22 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 septembre 2019

Varsovie : un sommet qui divise


Sarah-Loup Lessard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2015
Élection en Pologne du parti Droit et Justice

avril
2010
Écrasement d'un avion transportant le président polonais Lech Kaczynski

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

octobre
2007
Élection en Pologne d'un gouvernement dirigé par Donald Tusk

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2003
Annonce de l'adhésion de dix pays à l'Union européenne

juillet
1997
Annonce de l'intégration de la Hongrie, la Pologne et la République tchèque au sein de l'OTAN

mai
1997
Tenue d’un référendum constitutionnel en Pologne

décembre
1990
Élection de Lech Walesa à la présidence de la Pologne

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

septembre
1980
Fondation du syndicat Solidarnosc en Pologne

juin
1979
Premier voyage du pape Jean-Paul II en Pologne

octobre
1978
Élection du pape Jean-Paul II

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

décembre
1970
Soulèvements ouvriers dans plusieurs villes polonaises

juin
1956
Dénouement d'une grève spontanée à Poznan, en Pologne

mai
1955
Signature du pacte de Varsovie

octobre
1947
Annonce de la fondation du Kominform

janvier
1947
Tenue d'élections législatives en Pologne

Les 13 et 14 février 2019, une soixantaine de pays ont été invités à Varsovie, dans le cadre d'un sommet sur la sécurité au Moyen-Orient organisé conjointement par la Pologne et les États-Unis. Les motivations derrière cette conférence ont fait l'objet de maintes spéculations et ont influencé tant sa participation que son issue.

Ramifications de l'ordre du jour

Malgré l'intention vivement exprimée du côté des États-Unis de tenir une réunion visant à contenir « l'influence déstabilisatrice » de Téhéran, ceux-ci ont pris la décision de faire marche arrière à la suite d'objections européennes (1). À cet effet, le sommet portait le nom officiel de « conférence ministérielle pour la promotion de la paix et de la sécurité au Moyen-Orient ».

À cette nouvelle désignation suivait une mise à l'ordre du jour d'enjeux régionaux autres que la question iranienne (2). Selon le communiqué de la Maison-Blanche, le programme des pourparlers s'articulait autour du terrorisme, de l'extrémisme, du développement et de la prolifération des missiles, du commerce, de la sécurité maritime et des menaces posées par les groupes de substitution dans la région (3).

Des absents notables

En dépit de ces efforts diplomatiques, on continue de prêter des intentions à Washington. Tout d'abord l'Iran n'est pas invité, ce qui supporte l'hypothèse d'une tentative de coalition anti-iranienne (4). Pour ces motifs, des États tels que la Russie et le Liban vont boycotter la rencontre (5).

D'autres voient l'opportunité d'un rapprochement stratégique entre Israël, allié traditionnel des États-Unis et coanimateur de la conférence, et des pays du Moyen-Orient en concertation contre un ennemi commun dans la région (6). Ce qui est perçu par les autorités palestiniennes, qui ne participent pas non plus, comme un « complot américano-israélien visant à éliminer la cause palestinienne (7) ».

De ces motivations avancées, celle de rallier les puissances européennes derrière les États-Unis pour l'isolation de l'Iran est centrale. Rappelons que le président Donald Trump s'est retiré de l'accord de 2015 (JCPOA) visant un engagement de l'Iran de ne pas développer l'arme nucléaire en échange d'une levée des sanctions économiques, tandis que l'Union européenne (UE) a choisi de le maintenir (8). C'est pourquoi la présence européenne sera limitée, certains jugeant que le sommet va à l'encontre de cette entente. En effet, la plupart des membres de l'UE sont représentés par des délégués dits de second rang, ce qui envoie un message diplomatique quant à leur considération de l'évènement (9). La France n'y participe pas ainsi que la diplomate en chef de l'UE, Federica Mogherini (10).

Une rencontre constructive?

À l'issue de ce sommet fortement médiatisé, les constats divergent, mais nombre d'analystes s'entendent sur le fait qu'il n'a pas été des plus concluants.

De leur côté, les Américains, dans une déclaration officielle, saluent les efforts déployés à Varsovie où la large participation témoigne d'une volonté de la communauté internationale d'enrayer les facteurs d'insécurité au Moyen-Orient. Ils annoncent également la création de groupes de travail internationaux qui prévoient se réunir afin de promouvoir les intérêts de l'ensemble des États concernés (11).

Or, si l'effet escompté était véritablement de rallier l'Europe à leur cause, tel n'a pas été le cas. Durant la conférence, le vice-président américain Mike Pence a exhorté les Européens de se retirer de l'accord nucléaire et a annoncé de nouvelles sanctions envers l'Iran. Il a également dénoncé le maintien des échanges économiques malgré les sanctions américaines déjà établies. Pour la chef de la diplomatie de l'UE, l'application du JCPOA est une affaire de sécurité européenne. Elle est secondée par le diplomate allemand, Niels Annen. À cet égard, les États-Unis se sont plutôt éloignés de l'Europe à Varsovie (12).

Au Moyen-Orient même, les rapprochements entre Israël et des États arabes sont salués par certains et dénoncés par d'autres. À savoir s'il s'agit d'une contribution en matière de stabilité au Moyen-Orient, le verdict dépend de la source (13).

Dans l'État hôte, l'hebdomadaire de centre gauche Polityka regrette que « les efforts des diplomates polonais pour adoucir la rhétorique anti-iranienne imposée par les États-Unis et Israël n'aient servi à rien (14) ». Il déplore également le coût diplomatique que la Pologne doit assumer sans n'avoir rien obtenu en échange (15).

Médiagraphie

(1) Wintour, Patrick, « US backtracks on Iran-focused conference in Poland after objections », The Guardian, 23 janvier 2019, Traduction libre, URL [hyperlien] , consulté le 15 septembre 2019

(2) Jeune Afrique avec AFP, « Conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient : des absents de poids », Jeune Afrique, 13 février 2019, URL https://www.jeuneafrique.com/734424/politique/conference-de-varsovie-sur-le-moyen-orient-des-absents-de-poids/, consulté le 15 septembre 2019

(3) Boiron, Zoé, « Cinq questions pour comprendre la conférence sur la sécurité au Moyen-Orient », Le Figaro, 13 février 2019 [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(4) Smolensnki, Jan & Virginia Pietromarchi, « US-led Middle East conference in Warsaw : All you need to know », Aljazeera, Traduction libre, 13 février 2019, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(5) Loc. Cit.

(6) Tandon, Shaun de l'AFP « Washington presse les Européens de rompre avec l'Iran », 14 février 2019, La presse, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(7) Smolensnki, Jan & Virginia Pietromarchi, op. cit.

(8) Jeune Afrique avec AFP, op. cit.

(9) Tandon, Shaun de l'AFP, op. cit.

(10) Loc. cit.

(11) U.S. Department of State, « Co-chairs Statement on the Ministerial To Promote a Future of Peace and Security in the Middle East », Traduction libre, 14 février 2019, URL https://www.state.gov/co-chairs-statement-on-the-ministerial-to-promote-a-future-of-peace-and-security-in-the-middle-east/, consulté le 15 septembre 2019

(12) Tandon, Shaun de l'AFP, op. cit.

(13) Wintour, Patrick, « European powers to present cool front at Warsaw summit », The Guardian, 12 février 2019, Traduction libre, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(14) « Diplomatie. La conférence de Varsovie, la naissance d'une coalition contre l'Iran? », Courrier international, 15 février 2019, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(15) Loc. cit.



Dernière modification: 2019-09-23 14:46:59

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Avenir incertain pour le parti Spring en Pologne
>octobre 2019


Varsovie : un sommet qui divise
>septembre 2019


Une confrontation entre la Pologne et l'Union européenne
>octobre 2018


Pologne : des mouvements migratoires inégaux
>avril 2017


L'avortement en Pologne : volte-face du gouvernement
>novembre 2016


Élections en Pologne : un vent de changements
>janvier 2016


Une surprise lors de l'élection présidentielle en Pologne
>septembre 2015


Donald Tusk : la détermination que l'Europe attendait
>janvier 2015


L'héritage controversé de Wojciech Jaruzelski
>septembre 2014


Le parcours d'un célèbre politicien polonais : Lech Walesa
>janvier 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019