Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

9 September 2006

Fin de l'impasse électorale mexicaine : Calderon vainqueur


Olivier Bertrand Fontaine
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2018
Élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador à la présidence du Mexique

September
2017
Tremblement de terre dévastateur au Mexique

July
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

June
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

July
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

July
2000
Élection de Vicente Fox à la présidence du Mexique

January
1994
Début du soulèvement des Indiens du Chiapas, au Mexique

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

July
1988
Élection de Carlos Salinas de Gortari à la présidence du Mexique

September
1985
Tremblement de terre meurtrier au Mexique

July
1982
Élection de Miguel de la Madrid Hurtado à la présidence du Mexique

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

June
1975
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Mexico

October
1968
Répression d'une manifestation étudiante sur la Place des trois cultures à Mexico

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 2 juillet 2006, les Mexicains se sont rendus aux urnes pour déterminer qui, de Andres Manuel Lopez Obardor ou de Felipe Calderon, accéderait à la présidence mexicaine. Calderon représentait la droite, successeur de Vicente Fox, sous la bannière du Parti d'action nationale (PAN), alors qu'Obrador, ancien maire de Mexico, était candidat du Parti révolutionnaire démocratique (PRD) (1).

Les premiers résultats préliminaires fournis par l'Institut électoral fédéral (IFE) le 3 juillet, donnaient Obrador vainqueur. Cependant, on estimait l'écart entre les deux candidats à 400 000 voix (2). Face à ces résultats serrés, l'IFE annonçait un nouveau dépouillement pour le 5 juillet. Suite au nouveau décompte, Obrador et Calderon obtenaient respectivement, 35,4% des voix contre 36,4% (3), alors que le PRI (Parti de la révolution démocratique), qui a longtemps exercé un monopole sur la scène politique mexicaine, se retrouvait au troisième rang avec 21,5% des voix (4).

Controverse

Devant ces résultats serrés, les deux principaux candidats au poste présidentiel se sont proclamés vainqueurs (5). Par la suite, le candidat de gauche, Lopez Obrador, a exigé un recomptage complet de tous les bulletins de votes car la victoire se dirigeait du côté de Calderon. D'après Obrador, selon les chiffres fournis par l'IFE trois millions de bulletins de votes étaient manquants (6).

Face à la controverse, l'IFE a procédé à la vérification des procès verbaux des 130 500 bureaux de votes. Comme le stipule la loi mexicaine, un nouveau dépouillement bulletin par bulletin doit être effectué dans les bureaux où des anomalies sont constatées (7). Début juillet, suite aux procédures de révision, l'IFE déclarait Calderon vainqueur par 0,6 % (8). Le Tribunal électoral fédéral (TRIFE), la dernière instance électorale mexicaine chargée de recevoir les plaintes et de valider le bon déroulement du scrutin, avait comme date butoir le 6 septembre pour déclarer le vainqueur officiel (9). À la fin août, après avoir refusé le recomptage complet des bulletins de votes et la majorité des 375 plaintes pour fraude électorale déposée par Obrador, le TRIFE confirmait la validité de l'élection du 2 juillet. Globalement, 10% des bureaux de votes ont été soumis à un recomptage partiel (10).

Parallèlement à ces démarches institutionnelles, Obrador et ses partisans ont manifesté à plusieurs reprises devant les institutions politiques mexicaines. Ils ont aussi bloqué et bloquent encore plusieurs artères importantes du centre-ville de Mexico, mesure impopulaire et grandement critiquée par les citoyens de la capitale (11).

Situation actuelle

Somme toute, les recomptages et les annulations de bulletins de votes n'auront pas profité à Obrador. En effet, le 6 septembre, suite aux mesures entamées par les institutions mexicaines, le Tribunal électoral a confirmé la validité de l'élection et a proclamé Felipe Calderon vainqueur par 234 000 voix (12). Le TRIFE avait constaté certaines irrégularités et dénoncé la participation excessive du président Vicente Fox, sans toutefois considérer l'élection comme invalide (13).

De son côté, Obrador continue de considérer l'élection de juillet comme illégitime et frauduleuse. Ce dernier appelle à la résistance et à la création d'institutions politiques parallèles « légitimes » (14). Les positions fermes d'Obrador sont discutables. D'une part, on oublie que le PRD composera une force parlementaire importante avec le nombre de sièges qu'il a obtenu en chambre. D'autre part, selon un récent sondage, la popularité du candidat de gauche diminue et donne à Calderon 54% d'appui contre 30% pour Obrador (15). Reste à voir si la situation demeurera stable jusqu'à la prise de pouvoir officielle de Calderon prévue pour le 1er décembre 2006.




Références:

1. FAUX, Frédéric, «Duel droite/gauche à la tête du Mexique», La Presse, dimanche 2 juillet 2006, p. A10.

2. FAUX, Frédéric, «Le Mexique en attente, Calderon Président...pour l'instant», La Presse, mardi 4 juillet 2006, p. A3.

3. AFP; Reuters, «Coude à coude au Mexique, Lopez Obardor demande un recomptage complet», Le Devoir, mercredi 5 juillet 2006, p. a5.

4. AFP, «Le Mexique plongé dans l'attente», Le Devoir, mardi 4 juillet 2006, p. b1.

5. AFP, «Le Mexique plongé dans l'attente», op. cit.

6. AFP; Reuters, «Coude à coude au Mexique, Lopez Obardor demande un recomptage complet», op.cit.

7. JOONEED, Khan, «La gauche légèrement en tête au Mexique», La Presse, jeudi 6 juillet 2006, p. A17.

8. AP, «Mexique, décision électorale ce matin», La Presse, lundi 28 août 2006, p. A10.

9. AFP, «Recomptage électoral refusé au Mexique», Le Devoir, lundi 7 août 206, p. b3.

10. STERN, Babette, «Le Mexique entre deux présidents, Obrador menace de s'autoproclamer chef de l'Etat si la victoire de son rival est confirmée», Libération, no. 7871, mardi 29 août 2006, p. 11

11. AFP, «Recomptage électoral refusé au Mexique», op.cit.

12. STOLZ, Joëlle, «Calderon est proclamé président du Mexique», Le Monde, jeudi 7 septembre 2006, p. 6.

13. Loc. cit.

14. Loc. cit.

15. Loc. cit.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016