18 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 septembre 2015

Copier-coller de 2010 aux législatives éthiopiennes


Claudine Samson
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2000
Acceptation d'une trêve mettant fin à la guerre entre l'Éthiopie et l'Érythrée

mai
1993
Proclamation de l'indépendance de l'Érythrée

avril
1988
Signature d'un accord de paix mettant fin à la guerre de l'Ogaden

octobre
1984
Diffusion d'un reportage troublant à la BBC sur la famine en Éthiopie

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

juin
1977
Début de la guerre entre la Somalie et l'Éthiopie

septembre
1974
Déposition de l'empereur éthiopien Haïlé Sélassié

mars
1964
Conclusion d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit entre la Somalie et l'Éthiopie

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

C'est le 24 mai 2015 que se sont déroulées les cinquièmes élections législatives en Éthiopie depuis l'instauration de la démocratie en 1995. C'est sans surprise que le Front Démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (EPRDF), parti dirigé par le premier ministre Hailemarian Desalegn, a repris le pouvoir.

Des résultats électoraux prévisibles

Depuis 24 ans déjà, l'EPRDF domine le pouvoir politique éthiopien et les partis d'opposition sont presque absents de la scène politique (1). Même avant le dépouillement des votes, les médias nationaux, et même internationaux, s'entendaient pour dire que les élections étaient jouées d'avance : « Un scrutin sans beaucoup de suspense, car le parti hégémonique de l'homme fort disparu Meles Zenawi a verrouillé l'espace politique et social et a marginalisé l'opposition (2). » RFI les voix du monde affirme même que : « [...] la seule inconnue concernerait l'ampleur de sa victoire (3) ».

Sur 547 circonscriptions, 500 ont été remportées par l'EPRDF et les 47 autres par de petits partis régionaux de coalition alliés au EPRDF (4). Une victoire écrasante du parti favori, au même titre que lors des élections de 2010 alors que l'EPRDF avait remporté les élections haut la main en obtenant 545 sièges (5). Environ 36,8 millions d'Éthiopiens étaient inscrits sur la liste électorale et le taux de participation s'est élevé à 85% (6).

Malgré les 6000 candidats provenant de 58 partis différents enregistrés par la Commission électorale nationale, les opposants au pouvoir se sont fait discrets les jours précédant les élections. Le parti de Desalegn était lui omniprésent lors de la campagne électorale. En effet, l'abeille, emblème du parti, tapissait les murs de la capitale (7). Le deuxième parti ayant le plus de partisans après l'EPRDF était le parti Semayawi, ou Parti bleu, dirigé par Yilkal Getnet. Celui-ci n'a par contre pas remporté de siège, comparativement à 2010 alors que le Parti bleu avait récolté un unique siège (8).

Lors de la campagne électorale, l'EPRDF a misé sur les avancées qu'a connues le pays depuis son arrivée au pouvoir pour séduire l'électorat. Par exemple, la croissance économique, qui a atteint 10% dans les dernières années, et les projets d'aide aux agriculteurs qui représentent plus de 80% de la population (9). Soulignons que l'Éthiopie a l'un des taux de croissance les plus importants de l'Afrique. La campagne électorale a aussi été marquée par l'enjeu de la lutte à la radicalisation, l'Éthiopie étant un allié clé des Occidentaux en ce qui concerne l'extrémisme. Elle est aussi dotée d'une armée non négligeable (10).

Une démocratie remise en question

À la suite des élections, Amnistie Internationale a déclaré que la campagne électorale avait été ternie par une violation des droits fondamentaux, tels que les droits d'expression et d'association, et par des tentatives d'étouffement de toute forme de multipartisme (11). Nombreux sont les journalistes, manifestants, blogueurs et opposants au parti au pouvoir qui ont été arrêtés et emprisonnés. Sur 400 candidats enregistrés au sein du parti d'opposition, le parti Semayani, seulement 139 ont pu réellement se présenter aux élections; les autres ont vu leur candidature mystérieusement annulée (12). Les candidats des autres partis ont subi de l'intimidation et même des violences de la part de l'EPRDF. Toutefois, ces accusations d'Amnistie Internationale ont été démenties par le gouvernement.

De plus, au contraire des élections de 2005 et 2010, les observateurs internationaux des États-Unis et de l'Union européenne n'ont pas été invités à celles de 2015; seulement l'Union africaine était présente. L'EPRDF a été accusé de surveillance accrue, de tentative de contrôle des élections et d'irrégularités lors des scrutins (13).

Depuis 1995, des élections dites démocratiques ont lieu tous les cinq ans en Éthiopie. Depuis cette date, l'EPRDF domine le paysage politique et le volet démocratique de ces élections est remis en question par les organisations non gouvernementales et les opposants au pouvoir. Ceux-ci ont même demandé à la communauté internationale d'enquêter sur le sujet. Est-ce que ces revendications seront entendues? Les élections de 2020 seront-elles un copier-coller de 2015?




Références:

(1) BBC Afrique. « Élections législatives en Éthiopie », 24 mai 2015, http://www.bbc.com/afrique/region/2015/05/150524_e... (page consultée le 7 septembre 2015).

(2) RFI les voix du monde. « Éthiopie : des élections générales sans suspense ni enjeux », 24 mai 2015, http://www.rfi.fr/afrique/20150524-ethiopie-electi... (page consultée le 7 septembre 2015).

(3) Loc.cit.

(4) La Presse. « Élections en Éthiopie : les partis du pouvoir remportent la quasi-totalité des sièges », 22 juin 2015, http://www.lapresse.ca/international/afrique/20150... (page consultée le 7 septembre 2015).

(5) Jeune Afrique. « Éthiopie : ouverture des bureaux de vote, l'EPRDF au pouvoir favori », 24 mai 2015, http://www.jeuneafrique.com/depeches/232635/politi... (page consultée le 7 septembre 2015).

(6) Le Monde Afrique. « Des élections sans suspense en Éthiopie », 25 mai 2015, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/05/25/d... (page consultée le 7 septembre 2015).

(7) Le Monde Afrique. « À la recherche des rares opposants éthiopiens », 22 mai 2015, 2015, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/05/22/a... (page consultée 2015).

(8) Loc.cit.

(9) Le Monde Afrique. « Éthiopie : écrasante victoire de la coalition aux pouvoir aux législatives », 27 mai 2015. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/05/27/e... (page consultée le 7 septembre 2015).

(10) La Presse, op.cit.

(11) Amnesty International. « Éthiopie. Les élections ont été précédées par une offensive contre les droits humains », 22 mai 2015, https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/05/eth... (page consultée le 7 septembre 2014).

(12) Carter Center. « Ethiopia votes with ruling party almost certain to return », 24 mai 2015, http://www.dw.com/en/ethiopia-votes-with-ruling-pa... (page consultée le 7 septembre 2015).

(13) RFI les voix du monde, op. cit.

Dernière modification: 2015-09-21 07:49:43

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Abiy Ahmed sonne le glas des conflits en Éthiopie
>octobre 2018


Opinions mitigées sur la nomination du directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé
>octobre 2017


Éthiopie : La répression au service de la stabilité
>janvier 2017


Sommet économique éthiopien : audace et ambition au rendez-vous
>janvier 2016


2015 : année décisive pour l'atteinte des objectifs mondiaux de développement durable
>octobre 2015


Copier-coller de 2010 aux législatives éthiopiennes
>septembre 2015


L'ethnie oromo en Éthiopie : d'épicentre historique à groupe rebelle réprimé
>novembre 2014


Éthiopie : l'opposition est en marche
>septembre 2013


L'Union africaine : d'un chef à l'autre
>février 2010


Échec total des troupes éthiopiennes en Somalie
>janvier 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019