Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

26 janvier 2016

La France en état de guerre


Jonathan Naisby
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Commémoration du centenaire de l'armistice marquant la fin de la Grande Guerre 1914-1918

novembre
2018
Référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

juin
2017
Élection du parti La République en marche ! aux législatives en France

mai
2017
Élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française

décembre
2015
Fin de la Conférence de Paris sur le changement climatique

novembre
2015
Attentats terroristes en France

janvier
2015
Manifestations d'envergure en France à la suite d'attentats terroristes

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2013
Intervention militaire française au Mali

juin
2012
Élection d'une majorité de gauche aux législatives en France

mai
2012
Élection de François Hollande à la présidence de la République française

mai
2011
Arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

février
2007
Dépôt d'un important rapport du GIEC sur les changements climatiques

octobre
2005
Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

mai
2005
Tenue d'un référendum en France sur le projet de Constitution européenne

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

Dans la nuit du vendredi 13 novembre 2015, un commando djihadiste a semé la mort et le chaos dans la ville de Paris. Huit terroristes affiliés au groupe armé État islamique (EI) ont défilé dans les rues en tirant sur la foule, fait exploser des bombes à l'extérieur du Stade de France et pris d'assaut la salle de spectacle du théâtre Bataclan. Ces attentats ont fait au total 130 morts et des centaines de blessées, ce qui en fait l'attaque la plus meurtrière en France depuis la Seconde Guerre mondiale (1).

Virage sécuritaire

En réaction à ces événements, le président français, François Hollande, réunit le Parlement en Congrès à Versailles, le 16 novembre 2015. Celui-ci s'adresse alors aux députés afin de leur annoncer que « La France est en guerre contre le terrorisme djihadiste (2). » Lors de son allocution, Hollande propose plusieurs mesures afin, d'une part, de combattre l'EI et, d'autre part, de renforcer la sécurité à l'intérieur du territoire français.

Le président de la République annonce une intensification des opérations militaires en Syrie et une nécessité de détruire le groupe État islamique. Hollande appelle donc à une coalition, et tend la main aux Russes, ainsi qu'aux Américains, afin de former une seule et unique force de frappe. La question du départ du président syrien Bachar el-Assad ne constituerait donc plus une nécessité pour former une alliance avec le président russe, Vladimir Poutine. François Hollande affirme tout de même qu'il ne peut faire partie de l'issue au conflit syrien et que l'ennemi commun reste l'EI.

Un appel à la solidarité de l'Union européenne (UE) est aussi lancé. François Hollande indique vouloir évoquer l'article 42-7 du Traité de l'Union pour que les membres de l'UE apportent aide et assistance à un État agressé. Celui-ci réitère l'importance d'apporter une aide aux États situés sur les frontières extérieures de l'Europe afin d'apporter un meilleur contrôle et d'empêcher le retour des vérifications douanières aux frontières nationales, ce qui serait alors « la déconstruction de l'Union européenne (3) ».

Pour renforcer la sécurité nationale, un projet de loi sera déposé, quelques jours plus tard, afin de prolonger l'état d'urgence pour trois mois. Dans le même ordre d'idées, François Hollande souhaite faire évoluer la Constitution afin d'adapter le texte aux réalités actuelles. Ces modifications comprendraient notamment l'ajout de l'état d'urgence à l'article 36 de la Loi constitutionnelle. De plus, Hollande souhaite que soit réalisable la déchéance de nationalité, pour les personnes qui ont une binationalité, ainsi que la possibilité d'expulser plus facilement les personnes qui représentent une menace pour la nation.

Ces mesures seront appuyées par un meilleur accès aux nouvelles technologies de renseignement pour les services d'enquête ainsi qu'une augmentation des peines de prison pour certains crimes liés au terrorisme, tels que le trafic d'armes. Hollande prévoit aussi l'emploi de plusieurs milliers de personnes dans l'optique de renforcer la sécurité intérieure. Il y aurait alors 5000 nouveaux policiers et gendarmes, 2500 postes supplémentaires au ministère de la Justice pour l'administration pénitentiaire ainsi que 1000 nouveaux postes pour l'administration des douanes.

Réactions mitigées chez les partis politiques

Le discours prononcé par François Hollande devant le Parlement n'a pas fait l'unanimité chez les différents partis. La proposition de déchéance de nationalité ainsi que les modifications de la Constitution ne sont pas acceptées de la même façon par la gauche et la droite. Chez les Républicains (LR), la déchéance de nationalité était quelque chose de demandé depuis les attentats au Charlie Hebdo, en janvier 2015 (4). En ce qui concerne les réformes constitutionnelles, ceux-ci sont d'accord dans la mesure où elles permettraient de renforcer la sécurité des Français (5).

Marine Le Pen, du Front national (FN), accueille favorablement l'idée de déchéance de nationalité pour les Français qui menacent la sécurité nationale (6). Pour sa part, le Front de gauche voit dans cette proposition une « légitimation de l'extrême-droite (7) » et, dans la réforme constitutionnelle, le risque de rendre une situation temporaire permanente. Pour les Écologistes, la réforme de la Constitution est nécessaire pour s'adapter au contexte du terrorisme (8).

Par ailleurs, plusieurs points évoqués par le président font un consensus généralisé chez les politiciens. En effet, la prolongation de l'état d'urgence est accueillie favorablement chez les Écologistes, afin de faire avancer les enquêtes et réduire les risques de nouveaux attentats (9). Le LR est du même avis et demande à ce que les mesures prévues soient mises en oeuvre (10). De plus, l'idée d'une coalition avec les États-Unis et la Russie pour lutter contre l'EI est reçue positivement chez le FN, le LR ainsi que les Écologistes.

Absence de consensus au sein de la presse française

La presse française ne s'entend pas sur les différentes propositions annoncées par François Hollande lors de son allocution devant le Parlement. Laurent Joffrin, du journal Libération, indique que celui-ci avait marqué un point politique, que les attentats de Paris ne devaient pas rester impunis et que « l'État islamique doit en payer le prix (11). » Cependant, Jérôme Fenoglio, du journal Le Monde, avance que les moyens utilisés pour combattre l'EI sont marqués par l'urgence, comme en témoigne l'ajout de l'état d'urgence à la Constitution, et que « la stratégie de Hollande chef de guerre a, elle aussi, été contaminée par l'urgence (12). »

Pour Yves Thréard, du Figaro, les mesures que proposent François Hollande ne vont pas assez loin. Pour celui-ci, l'islamisation constitue un plus gros problème que les réformes constitutionnelles et « Pour détruire Daech, il en faudra plus (13). » En contrepartie, Michel Urvoy écrit dans le journal Ouest-France qu'il faut faire attention à l'équilibre entre la sécurité et la liberté, et que « la liberté ne consiste pas à faire n'importe quoi, la sécurité à tout accepter (14). »

Les mesures prévues par François Hollande pourraient rapidement contrevenir à des libertés fondamentales. Celui-ci devra donc user de précautions afin de ne pas déroger de l'État de droit.




Références:

(1) MALIGORNE, Clémentine, « Attentats du 13 novembre : retour sur une semaine bouleversante », Le Figaro, 21 novembre 2015, http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/20... (Page consultée le 24 janvier 2016).

(2) Présidence de la République française, Discours du président de la République devant le Parlement réuni en Congrès, 16 novembre 2015, http://www.elysee.fr/declarations/article/discours... (Page consultée le 24 janvier 2016).

(3) Ibid.

(4) Les Républicains, Nicolas Sarkozy dans Le Monde : « Trop de temps a été perdu » depuis « Charlie Hebdo », 18 novembre 2015, http://www.republicains.fr/actualites_interview_ni... (Page consultée le 25 janvier 2016).

(5) Ibid.

(6) Front national, Réaction de Marine Le Pen au discours du Président de la République devant le Congrès à Versailles, 16 novembre 2015, http://www.frontnational.com/2015/11/reaction-de-m... (Page consultée le 25 janvier 2016).

(7) Olivier Dartigolles, Extension de la déchéance de nationalité et révision constitutionnelle : où donc est le danger?, Parti communiste français, 24 décembre 2015, http://www.pcf.fr/80266, (Page consultée le 25 janvier 2016).

(8) François de Rugy, Au-delà du deuil, l'unité. Au-delà des mots, des actes, Écologiste! Le parti, 16 novembre 2015, http://www.ecologistes-leparti.fr/2015/11/16/au-de... (Page consultée le 25 janvier 2016).

(9) Ibid.

(10) Les Républicains, op. cit.

(11) JOFFRIN, Laurent, « La liberté n'est pas une faiblesse », Libération, 17 novembre 2015, http://www.liberation.fr/france/2015/11/16/la-libe... (Page consultée le 25 janvier 2016).

(12) FENOGLIO, Jérôme, « Sortir de l'urgence », Le Monde, 25 novembre 2015, p. 1.

(13) THRÉARD, Yves, « Tardive lucidité », Le Figaro, 17 novembre 2015, http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/11/16/31... (Page consultée le 25 janvier 2016).

(14) URVOY, Michel, « La sécurité condition de liberté », Ouest-France, 20 novembre 2015, http://www.ouest-france.fr/debats/editorial/commen... (Page consultée le 25 janvier 2016).

Dernière modification: 2016-02-01 07:55:36

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...
>octobre 2018


Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?
>septembre 2018


Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg
>janvier 2018


Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France
>octobre 2017


Nostalgie ou changement sans dérangement
>juillet 2017


Présidentielle française: entre espoir et dépit
>février 2017


Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent
>février 2017


Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche
>février 2017


Les réfugiés de Calais : le Royaume-Uni et la France face à l'immigration illégale
>janvier 2017


Présidentielle française : le débat sur la politique des 35 heures reprend
>janvier 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016