagne électorale d'Hernandez. Washington et l'Organisation des États américains (OEA) se sont empressés de trouver une solution, le président hondurien a donc échappé à l'incarcération. En 2016, la Cour suprême du Honduras permit même au président de briguer un second mandat.

En 2017, le Honduras fut plongé dans de nombreuses manifestations et affrontements violents lors de la campagne électorale présidentielle. Hernandez était accusé de fraude électorale. Le Tribunal suprême électoral (TSE) était accusé par le chef de l'opposition, Salvador Nasralla, d'obéir aux ordres du pouvoir politique en place, soit celui d'Hernandez (5). Juan Orlando Hernandez est finalement réélu. Plusieurs Honduriens mécontents descendent donc dans les rues. Le gouvernement instaure un couvre-feu et déploie l'armée ainsi que les policiers partout dans le pays.

Quitter la violence

Plusieurs raisons sont au cœur de cette décision de quitter le Honduras. D'abord, celui-ci est considéré comme le second pays le plus dangereux avec le Salvador et le Guatemala, les pays dont proviennent les personnes en marche vers les États-Unis. L'héritage des guerres civiles dans ces pays a facilité l'implantation du crime organisé.

La violence est un enjeu important. En 2016, le taux d'homicide volontaire du Honduras était de 56,52 pour 100 000 personnes, le second plus haut après le Salvador qui compte 82,84 (6). Une enquête menée par Transparency International Honduras et Insight Crime démontrait qu'un grand nombre des armes utilisées pour ces crimes provenaient de la réserve de l'armée et de la police hondurienne (7). Le Honduras est également une plaque tournante de la drogue, environ 80 % de la cocaïne qui est acheminée aux États-Unis provient de ce pays (8).

En 2016, au Honduras, 65,7 % de la population vit dans la pauvreté et 16 % des Honduriens vivent avec moins de 1,90 $ par jour, ce qui est considéré comme de l'extrême pauvreté (9). De plus, en 2017, le Honduras était situé au 135e rang sur 180 au niveau de la corruption (10).




Références:

(1) Ouest France, « Marche des migrants en Amérique : pourquoi fuient-ils le Honduras? », Agence France-Presse, 23 octobre 2018, URL https://www.ouest-france.fr/monde/honduras/marche-... , consulté le 25 octobre 2018.

(2) MAIN, Alexander, « Passage en force au Honduras », Le Monde diplomatique, janvier 2018, URL https://www.monde-diplomatique.fr/2018/01/MAIN/58277, consulté le 25 octobre 2018.

(3) Le Monde, « Coup d'État militaire au Honduras », Agence France-Presse et Reuters, 28 juin 2009, URL https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/06/2... consulté le 25 octobre 2018.

(4) CAROIT, Jean-Michel, « Au Honduras, résultat contesté à l'élection présidentielle », Le Monde, 25 novembre 2013, URL https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/11/2... consulté le 25 octobre 2018.

(5) Radio-Canada, « Honduras : le président assermenté malgré des allégations de fraudes électorales », Associated Press et Agence France-Presse, 27 janvier 2018, URL https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1080657/hondu... consulté le 25 octobre 2018.

(6) Banque Mondiale, Homicides intentionnels (pour 100 000 personnes) https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/vc.i... consulté le 25 octobre 2018.

(7) Transparency International, « How the Honduran military and police profit from the illegal arms trade», 9 novembre 2017, URL https://www.transparency.org/news/feature/how_the_... consulté le 25 octobre 2018.

(8) SHERWELL, Philip, « Welcome to Honduas, the most dangerous country on the planet», The Telegraph, 16 novembre 2013, URL https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/central... consulté le 25 octobre 2018.

(9) Banque Mondiale, Poverty & Equity Brief: Honduras, Octobre 2018, URL http://databank.worldbank.org/data/download/povert... consulté le 25 octobre 2018.

(10) Ibid.

Autres références

La Tribuna, « Marcha por la dignidad Ilega a Tegucigapa», 26 octobre 2018, URL http://www.latribuna.hn/2018/10/26/marcha-por-la-d... consulté le 26 octobre 2018.

La Tribuna, « Honduras creara fuerza internacional que investigue organizadores de caravana migrante », 26 octobre 2018, URL http://www.latribuna.hn/2018/10/26/honduras-creara... consulté le 26 octobre 2018.

Dernière modification: 2018-11-05 07:03:23

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Fin du statut particulier pour les immigrants honduriens aux États-Unis
>janvier 2019


Les Honduriens cherchent la sécurité
>octobre 2018


Élections au Honduras : air de changement ou du pareil au même ?
>novembre 2017


La violence meurtrière au Honduras aura-t-elle une fin?
>septembre 2016


Changement de garde lors de la présidentielle du Honduras
>janvier 2014


Honduras : diminution potentielle de la criminalité?
>septembre 2013


Un retour inattendu pour le président déchu Manuel Zelaya
>septembre 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019