Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 October 2016

Il y a 20 ans : Ross Perot, un candidat réformiste aux États-Unis


Erika Bisaillon
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Lors de l'élection présidentielle américaine de 1992, la candidature du milliardaire Ross Perot en tant qu'indépendant bouscule la scène politique américaine. Revêtant la figure de l'outsider en dénonçant le bipartisme traditionnel, il est qualifié de néo-populiste par le politologue Pierre-André Taguieff (1).

Homme d'affaires politisé

Ross Perot gradue de la U.S. Naval Academy au Maryland, en 1953, puis s'engage aussitôt dans la marine américaine. N'aimant pas son expérience, il quitte quatre ans plus tard et devient, dès 1957, commis chez IBM dans la division du traitement des données à Dallas (2). En 1962, Perot quitte, espérant fonder sa propre entreprise de traitement de données informatiques : Electronic Data Systems (EDS). En seulement vingt ans, il fait de EDS une des plus grandes sociétés de services technologiques au monde, le rendant milliardaire (3). Après avoir vendu l'entreprise à General Motors en 1984, il fonde, dès juin 1988, Perot Systems Corporation Inc., une entreprise de services aux technologies de l'information, dont Dell a fait l'acquisition en 2009.

Mis à part sa carrière d'homme d'affaires, Perot s'intéresse très tôt à la politique. Les questions des prisonniers de guerre et des soldats américains disparus durant la guerre du Viêt Nam lui tiennent particulièrement à coeur. Par sa ténacité à améliorer le traitement des prisonniers de guerre, Perot est perçu comme l'« avocat » des Américains retenus en Asie du Sud-Est (4). En décembre 1969, il affrète deux avions pour une mission de sauvetage et livrer des repas aux prisonniers de Hanoi. Mais n'étant pas autorisé à y atterrir, l'opération avorte. Durant la révolution iranienne, en 1979, Perot embauche une équipe paramilitaire afin de libérer, avec succès, deux salariés d'EDS emprisonnés en Iran. Opposé à la guerre du Golfe de 1991, il devient un critique sévère de l'administration de George Bush père.

En 2009, Perot reçoit le VA Secretary's Award pour avoir consacré sa vie au service des vétérans et de l'armée américaine (5).

L'équilibre budgétaire à tout prix!

Le 20 février 1992, Perot est invité sur le plateau de Larry King Live à CNN. Il y annonce son intention de se présenter comme candidat indépendant si ses partisans réussissent à ajouter son nom sur le bulletin de vote dans les cinquante États. Perot y déclare également être opposé au contrôle des armes à feu, souhaiter l'équilibre budgétaire fédéral, et vouloir la fin de la sous-traitance des emplois (6).

Le 25 septembre 1995, Perot propose une troisième voie en fondant le Reform Party of the USA. Il souhaite répondre aux désillusions des Américains envers leur système politique corrompu et cherche à mettre en place une autre option durable aux partis républicain et démocrate.

Le Parti réformiste vise, entre autres, l'équilibre du budget fédéral, assuré par la création d'un amendement qui obligerait le gouvernement à tenir des dépenses saines et à réduire la dette. Il vise également une réforme du financement des campagnes électorales, incluant des restrictions strictes et la suppression des comités d'action politique. Le Parti réformiste tient aussi à la refonte des systèmes de soins de santé et de l'impôt sur le revenu, et à l'imposition de restrictions sur le lobbying (7). Ce parti désire aussi la limitation du nombre de mandats des parlementaires et l'élection du président au suffrage direct. Opposé de manière générale aux accords de libre-échange, le parti s'affirme contre l'Accord de libre-échange nord-américain. Enfin, le Parti réformiste veut que les États-Unis quittent l'Organisation mondiale du commerce (8).

L'absence de propositions sur les moeurs dans le programme du Parti réformiste est notable. Les représentants du parti pensaient ainsi rejoindre davantage de gens en formant une coalition plus modérée.

Outsider néo-populiste par excellence

Lors de l'élection présidentielle américaine de 1992, Perot devient le premier candidat n'appartenant à aucun des deux principaux partis à faire un score notable depuis John Anderson en 1980. Surtout, il est le premier ayant une chance de gagner depuis l'ancien président Theodore Roosevelt en 1912 (9).

À l'été 1992, Perot triomphait dans les sondages californiens : 36 % des démocrates et 42 % des républicains affirmaient qu'ils voteraient pour lui en novembre (10). En juin, il arrive en tête des sondages avec 39 % des intentions de vote, devant le démocrate Bill Clinton et le républicain George H. W. Bush (11).

Perot a carrément bousculé le monde de la politique en amenant sur la table des problèmes jusqu'alors mis de côté, comme le déficit fédéral, le libre-échange ou la réforme de l'État. Soutenu par le groupe de pression United We Stand et abordant des thèmes négligés par ses adversaires (12), Perot suscite l'intérêt d'un grand nombre d'électeurs et reçoit, en novembre 1992, 18,9 % du suffrage populaire.

Au scrutin présidentiel de 1996, Perot se présente cette fois sous la bannière du Parti réformiste. Les lois électorales en vigueur l'obligent néanmoins à se présenter comme candidat indépendant dans plusieurs États.

Son influence sur la campagne de 1996 fut moins déterminante que lors de la précédente et il obtient seulement 8,4 % des voix. Cela dit, c'est un score inhabituellement élevé dans un pays où le bipartisme règne. L'exclusion de Perot aux débats présidentiels, à la suite d'un accord entre Bob Dole et Bill Clinton, explique en partie la chute de son score (13). En 1992, les débats présidentiels lui avaient permis de redoubler sa visibilité nationale.

Notons que Perot a mené une campagne non traditionnelle, basant la diffusion de son programme électoral sur des publicités de style « infomercial » de trente minutes sur les ondes télévisées (14). Ne prononçant des discours que très rarement, sa visibilité nationale a été affectée, ce qui lui a nui lors des scrutins.

Il est à noter que les contestations populistes américaines surviennent habituellement en période de crises économique ou politique graves (15). Le mouvement de Ross Perot, en 1992, reflétait en effet un certain mécontentement populaire et incarnait une forme de néo-populisme en dénonçant, entre autres, le bipartisme traditionnel associé à de vieilles élites politiques (16). Dans la foulée de l'élection présidentielle américaine de 2016, certains analystes comparent Donald Trump à Ross Perot. Une révolte populiste plane-t-elle sur les États-Unis?




Références:

(1) TAGUIEFF, Pierre-André. « Populisme », Encyclopædie Universalis, s.d., www.universalis-edu.com.ezproxy.usherbrooke.ca/enc... (page consultée le 7 octobre 2016).

(2) PEROT FOUNDATION. « H. Ross Perot », Perot Foundation, s.d., www.perot.com/OurTeam/Team/ExecutiveTeam/HRossPerot.aspx (page consultée le 9 octobre 2016).

(3) BIOGRAPHY.COM. « Ross Perot Biography », Bio, 2 avril 2014, www.biography.com/people/ross-perot-9438032 (page consultée le 9 octobre 2016).

(4) WORLD NEWS DIGEST. « Presidential Campaign: Biographies of Perot and Stockdale », World News Digest, 8 octobre 1992, http://wnd.infobaselearning.com.ezproxy.usherbrook... (page consultée le 9 octobre 2016).

(5) PEROT FOUNDATION. op. cit.

(6) « Larry King-Ross Perot's 1st Appearance », Youtube, www.youtube.com/watch?v=PfMW3xYhitQ (page consultée le 9 octobre 2016).

(7) ENCYCLOPAEDIA BRITANNICA. « Ross Perot : American businessman », Encyclopædie Britannica, 28 avril 2016, www.britannica.com/biography/Ross-Perot (page consultée le 9 octobre 2016).

(8) « Ross Perot in 1992 on NAFTA and the "Giant Sucking Sound" », Youtube, www.youtube.com/watch?v=xQ7kn2-GEmM (page consultée le 9 octobre 2016).

(9) BIOGRAPHY.COM. op. cit.

(10) TAGUIEFF, Pierre-André. op. cit.

(11) GAGNÉ, Simon. « Pour en finir avec "Clintrump" », Le Soleil, 19 août 2016, www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/chroniques/je... (page consultée le 8 octobre 2016).

(12) ENCYCLOPAEDIA BRITANNICA. op. cit.

(13) RICHARDS, Paul. « Do the debates unfairly shut out third parties? », CBS news, 15 octobre 2012, www.cbsnews.com/news/do-the-debates-unfairly-shut-... (page consultée le 8 octobre 2016).

(14) ENCYCLOPAEDIA BRITANNICA. op. cit.

(15) VANDAL, Gilles. « La revenche des populistes américains », Perspective Monde, 24 février 2010, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 7 octobre 2016).

(16) ENCYCLOPAEDIA UNIVERSALIS. Dictionnaires des idées, Éditions Encyclopaedia Universalis, 27 octobre 2015, 2317 p.

Dernière modification: 2016-10-17 11:41:54

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016