Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

12 September 2015

Le spectre plane toujours


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Sept ans déjà se sont écoulés depuis l'éclatante chute de la banque américaine d'investissement, Lehman Brothers. Dans les dernières heures avant qu'il ne déclare faillite, ce géant de la finance avait vainement sollicité l'aide du gouvernement américain (via son secrétaire au Trésor, Henry Paulson), mais le sauvetage n'a jamais eu lieu. Cette décision a été lourde de conséquences et avait créé une onde de choc qui a plongé les États-Unis, ainsi que le monde entier, dans une profonde crise économique, aussi grave que celle de 1929.

Le consensus

À l'époque, en plein coeur de cette tempête financière, on dévoilait la culture de la spéculation (et de l'appât du gain) qui avait gagné les milieux financiers, notamment Wall Street et la City, et qui avait mené à cette situation de crise : les produits financiers toxiques dont les fameux prêts hypothécaires Subprimes, la finance opaque, les bilans comptables arrangés, les primes déraisonnables des dirigeants, etc.

Dans cette foulée, tous réclamaient une plus grande régulation des activités bancaires, une régulation davantage stricte et plus uniformisée. Des personnalités politiques populaires s'étaient aussi dressées pour exiger un changement de culture des marchés financiers, comme l'ancien président français, Nicolas Sarkozy, qui voulait «humaniser et moraliser le capitalisme».

L'objectif était très clair : il fallait prévenir l'émergence d'épisodes similaires, où les gouvernements (et les contribuables) devaient réparer les pots cassés lorsque des joueurs «irresponsables» tombaient à nouveau. D'autant plus que s'il devait y avoir un Lehman Brothers 2.0, les capacités des États seraient beaucoup plus limitées pour soutenir de nouveaux plans d'aide : leur endettement dû à la première crise est déjà rendu à un niveau intenable.

Or ces prises de position spectaculaires ne se sont pas nécessairement traduites par des avancées significatives sur le plan de la régulation. Peu de progrès réels ont été constatés sur le terrain depuis la crise, et si la régulation progresse, sa marche sera passablement longue. À titre d'exemple, plusieurs dispositions des nouvelles réglementations exigées des institutions bancaires, dans le cadre des Accords de Bâle III, ne seront pas réellement opérationnelles avant 2019.

Le risque systémique

Le plus inquiétant - ou le plus naïf - encore, c'est de croire qu'en balisant les activités financières dans quelques pays, par exemple les États-Unis, la question serait réglée. On oublie que dans des marchés décloisonnés comme ceux dans lesquels nous évoluons depuis plus de deux décennies, il est très difficile, voire impossible pour un pays, d'éviter les risques systémiques, souvent liés à des bulles spéculatives : autrement dit, éviter l'effet de contagion venant d'autres pays.

En effet, les turbulences économiques qui marquent la Chine depuis quelques mois, et plus fortement, depuis juin dernier, sont significatives à cet égard. Les effets des problèmes financiers de la Chine sur les économies d'autres pays, comme le nôtre, prouvent l'absence d'étanchéité entre ceux-ci et viennent nous rappeler qu'aucun marché n'est immunisé contre les dérapages liés à la spéculation boursière, qui peuvent se produire dans d'autres pays, même sur d'autres continents.

En ce sens, s'il devait y avoir une régulation, celle-ci devrait s'appliquer de manière uniforme sur tous les marchés afin d'avoir un impact réel et limiter efficacement les risques de contagion dans une économie mondialisée décloisonnée. Plus encore, cette régulation sur les marchés financiers doit porter en elle des moyens rigoureux et efficaces pour lutter contre les excès provoqués par la spéculation.

Interdépendance

Dans sa déclaration de clôture du sommet du G20 à Pittsburgh, en septembre 2009, un an tout juste après le déclenchement de la crise, le président Obama déclarait : «Du fait que l'économie mondiale est maintenant fondamentalement interdépendante [...], nous sommes convenus de prendre des mesures concrètes en vue de l'adoption d'une nouvelle réglementation financière stricte de sorte que des crises comme celle-ci ne puissent plus se reproduire. Plus jamais ne devrions-nous laisser les agissements d'une poignée d'imprudents mettre en danger le système financier du monde, et le bien-être de nos concitoyens. [...] Cette période est révolue.»

Obama était-il trop optimiste? Décidément, s'il y a des enseignements à tirer des turbulences économiques qui ont marqué cet été, notamment celles du marché chinois, c'est que la période de danger est tout sauf révolue!



Dernière modification: 2015-09-21 16:05:59

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016