Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 November 2015

États-Unis: bataille de l'argent pour les candidats républicains


Jean-Christophe Morin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Dans le cadre des primaires républicaines, les aspirants à la présidentielle américaine tentent d'amasser un maximum de fonds auprès de leurs partisans et de divers donateurs pour financer leur campagne. Cette immanquable course à l'argent est toutefois particulière dans le présent contexte; Donald Trump, un milliardaire ayant fait fortune dans le domaine de l'immobilier, s'autofinance et pose une situation bien singulière dans laquelle il n'a pas de compte à rendre à des donateurs, ni même au Parti républicain (1).

Marathon à cinq?

Parmi les nombreux candidats encore en lice, seulement cinq cumulent un financement et des appuis suffisants pour être toujours dans la course.

Jeb Bush, le fils de George Bush père et le frère de George W. Bush fils, apparaissait d'emblée comme le favori de l'establishment du Parti républicain. De janvier à juin, il récolte près de 114 millions de dollars (2). La grande majorité de ces fonds proviennent des super PAC, une organisation récoltant notamment des dons auprès des membres du parti et n'étant pas contrainte par un plafond légal (3). Bush étant politiquement plus près du centre, les franges plus conservatrices du parti n'en font pas leur candidat de choix, malgré la notoriété que lui procure le passé politique de sa famille (4).

De son côté, Ben Carson, un ancien neurochirurgien, récolte 31,6 millions de dollars (5). Étant un pieux chrétien, ses positions sont plus conservatrices que celles de Bush; il dénonce, entre autres, l'avortement et l'homosexualité et jouit donc de l'appui des républicains plus à droite (6). Étant devenu médecin à la suite d'une enfance au sein d'une famille monoparentale et défavorisée, son histoire plait également à la masse populaire du parti et il est perçu comme un symbole de persévérance. Toutefois, il est loin d'être en tête de la course au financement et est donc plus restreint financièrement que ses adversaires.

Toujours dans la frange plus conservatrice du parti se trouve Marco Rubio, qui récolte environ 48 millions de dollars durant sa campagne (7). La majeure partie des dons proviennent des PAC, mais il réussit également à séduire le milliardaire Paul Singer (8). Jeb Bush comptant sur l'appui de ce dernier, Rubio s'abreuve dans les mêmes sources financières que son adversaire et réussit même à gagner des appuis à son détriment. Il plait lui aussi à l'establishment du parti puisqu'il est plus modéré que certains des autres candidats, mais tient toujours un discours conservateur sur le fond (9).

Le plus à droite des candidats en lice est certainement Ted Cruz. Son positionnement clair en charme plus d'un; parmi ses supporteurs se trouvent le Tea Party et la droite religieuse du parti (10). Disposant pour l'instant de 64 millions de dollars, il pourrait jouir du financement des frères Koch, des milliardaires ultra-conservateurs, s'il monte assez dans les intentions de vote pour avoir une chance réelle de l'emporter (11). Ce portait n'est pas totalement illusoire à l'heure actuelle.

Le dernier, mais le non le moindre, est Donald Trump. Son financement est difficilement calculable puisqu'il puise lui-même dans sa fortune avoisinant les 4 milliards de dollars (12). Son programme, flou à certains endroits, est majoritairement axé sur la mise en place de balises pour freiner l'immigration illégale et pour expulser les immigrants illégaux déjà présents en sol américain. Il séduit par contre l'électorat avec son franc-parler, sa prestance, et surtout par le fait qu'il ne soit pas financièrement attaché à des collaborateurs. Il peut vraisemblablement dire ce qu'il veut. À cet effet, il va même jusqu'à refuser les dons des super PAC pour rester indépendant et intègre (13).

Le financement « illimité » des candidats aux États-Unis

Une décision rendue en 2014 par la Cour suprême donne aux Américains la possibilité de faire des dons électoraux à la hauteur à laquelle ils souhaitent le faire (14). Ainsi, aucun plafond n'est prévu à ce jour. Il en va de même pour les entreprises et les syndicats depuis 2010. Pour la Cour, cette absence de limite concrète au financement représente une protection du droit fondamental de participation au processus électoral que détiennent les citoyens.

De façon concrète, les candidats peuvent donc récolter des sommes faramineuses pour leur campagne, d'où la pertinence de parler de course à l'argent lors des primaires. C'est également pourquoi charmer politiquement des individus tels que les milliardaires frères Koch constitue une possibilité alléchante. Mais si pour la Cour et pour certains Américains cette absence de plafond représente un gage de liberté, certains y voient plutôt un obstacle à la démocratie (15). Une somme considérable doit être mise sur la table pour simplement entrer dans la course, ou, du moins, pour y être considéré en tant que candidat légitime.

Financement et intentions de vote : corrélation ou distorsion?

Les plus récents sondages révèlent que Trump détient une grande longueur d'avance sur ses adversaires. Son plus faible niveau de support durant la campagne atteignait 25 %, mais il gagne de nombreux points au cours des mois d'octobre et de novembre (16). Puisqu'il se finance en grande partie par lui-même, il est difficile d'estimer le total d'argent injecté dans sa campagne.

Techniquement, le gagnant de la course à l'argent est Jeb Bush. Par contre, malgré 133 millions de dollars amassés, il ne récolte que 5 % des intentions de vote (17). Ted Cruz, second dans la course au financement avec 65 millions, obtient 10 %. Tandis que Rubio, avec près de 48 millions, obtient 11,7 %, et Carson, avec 31,6 millions, obtient 18 % des intentions de vote.

Naturellement, on peut s'attendre à ce que les candidats les mieux financés obtiennent de bons résultats lors des sondages. Mais ces primaires sont toutes particulières puisque, si l'on oublie Trump, la courbe est inverse : Carson est le candidat disposant du moins de fonds parmi les cinq favoris, mais il obtient tout de même la seconde place. De l'autre côté, Jeb Bush détient d'énormes ressources financières, mais finit tout de même bon dernier. L'apparition d'un candidat marginal tel que Trump, qui se différencie du politicien traditionnel, change certainement la donne.




Références:

(1) BRIGAND, Maxime. «États-Unis: comment le candidat Trump a construit son empire», Le Figaro, le 7 aout 2015, http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/08/07/2000... (page consultée le 16 novembre 2015).

(2) La Presse. «Avalanche de dollars pour le candidat à la Maison-Blanche Jeb Bush», le 9 juillet 2015, http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/20... (page consultée le 16 novembre 2015).

(3) loc. cit.

(4) La Nouvelle République. «Qui sont les candidats aux primaires américaines?», le 26 octobre 2015, http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Ac... (page consultée le 16 novembre 2015).

(5) The New York Times. «Which Presidential Candidates Are Winning The Money Race?», le 16 octobre 2015, http://www.nytimes.com/interactive/2016/us/electio... , (page consultée le 16 novembre 2015).

(6) DUMONT-BARON, Yannick. «Ben Carson, l'anti-Trump des républicains», Ici Radio-Canada, le 2 septembre 2015, http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-preside... (page consultée le 16 novembre 2015).

(7) New York Times, op. cit.

(8) Reuters. «Soutien de poids pour Rubio dans la primaire républicaine aux États-Unis», Journal de Montréal, le 30 octobre 2015, http://www.journaldemontreal.com/2015/10/30/soutie... (page consultée le 16 novembre 2015).

(9) La Nouvelle République, op. cit.

(10) Loc. cit.

(11) Le Devoir. «Les Koch financeront des candidats aux primaires», le 23 avril 2015, http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/4... (page consultée le 16 novembre 2015).

(12) BRIGAND, Maxime, op. cit.

(13) SNYDER, Brian. «États-Unis: le financement des campagnes de nouveau critiqué», RFI, le 2 aout 2015, http://www.rfi.fr/ameriques/20150802-elections-ame... (page consultée le 16 novembre 2015).

(14) Le Monde. «États-Unis: la Cour suprême, le financement électoral et la scénario à la House of Cards», le 3 mars 2014, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/04/03... (page consultée le 16 novembre 2015).

(15) SNYDER, Brian, op. cit.

(16) OLIPHANT, James. «Trump surges among likely Republican primary voters», Reuters, le 13 novembre 2015, http://www.reuters.com/article/2015/11/13/us-usa-e... (page consultée le 16 novembre 2015).

(17) Huffington Post. «2016 national republican primary», dernière mise à jour le 16 novembre 2015, http://elections.huffingtonpost.com/pollster/2016-... (page consultée le 16 novembre 2015).

Dernière modification: 2015-11-30 07:42:13

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016