Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

10 décembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

4 October 2016

Syrie: rien ne va plus


Jessica Dionne
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

December
2015
Fin d'une année record pour le nombre de déplacés dans le monde

August
2013
Utilisation d'armes chimiques à Ghouta, en Syrie

March
2011
Intensification de la contestation en Syrie

February
2005
Assassinat de l'ex-premier ministre libanais Rafiq Hariri

October
1989
Signature de l'accord de Taëf sur la paix au Liban

June
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

February
1982
Début d'un conflit entre l'armée syrienne et les Frères musulmans à Hama

October
1973
Début du premier «choc pétrolier»

October
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

April
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

March
1971
Accession de Hafez el-Assad à la présidence de la Syrie

August
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

June
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

February
1966
Renversement du gouvernement en Syrie

January
1958
Proclamation de la création de la République arabe unie

April
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

January
1948
Entrée en vigueur de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

April
1946
Proclamation d'indépendance de la Syrie

Depuis les évènements connus sous le nom de « printemps arabe » en 2011, les combats en Syrie se sont transformés en un conflit qui touche la communauté internationale (1). La dernière tentative jusqu'à aujourd'hui pour faire stopper le conflit a été l'instauration d'un cessez-le-feu, entré en vigueur le 12 septembre 2016 (2). Toutefois, ce cessez-le-feu a été rompu le 15 septembre (3).

La transformation d'une rébellion en conflit extérieur

La Syrie est entrée dans le feu de la guerre il y a cinq ans, en mars 2011, lors des mouvements de protestation contre les pouvoirs en place qui ont secoué les pays arabes. Au départ, il s'agissait donc d'une lutte qui visait à destituer de sa fonction le président Bachar el-Assad. C'est en juillet 2011 qu'apparaît une branche de lutte armée, dont l'initiative est accordée au colonel Riyad al-Assad, et qui est composée, entre autres, de soldats déserteurs. Elle se donne le nom de « l'Armée syrienne libre » et a été créée en réaction à l'inaction de la communauté internationale. C'est seulement en octobre 2011 que cette dernière commence à chercher des solutions à la crise, tandis qu'en Turquie il y a une tentative d'organisation parmi les groupes d'opposition syriens (4).

Au début de 2013, la situation est loin d'être réglée. C'est la guerre totale, avec l'implication de divers États étrangers. Si l'Iran et la Russie arment le régime, le Qatar et l'Arabie Saoudite arment les rebelles. Certains autres États, par exemple la France et les États-Unis, réfléchissent toujours à la possibilité d'aider les groupes d'opposition. Lors du printemps 2013, alors que le conflit s'enlise, les États occidentaux s'inquiètent de la montée en puissance de groupes considérés comme djihadistes. En effet, ces derniers revendiquent des attentats qui sont faits contre le régime d'Assad. Qui plus est, ils enlèvent des journalistes occidentaux dès qu'ils en ont l'occasion. Cela crée donc l'inquiétude pour les Occidentaux de perdre le contrôle d'une rébellion dans laquelle plusieurs pays sont engagés (5).

C'est en 2014 qu'apparaît le groupe « État islamique » (EI). L'arrivée de ce groupe n'a en rien amélioré la situation. Bien au contraire, profitant de l'instabilité qui règne sur le territoire, il en est arrivé à contrôler le tiers de la Syrie. Devenant un groupe terroriste d'une influence incontestable, il ne fait qu'ajouter au chaos qui règne dans la région. Cette situation pousse plusieurs États étrangers à intervenir de nouveau militairement, mais uniquement contre l'EI, majoritairement sous forme de frappes aériennes. Il y a toutefois une exception du côté de la Russie qui, désirant soutenir le régime en place, concentre ses frappes sur les groupes rebelles. Tout cela a mené à la crise des migrants et (6), tout récemment, à une tentative de cessez-le-feu, accord qui a été négocié entre Moscou et Washington et qui est entré en vigueur le 12 septembre 2016 (7).

Le cessez-le-feu brisé

Le cessez-le-feu a été brisé trois jours après sa mise en place (8), lors de frappes menées par des avions, soit syriens, soit russes. Trois Syriens ont péri (9). Depuis la mi-septembre 2016, Moscou et Washington se lancent le blâme pour savoir qui l'a rompu.

Du côté des États-Unis, Washington accuse Moscou de poursuivre les raids en ignorant les catastrophes humanitaires qui se déroulent à Alep (10). Il l'accuse également d'avoir bombardé un convoi d'aide humanitaire (11). Quant à Moscou, il refuse d'interrompre la guerre, alléguant que cela équivaudrait à faire un cadeau aux terroristes (12).

Dans tous les cas, peu importe que ce soit Washington, Moscou, le régime d'Assad ou bien des rebelles qui ont fait stopper le cessez-le-feu, il semble improbable que la Syrie puisse connaître la paix dans les prochaines années.




Références:

1) SALLON, Hélène et Elvire Camus, « Du soulèvement populaire au conflit international, cinq ans de guerre en Syrie » Le Monde, 15 mars 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/visuel/2016/03... page consultée le 2 octobre 2016.

2) Radio-Canada, avec la collaboration de l'Agence France - Presse, Associated Press et Reuters, « L'accord de cessez-le-feu entre en vigueur en Syrie », 12 septembre 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International... page consultée le 2 octobre 2016.

3) Les Échos, « Syrie: Moscou et Washington au chevet d'une trêve déjà rompue », 16 septembre 2016, http://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/... page consultée le 2 octobre 2016

4) SALLON, Hélène et Elvire Camus, Op. Cit.

5) Ibid.

6) Ibid.

7) Radio-Canada, avec la collaboration d'Associated Press, « Les États-Unis et la Russie s'entendent sur un cessez-le-feu en Syrie », 9 septembre 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International... page consultée le 2 octobre 2016.

8) Les Échos, Op. Cit.

9) BOURREAU, Marie et Benjamin Barthe, « Le cessez-le-feu vacille en Syrie », Le Monde, 19 septembre 2016, http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/09/19/le-... page consultée le 2 octobre 2016.

10) REVISE, Nicolas et Maxime POPOV, avec la collaboration de l'AFP, « Syrie: Washington et Moscou au bord de la rutpure », La Presse, 29 septembre 2016, http://www.lapresse.ca/international/dossiers/cris... page consultée le 2 octobre 2016.

11) Le Monde, avec la collaboration de l'AFP et Reuters, « Pour Washington, Moscou est "responsable" du raid contre un convoi humanitaire en Syrie », 21 septembre 2016, http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/09/21/was... page consultée le 2 octobre 2017.

12) REVISE, Nicolas et Maxime POPOV, avec la collaboration de l'AFP, Op. Cit.

Dernière modification: 2016-10-10 11:44:56

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016