2 avril 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

9 septembre 2006

Slovaquie : Une coalition hétéroclite prend le pouvoir


Renaud Gosselin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2003
Annonce de l'adhésion de dix pays à l'Union européenne

janvier
1993
Division de la République fédérative tchèque et slovaque en deux États séparés

décembre
1989
Accession de Vaclav Havel à la présidence de la Tchécoslovaquie

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

janvier
1977
Création de la Charte 77 en Tchécoslovaquie

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

mars
1969
Victoires de la Tchécoslovaquie contre l'Union soviétique aux championnats du monde de hockey sur glace, à Stockholm

août
1968
Intervention des troupes du pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie

mai
1955
Signature du pacte de Varsovie

décembre
1952
Exécution de Rudolf Slansky en Tchécoslovaquie

février
1948
Prise de contrôle du gouvernement par les communistes en Tchécoslovaquie

janvier
1948
Entrée en vigueur de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

Le 17 juin dernier, les quatre millions d'électeurs slovaques appelés aux urnes ont porté au pouvoir le parti socialiste Direction-Démocratie sociale (SMER) et son chef, Robert Fico. Récoltant le meilleur score, soit 29,4% des suffrages, le SMER détrône ainsi le Parti Chrétien-Démocrate (SDKU) de Mikulas Dzurinda, formation de centre-droit à la tête du pays depuis 1998(1).

La victoire du SMER n'est toutefois pas totale, le parti n'ayant pu récolter une majorité de sièges au Parlement slovaque. Afin de combler ce manque et de pouvoir ainsi compter sur l'appui de 85 des 150 députés du Parlement, les socialistes de Fico n'ont pas hésité à former une alliance avec deux partis extrémistes : le Parti national slovaque (SNS), formation xénophobe d'extrême droite dirigée par Ján Slota, ainsi que le Mouvement pour une Slovaquie démocratique (HZDS) de l'ancien président Vladimir Meciar, parti ultra nationaliste.

Une alliance SMER-SDKU semblait par ailleurs impossible, les critiques de Fico envers l'ex-président chrétien-démocrate, alors au pouvoir, ayant été trop cinglantes. Les partis modérés ont de plus tourné le dos aux socialistes, ne souhaitant pas, contrairement au SMER, la rupture des politiques adoptées sous Dzurinda(2).

Référendum sur les réformes Dzurinda

Ces élections se sont justement avérées être, en majeure partie, un référendum sur les réformes économiques libérales mises sur pied par l'administration chrétienne-démocrate de Dzurinda depuis 1998. Parmi les plus importantes, notons l'imposition de la «flat tax» (impôt unique) de 19% aux particuliers et aux entreprises, la privatisation de plusieurs sociétés d'État ainsi que l'abolition de la gratuité des soins de santé. Ces mesures d'«assainissement» des finances publiques et d'attrait des investisseurs étrangers ont brusquement fait grimper le taux de croissance économique de la Slovaquie à plus de 5% par an depuis 2002 et lui a permis, le 1er mai 2004, d'intégrer l'Union européenne(3).

Si ce décollage économique profite globalement au «nouveau dragon d'Europe centrale», surnom donné à la Slovaquie en raison de la stupéfiante croissance de son économie, il laisse toutefois de côté de nombreux Slovaques(4). En effet, le taux de chômage du pays stagne toujours à 15% tandis que la moitié de la population vit avec moins de 900 000 couronnes (242 euros) par mois, et ce, alors que le coût de la vie augmente sans cesse et que le système de santé, partiellement privatisé, se fait dispendieux(5).

Le SMER, avec son slogan «une Slovaquie plus sociale» et ses promesses de supprimer les réformes Dzurinda, en particulier celles de la «flat tax» et de la privatisation du système de santé, est donc apparu comme une bonne solution de rechange pour les exclus du démarrage économique(6).

Défis du gouvernement Fico

Les défis de ce nouveau gouvernement sont toutefois énormes. Pour appliquer son programme social et ainsi respecter ses promesses, Fico devra en premier lieu convaincre les partis avec lesquels il a formé une alliance de l'appuyer, ce qui, selon le politologue slovaque Radovan Geist, pourrait vraisemblablement l'obliger à faire plusieurs compromis(7).

Le gouvernement Fico devra aussi s'assurer que ses politiques sociales ne fassent fuir les investissements étrangers, de façon à maintenir la croissance économique, et qu'elles évitent de replonger les finances publiques dans le déficit. Ce dernier point est particulièrement important étant donné la promesse du nouveau premier ministre et de son ministre des Finances, Jan Pociatek, de faire adopter l'euro à leur pays en 2009. Or, le déficit d'un pays qui souhaite entrer dans la «zone euro» ne doit dépasser 3% de son PIB; celui de la Slovaquie est actuellement évalué à 4,2%, ce qui veut dire qu'il doit diminuer d'au moins 1,2% d'ici 2009(8).

Les socialistes de Fico devront finalement calmer les ardeurs des partis extrémistes de leur coalition, que plusieurs analystes slovaques surnomment d'ailleurs «coalition-catastrophe», vu le côté hétéroclite de cet ensemble politique. En effet, l'alliance avec le SNS de Slota, personnage aux tendances xénophobes, inquiète grandement les socialistes d'Europe qui craignent de voir le nouveau gouvernement slovaque adopter des politiques discriminatoires envers ses nombreuses minorités(9).

L'inclusion au sein de cette alliance du HZDS et de son chef, l'ex-président nationaliste Meciar qui, de 1993 à 1998, dirigea le pays d'une main de fer et l'isola du reste de la communauté internationale, fait aussi craindre aux investisseurs étrangers le retour de l'isolationnisme en Slovaquie(10).




Références:

(1) LA PRESSE CANADIENNE, «Slovaquie : Dzurinda reconnaît sa défaite», 18 juin 2006

(2) PICARD, Maurin, «La "coalition-catastrophe"», Le Soir, 4 juillet 2006

(3) PICARD, Maurin, «La Slovaquie s'engage sur la voie de l'isolationnisme», Le Figaro, 19 août 2006

(4) PICARD, Maurin, «La "coalition-catastrophe"», Le Soir, 4 juillet 2006

(5) DUPONT, Stéphane, «La Slovaquie tentée par l'alternance, malgré ses très bons résultats économiques», Les Échos, 16 juin 2006, p. 6

(6) PICARD, Maurin, «La "coalition-catastrophe"», Le Soir, 4 juillet 2006

(7) DUPONT, Stéphane, «La Slovaquie tentée par l'alternance, malgré ses très bons résultats économiques», Les Échos, 16 juin 2006, p. 6

(8) PICARD, Maurin, «La Slovaquie s'engage sur la voie de l'isolationnisme», Le Figaro, 19 août 2006

(9) PICARD, Maurin, «La "coalition-catastrophe"», Le Soir, 4 juillet 2006

(10) PICARD, Maurin, «Le gouvernement rouge-brun se veut rassurant», Le Soir, 7 août 2006, p. 6

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'assassinat d'un journaliste provoque la chute du gouvernement slovaque
>septembre 2018


Victoire amère du Parti social-démocrate en Slovaquie : la montée de l'extrême droite
>septembre 2016


Élections législatives en Slovaquie : un Conseil stable ?
>février 2016


La zone euro accueille un 16e membre le jour de son 10e anniversaire
>février 2009


Regard comparatif : participation électorale Europe de l'Est et Europe de l'Ouest
>novembre 2006


Slovaquie : Une coalition hétéroclite prend le pouvoir
>septembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019