20 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 novembre 2015

Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?


Maïlys Le Prettre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador à la présidence du Mexique

septembre
2017
Tremblement de terre dévastateur au Mexique

juillet
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

juin
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

juillet
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

juillet
2000
Élection de Vicente Fox à la présidence du Mexique

janvier
1994
Début du soulèvement des Indiens du Chiapas, au Mexique

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

juillet
1988
Élection de Carlos Salinas de Gortari à la présidence du Mexique

septembre
1985
Tremblement de terre meurtrier au Mexique

juillet
1982
Élection de Miguel de la Madrid Hurtado à la présidence du Mexique

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

juin
1975
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Mexico

octobre
1968
Répression d'une manifestation étudiante sur la Place des trois cultures à Mexico

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le Mexique est la deuxième puissance économique en Amérique latine, juste après le Brésil. Membre, entre autres, de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et du Fonds monétaire international (FMI), ce pays est totalement inséré dans le marché économique mondial. Le Mexique semble solide économiquement, ses perspectives futures étant considérées comme « positives », selon un rapport du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations du Québec datant de 2015 (1).

Cependant, ce rapport souligne un défi important que le gouvernement mexicain doit relever, celui de « contrôler les effets de la baisse des prix du pétrole sur les revenus de l'État (2)». En effet, l'année 2014 a été marquée par un ralentissement de la croissance économique du pays du fait de la chute des cours pétroliers sur les marchés mondiaux. En tant que 6e producteur mondial d'or noir, avec une richesse estimée à plus de 11 milliards de barils de pétrole, le Mexique s'avère sensible aux variations mondiales du prix du baril de pétrole (3).

On peut donc voir l'importance que revêt le pétrole pour ce pays. Le 20 décembre 2013, le président Enrique Pena Nieto, qui se réclame de la social-démocratie et qui est membre du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), annonçait une modification de la Constitution en vue d'une réforme énergétique, ce qui fut dénoncé comme une privatisation masquée. Pour bien comprendre cette décision, il faut analyser ses conséquences sur le moyen et long terme.

Un symbole pour la nation mexicaine

Le pétrole mexicain représente pour le pays plus qu'une simple richesse naturelle. Dans les années 1930, le PRI, alors au pouvoir, décida d'en nationaliser l'exploitation. Depuis, le monopole d'État a longtemps été très fort. Le journaliste de gauche John Mill Ackerman rappelle que, constitutionnellement, il existait « une stricte interdiction (...) contre toute forme de contrat ou de concession accordée au secteur privé (4)» par rapport à l'exploitation pétrolière. En 1938, le gouvernement mexicain de l'époque décida même d'expulser les compagnies pétrolières étrangères.

Ainsi, le fait que le président Pena Nieto a décidé en décembre 2013 l'assouplissement du monopole d'État sur le pétrole mexicain a engendré de vives réactions. Bien que ce dernier ait certifié que « la rente pétrolière restera la propriété de tous les Mexicains (5)», les avis divergent sur les conséquences d'une telle mesure.

Un désir d'améliorer la situation économique

Bien que deuxième puissance économique en Amérique latine, le pays est dépendant des cours mondiaux du pétrole et de ses fluctuations. Par exemple, l'année 2013 fut économiquement affectée par la baisse mondiale des cours du baril de pétrole. Du fait de la chute des cours pétroliers, la société d'État s'occupant de l'exploitation pétrolière, Pemex, a annoncé en 2015 une perte s'élevant à plus de 5 milliards de dollars américains (6). Dès lors, la journaliste Diane Jeantet analyse cette ouverture aux investisseurs privés et étrangers du marché du pétrole comme un moyen d'enrayer la chute régulière de la production pétrolière et la perte de valeur du baril mexicain sur les marchés boursiers (7).

De plus, il faut noter l'inefficacité de la société d'État Pemex, accusée également d'être corrompue. Le chercheur Gérald Cadet rappelait en 2003 les résultats d'un sondage qui révélait que la privatisation de Pemex serait acceptée par 49 % des Mexicains « si cela rendait l'entreprise plus efficace et moins corrompue (8) ».

Enfin, le Mexique est aujourd'hui face à la nécessité d'exploiter ses réserves « off shore » qui se trouvent dans le golfe du Mexique. Cependant, Pemex ne possédant pas les techniques et les moyens pour exploiter en eaux profondes, le gouvernement mexicain a décidé de s'ouvrir aux investisseurs étrangers. Cette ouverture s'est faite progressivement, d'abord avec la fin du monopole d'État sur l'exploitation pétrolière, et plus largement des hydrocarbures, en décembre 2013, puis avec le vote d'une loi, le 11 août 2014, ouvrant le secteur des hydrocarbures aux investisseurs étrangers. Cette loi a, entre autres, transformé Pemex en « entreprise productive d'État (9)», ce qui la met en directe concurrence avec le secteur privé. De plus, le secteur privé est autorisé à exploiter les hydrocarbures se trouvant dans le golfe du Mexique.

Cette réforme, qui permet d'ouvrir le marché à la concurrence et l'investissement, entre en concordance avec les désirs d'instances qui défendent actuellement des politiques néolibérales, telles que le FMI ou la Banque mondiale (BM). Cependant, il faut aussi voir les avis opposés à cette réforme énergétique.

La privatisation : plus de mal que de bien ?

On peut voir que les débuts de cette ouverture aux investisseurs étrangers, à l'été 2015, n'ont pas été aussi concluants que le gouvernement mexicain l'aurait voulu. Sur les 14 sites d'exploitation dans le golfe du Mexique qui étaient mis aux enchères, seuls 2 ont été achetés. Si le gouvernement justifie ce peu d'intérêt par un marché pétrolier en berne, les experts analysent plutôt que l'insécurité du gouvernement de Pena Nieto face à son propre pétrole, vue à travers une vente à bas prix, a refréné les ardeurs d'acheteurs privés (10).

Il faut comprendre que les sciences économiques tentent d'analyser l'incertitude qu'ont les agents sur l'avenir, et comment ceux-ci la gèrent. Ainsi, avant de prendre une décision, les agents économiques anticipent le futur en se basant, par exemple, sur des faits passés qui pourraient éventuellement se répéter, ou encore en observant les autres agents en place sur un marché et comment ceux-ci se comportent (11). Dans le cas de la vente de sites d'exploitation mexicains, le fait que peu d'entreprises aient souhaité acheter un site a peut-être entraîné d'autres à ne pas le faire.

Une deuxième source d'inquiétude quant à cette réforme énergétique réside dans le fait que Pemex représentait le tiers des recettes budgétaires de l'État mexicain (12). De plus, il faut souligner que le pétrole est une des premières sources de revenus pour le gouvernement. En effet, l'OCDE établissait dans une de ses études que « les exportations de pétrole et de gaz représentaient plus de 20 % du PIB en 2007 (13)». La question qui demeure est : comment le gouvernement va-t-il compenser cette perte ?

Outre l'aspect économique qui accompagne le projet de réforme énergétique, l'aspect environnemental est également à prendre en compte. À quelques jours de la Conférence de Paris sur les changements climatiques, il faut réaliser que l'extraction et la production de pétrole entraîne des atteintes à l'environnement. On peut se demander comment le gouvernement de Pena Nieto compte y faire face.




Références:

(1) MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE, DE L'INNOVATION ET DES EXPORTATIONS DU QUÉBEC, « Le Mexique », Note sur l'économie et le commerce, 11 août 2015, p.2, https://www.economie.gouv.qc.ca/fileadmin/contenu/... (Page consultée le 23 novembre 2015).

(2) Loc. cit.

(3) ARTE, « Mexique : un émergent entravé », Le dessous des cartes, mai 2013, http://ddc.arte.tv/nos-cartes/mexique-un-emergent-entrave.

(4) ACKERMAN John Mill, « Le Mexique privatise son pétrole », Le Monde diplomatique, mars 2014, https://www.monde-diplomatique.fr/2014/03/MILL_ACK...

(5) SALIBA Frédéric, « Le Mexique ouvre son secteur énergétique aux investisseurs », Le Monde, 12 décembre 2013, http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/12/... (Page consultée le 23 novembre 2015).

(6) AFP, « Mexique : pétrole : Pemex annonce des pertes de 5,2 milliards de dollars au deuxième trimestre », 28 juillet 2015, http://www.romandie.com/news/Mexiquepetrole--Pemex... (Page consultée le 23 novembre 2015).

(7) JEANTET Diane, « Le Mexique ouvre son secteur pétrolier aux étrangers », Le Figaro, 13 août 2014, http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/08/13/2000... (Page consultée le 23 novembre 2015).

(8) CADET Gérald, « Le pétrole mexicain : frein au développement d'un marché nord-américain de l'énergie », Observatoire des Amériques, Chronique 03-04, juin 2003, http://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/Chro_0304_petromex.pdf. (Page consultée le 23 novembre 2015).

(9) TRÉSOR PUBLIC, Mexique : adoption définitive de la réforme énergétique, p.1, https://www.tresor.economie.gouv.fr/File/403888, (Page consultée le 23 novembre 2015).

(10) THE ECONOMIST, The good oil boys club, 18 juillet 2015, http://www.economist.com/news/business/21657827-la... (Page consultée le 23 novembre 2015).

(11) DALLERY Thomas, ÉLOIRE Fabien et Jordan MELMIÈS, « L'incertitude au coeur des marchés concrets. Confrontation entre théorie post-keynésienne et sociologie économique structurale », Innovations, 2010, no.31, p. 15.

(12) CADET, Gérald, op. cit.

(13) OCDE, « Chapitre 2. Le Mexique peut-il mieux gérer son économie pétrolière ? », Études économiques de l'OCDE, 2009, no. 11, p.2.

Dernière modification: 2015-11-30 07:46:13

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Mexique : le PRI en chute libre
>janvier 2019


Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?
>octobre 2018


Mexique : des débats révélateurs des préoccupations citoyennes
>septembre 2018


Retour en force au Mexique : à la conquête d'une présidence autrefois « volée »
>mars 2018


Réouverture de l'ALENA : match nul pour le Mexique
>octobre 2017


La « révolution en herbe » des Amériques : vers une libéralisation du cannabis au Mexique
>novembre 2016


Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?
>novembre 2015


La justice mexicaine impuissante face à l'affaire des étudiants disparus
>octobre 2015


Un James Bond pour redorer l'image du Mexique
>mars 2015


Mexique : le déclin de Pena Nieto
>janvier 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019