6 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 octobre 2018

Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir


Eugénie Larente-Richer
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

avril
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

août
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

avril
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

décembre
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

octobre
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

juin
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

janvier
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

janvier
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir Le 28 octobre 2018, le Brésil s'est exprimé lors du deuxième tour de l'élection présidentielle. C'est le candidat du Parti social-libéral (PSL), Jair Bolsonaro, qui a été élu avec 55,13 % des voix (1). Celui-ci a été maintes fois qualifié de « Donald Trump tropical » par les médias du monde entier (2). En effet, le président élu brésilien a tenu des propos misogynes et xénophobes tout au long de sa campagne électorale, laissant présager un recul des droits des minorités sexuelles et des femmes dans le futur.

Un militaire libéral

Malgré une carrière politique assez substantielle, Jair Bolsonaro se présente tel un nouveau candidat qui ne ferait pas partie de l'establishment politique. En effet, ce dernier est un ancien capitaine de l'armée brésilienne et a été député au palier fédéral pendant 26 ans (3).

Le président élu brésilien a fait campagne en affichant des valeurs particulièrement conservatrices. Bolsonaro se dit défenseur des valeurs chrétiennes et a orienté sa campagne électorale autours d'enjeux similaires à ceux qui ont été exploités lors de celle de Donald Trump. Effectivement, l'enjeu de la sécurité des citoyens a été central lors des débats. La santé, l'éducation et l'économie apparaissaient également comme des enjeux prioritaires dans sa plateforme électorale (4).

Bolsonaro souhaite augmenter la présence des forces de police dans les rues du pays afin de faire face à la hausse de la criminalité et aux statistiques alarmantes concernant les homicides. Il souhaite également placer de nombreux militaires à des postes de ministres au sein de son futur gouvernement (5).

En ce qui a trait à sa vision de l'économie, ses propositions sont calquées sur le travail de l'économiste libéral brésilien Paulo Guedes, un proche collaborateur et conseiller. Il souhaite d'ailleurs le nommer ministre de l'Économie. Des termes et expressions tels que création d'emplois, hausses de salaires, privatisation et entreprenariat font partie de la plateforme politique du PSL qui s'inspire du libéralisme économique (6).

Dans l'ensemble, les propositions de Bolsonaro sont polarisantes et font réagir. La question des droits des minorités sexuelles et des femmes n'est pas en reste. En effet, le nouveau président brésilien est particulièrement controversé à ce sujet et des femmes ont appelé à la mobilisation (7).

« Pas assez belle, même pour être violée »

Ces mots qui peuvent porter à faire réagir sont ceux de Jair Bolsonaro à l'égard de l'une de ses collègues du Congrès (8). Plusieurs propos de ce même ordre ont été exprimés sur la scène publique par le président au cours des dernières années (9). Des insultes répétitives faites à l'endroit des minorités sexuelles et des femmes ont mené à une poursuite du candidat en justice pour incitation à la haine par le procureur général du Brésil (10).

Ces propos ont choqué et surtout inquiété une partie de l'électorat féminin brésilien. Ludmilla Teixeira, une activiste brésilienne, a créé la page Facebook « Les femmes contre Bolsonaro », conscientisant 3,9 millions de femmes et espérant ainsi les mobiliser. Le mot clic « #EleNão » (pas lui) a également été créé, en vain (11).

Le programme électoral officiel de Bolsonaro ne mentionne en aucun point les droits des minorités sexuelles telles que les lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels et queers (LGBTQ). Il en est de même pour la question de l'avortement, alors que ce droit n'est pas encore totalement légalisé. Présentement, une interruption volontaire de grossesse (IVG) n'est légale que lorsqu'il y a eu viol, qu'il y a un risque pour la mère ou que le fœtus présente une malformation. Bolsonaro a toutefois promis d'apposer son veto présidentiel à toute tentative d'assouplissement de la loi sur les IVG (12).

Dans les derniers milles avant le deuxième tour de l'élection, le candidat à la présidence avait nuancé son discours concernant les femmes et la communauté LGBTQ. Il souhaitait alors former un gouvernement pour tous et a même mentionné « que les homosexuels allaient être heureux s'il était élu (13) ».

Cependant, les droits des femmes et des minorités sexuelles semblent ainsi fragiles aux lendemains de son élection. Tel que l'écrivaine Simone de Beauvoir l'avait dit, « il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis (14). »

Médiagraphie

(1) Dorian Girard, « Élections au Brésil : ultralibéral et antisystème, le programme de Jair Bolsonaro », Le Monde, 25 octobre 2018, [hyperlien] (29 octobre 2018).

(2) Tom Phillips, « Trump of the tropics: the 'dangerous' candidate leading Brazil's presidential race », The Guardian, 19 avril 2018, [hyperlien] (29 octobre 2018).

(3) Eliane Brum, « How a homophobic, misogynist, racist ‘thing' could be Brazil's next president », The Guardian, 6 octobre 2018, [hyperlien] (29 octobre 2018).

(4) Tom Phillips, op. cit.

(5) Dorian Girard, op. cit.

(6) Loc. cit.

(7) Eliane Brum, op. cit.

(8) Márcio Falcão, Gabriela Guerreiro, « Para rebater deputada, Bolsonaro diz que não a 'estupraria' », Folha S. Paulo, 29 octobre 2018, [hyperlien] (29 octobre 2018).

(9) Eliane Brum, op. cit.

(10) Ernesto Londoño, « Right-Wing Presidential Contender in Brazil Is Charged With Inciting Hatred », The New York Times, 14 avril 2018, [hyperlien] (29 octobre 2018).

(11) Eliane Brum, op. cit.

(12) L'OBS, « Brésil : 5 mesures chocs du programme de Jair Bolsonaro », 29 octobre 2018, [hyperlien] (29 octobre 2018).

(13) Loc. cit.

(14) Rima Elkouri, « Ce mot qui commence par f… », La Presse, 19 septembre 2017, [hyperlien] (29 octobre 2018).



Dernière modification: 2018-11-05 07:05:12

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'agriculture au Brésil : relancer l'économie, mais à quel prix?
>septembre 2019


Le Brésil paralysé par une grève des routiers
>novembre 2018


Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir
>octobre 2018


Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien
>avril 2018


Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu
>septembre 2017


Petrobras : toxique pour l'État brésilien?
>avril 2017


La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie
>novembre 2016


Le Brésil au bord de la crise
>octobre 2016


Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée
>septembre 2016


JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais
>février 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019