19 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 décembre 2015

Italie: des frontières sous tensions


Benoit Lapierre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élections au Parlement européen

février
2019
Début d’une rencontre au Vatican sur La protection des mineurs dans l’Église

avril
2018
Tenue d’élections législatives en Italie

mai
2017
Ouverture du sommet du G7 à Taormina, en Italie

décembre
2016
Tenue d’un référendum constitutionnel en Italie

août
2016
Tremblement de terre dévastateur en Italie

avril
2015
Naufrage de plus de 800 immigrants clandestins en Méditerranée

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2014
Canonisation de Jean XXIII et Jean Paul II

mars
2013
Élection du pape François

février
2013
Élections législatives en Italie

novembre
2011
Démission du président du Conseil italien, Silvio Berlusconi

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2008
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

avril
2006
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Romano Prodi

avril
2005
Décès du pape Jean-Paul II

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mai
2001
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi

Depuis octobre 2015, l'Europe est aux prises avec une vague de migration sans précédent. Plusieurs dizaines de milliers de migrants se bousculent aux frontières de l'Europe dans l'espoir d'y trouver refuge. Par exemple, l'Allemagne dit avoir accueilli environ 10 000 réfugiés syriens par jour au cours du mois d'octobre. Berlin estime qu'elle en aura accueilli entre 800 000 et un million d'ici la fin de l'année (1).

Ce flux de personnes amène son lot de tensions sociales et plusieurs capitales européennes commencent à prendre des mesures afin de pallier la situation. Bien que le phénomène soit moins médiatisé qu'en Allemagne, l'Italie est en proie, elle aussi, à une vague de migration qui commence à causer des problèmes dans le pays(2).

Une immigration venue du Sud

L'Italie se distingue de son voisin allemand par l'origine de ses réfugiés. En effet, la vaste majorité de son immigration provient d'Afrique, principalement de Libye. Ces Africains passent généralement la Méditerranée par bateau avec comme destination la Sicile ou le sud du pays. Le coût demandé par les passeurs varie entre 800 et 8 000 euros (3). L'Italie se distingue aussi de ses voisins européens par l'attitude qu'elle a envers ce flux de personnes. Au lieu de refouler les personnes à leur frontière, les autorités italiennes portent plutôt assistance aux bateaux près de leurs côtes.

Cette mesure s'appelle l'opération Mare Nostrum. Elle fut votée par le Parlement italien après la mort de 360 personnes dont le bateau a coulé près des côtes italiennes en octobre 2013. Depuis son implantation, l'opération Mare Nostrum a aidé 190 000 personnes à rejoindre les côtes italiennes, dont plus de 57 000 depuis le début de 2015 (4). Environ 70 % de cette immigration vient de Libye, du Nigeria, du Mali, de Gambie, du Sénégal et du Pakistan.

Une fois en territoire italien, les migrants sont libres de demander l'asile au gouvernement italien. Ceux-ci doivent cependant rester en Italie et ne pas quitter le pays jusqu'à ce que leur demande d'asile soit traitée. Si elle est acceptée, ils peuvent rester au pays indéfiniment (5).

Pour accommoder ce flux de demandeurs d'asile, Rome a pris une série de mesures pour gérer ces personnes. Des centres d'accueil aux réfugiés, gérés par l'État, offrent le gîte et le couvert en plus de fournir un téléphone cellulaire. Une somme de trois euros d'argent de poche quotidien leur est donnée par l'État qui propose aussi des formations et des cours de langues. L'Italie dispose de 75 000 places en centres d'accueil. Les hôtels, parfois quatre étoiles, accueillent le reste des migrants demandeurs d'asile si la capacité de ces centres est excédée (6). Ce dernier point fait les choux gras des groupes de pression anti-immigration ainsi que de certains partis d'opposition.

Or, ce programme coûte cher à l'État. Chaque réfugié profitant du programme de centres d'accueil coûte au trésor italien environ 35 euros par jour, soit près de 13 000 par année. En faisant le calcul, le programme a coûté près de 850 millions d'euros pour loger les 64 900 demandeurs d'asile de 2014. C'est sans compter les frais médicaux dont ceux-ci peuvent avoir besoin considérant qu'un migrant sur quatre est atteint d'hépatite C (7).

Le coût de ce programme ne risque pas de diminuer lors des prochaines années. Selon Nick Cooke-Priest, un capitaine de la frégate britannique HMS Bulwark, entre 450 000 et 500 000 Libyens attendent sur les côtes pour traverser en Italie. Ces chiffres passent à 500 000 et un million selon Frontex, l'agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne (8). Il s'agit de l'agence européenne, créée en 2004 et opérationnelle depuis octobre 2005, qui est chargée de coordonner les opérations des gardes-frontières des pays membres de l'Union européenne.

Un retour de balancier

Si la situation des migrants était plutôt bien tolérée par la population italienne, les choses tendent à changer depuis quelque temps. En effet, la grande majorité de ces migrants n'étaient que de passage au pays et leur destination finale était souvent les pays du nord de l'Europe, Royaume-Uni, France et Allemagne en tête. Or, depuis octobre, la situation a évolué. L'Allemagne a depuis renforcé le contrôle de ses frontières et les attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris ont poussé les dirigeants français à faire de même (9).

Les gardes-frontières français inspectent chaque train, voiture ainsi que les voyageurs à pied. Si bien que les migrants de passage se retrouvent coincés en Italie et deviennent une source de tensions pour la population italienne. Des groupes néo-fascistes, dont CasaPound et Forza Nuova, font des manifestations violentes où des forces de l'ordre sont blessées. Certains vont jusqu'à ironiser sur le fait que les forces armées italiennes sont les seuls militaires du monde qui assistent une invasion étrangère (10).

Ces tensions ont poussé les dirigeants italiens à modifier leur politique sur l'immigration en prenant compte du pays d'origine des demandeurs d'asile. Ainsi, certains réfugiés, dits économiques, se font refouler à la frontière sans la possibilité de demander le droit d'asile (11).

Depuis le début de 2015, au moins 90 % des migrants arrivés par mer venant de Syrie et d'Érythrée ont reçu une forme quelconque d'asile en Italie. À l'inverse, plus de 70 % des Maliens et des Nigérians se sont vu refuser ce statut à leur première tentative.

Selon Amnistie internationale, certains de ces migrants sont directement envoyés à l'aéroport de Rome avec l'ordre de quitter le pays dans la semaine, et ce, malgré le fait qu'ils ne disposent pas de documents de voyage et qu'ils n'ont aucune possibilité de s'en procurer. L'organisme déplore également le fait que la police italienne ne semble pas porter beaucoup d'assistance à ces migrants venus d'Afrique subsaharienne.

Toutefois, certaines voix s'élèvent contre la nouvelle politique italienne concernant l'immigration et plusieurs croient que le pays bénéficierait de la contribution de ces réfugiés économiques. La population de l'Italie est en déclin. En ce moment, il y a quatre travailleurs italiens pour chaque retraité, mais ce chiffre pourrait descendre à deux travailleurs pour chaque retraité d'ici 2050 si la situation ne change pas (12). Du côté européen, c'est plus de 42 millions de travailleurs dont l'Europe aura besoin d'ici 2020 si elle veut garantir sa croissance.

Selon Jean-Christophe Dumont, de l'Organisation de coopération et de développement économiques, les migrants ne vident pas les coffres de l'État italien, mais contribueraient plutôt à les renflouer. Toujours selon lui, la contribution économique des migrants serait de l'ordre de 7 milliards d'euros annuellement. Toujours est-il qu'il faudra d'abord convaincre la population italienne de ces bienfaits économiques, alors que le pays connaît un chômage de 13 % et de près de 45 % chez les jeunes (13).




Références:

(1) LE FIGARO, «L'Allemagne s'attend à accueillir un million de migrants en 2015», en ligne le 11 octobre 2015, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/11/97001... consulté le 29 novembre 2015

(2) DARNIS, Jean-Pierre, «L'immigration, enjeu de politique intérieure et de politique étrangère pour l'Italie contemporaine», en ligne le 1er décembre 2012, http://italies.revues.org/3272 consulté le 21 novembre 2015

(3) VALEURS ACTUELLES, «Clandestins : quel prix pour la traversée de la Méditerranée ?», en ligne le 6 janvier 2015, http://www.valeursactuelles.com/monde/clandestin-q... consulté le 30 novembre 2015

(4) LE FIGARO, «Immigration: l'Italie menace l'Europe», en ligne le 14 juin 2015, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/14/97001... consulté le 20 novembre 2015

(5) THE SPECTATOR, «Welcome to Italy: this is what a real immigration crisis looks like», en ligne le 20 juin 2015, http://new.spectator.co.uk/2015/06/the-invasion-of-italy/ consulté le 29 novembre 2015

(6) Ibid.

(7) Ibid.

(8) FRONTEX, «About Frontex», en ligne en 2015, http://frontex.europa.eu/about-frontex/origin/ consulté le 30 novembre 2015

(9) LIBÉRATION, «Le contrôle aux frontières rétabli», en ligne le 14 novembre 2015, http://www.liberation.fr/france/2015/11/14/que-sig... consulté le 30 novembre 2015

(10) NEWSWEEK, «Immigrant Surge Brings Out Italy's Dark Side», en ligne le 19 octobre 2015, http://www.newsweek.com/immigrant-surge-brings-out... consulté le 29 novembre 2015

(11) ALJAZEERA, «Italy quietly rejects asylum seekers by nationality, advocates say», en ligne le 19 octobre 2015, http://america.aljazeera.com/articles/2015/10/19/i... consulté le 29 novembre 2015

(12) NEWSWEEK, op. cit.

(13) THE SPECTATOR, op. cit.

Dernière modification: 2015-12-07 07:40:03

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les 60 ans du décès du pape Pie XII : se souvenir ou oublier?
>septembre 2018


L'Italie en voie de remonter la pente
>septembre 2018


Mort de Salvatore Riina : la perte d'une figure emblématique de la mafia sicilienne
>février 2018


Vatican : l'entrée au paradis du blanchiment d'argent
>février 2018


Saint-Marin : d'un paradis fiscal prospère à un État endetté
>février 2018


Victoire difficile pour le nouveau président du Parlement européen Antonio Tajani
>octobre 2017


Limogeage du grand maître de l'Ordre de Malte
>mars 2017


Crise de la dette publique : l'Italie rattrapée par les décisions du passé
>février 2017


Élection de Virginia Raggi : renouvellement des élites italiennes?
>octobre 2016


L'union civile sépare l'Italie
>septembre 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019