14 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

13 février 2016

Le grand flou européen


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2019
Manifestations mondiales en faveur de la lutte aux changements climatiques

septembre
2017
Réélection en Allemagne d’un gouvernement dirigé par Angela Merkel

juillet
2017
Début du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne

décembre
2015
Fin d’une année record pour l’immigration en Allemagne

septembre
2015
Adoption d'un plan par l'Union européenne afin de répartir 120 000 demandeurs d'asile

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

septembre
2013
Réélection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Angela Merkel

septembre
2009
Réélection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Angela Merkel

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

septembre
2005
Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Angela Merkel

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

septembre
2002
Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Gerhard Schröder

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

septembre
1998
Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Gerhard Schröder

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

octobre
1994
Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Helmut Kohl

Depuis les dernières années, l'Europe vit une crise existentielle profonde dont l'ancrage principal réside dans un sentiment d'insatisfaction palpable envers le projet d'intégration européenne.

Plus encore, cette insatisfaction prend aujourd'hui une tournure assez soutenue, car elle trouve un écho très fort dans le discours des partis populistes qui dénoncent le flou caractérisant le projet. Résultat : tout le paysage politique européen risque d'être bouleversé. Ces partis y prennent une place de plus en plus prépondérante et leur discours, souvent un prêt-à-porter politique séduisant, ratisse de plus en plus large.

Gains appréciables

L'Allemagne est un très bon exemple à cet égard. Qui aurait cru, lors des dernières élections législatives, qu'un parti à peine fondé (6 mois avant les élections) eut pu passer à un cheveu d'être représenté au Bundestag? Pourtant, Alternative for Germany a réalisé cet exploit et plus encore. À preuve, si des élections devaient avoir lieu aujourd'hui, il récolterait près de 12 % des suffrages (source : Der Spiegel). Il aurait aussi une représentativité beaucoup plus étendue dans les parlements régionaux et deviendrait donc une force incontournable au moment de la formation de coalitions gouvernementales, un phénomène habituel dans la vie politique allemande.

Mais ce n'est pas juste en Allemagne que cette avancée des mouvements populistes s'observe. C'est aussi le cas en France avec le Front National, au Danemark avec The Danish People's Party(devenu la 2e force au parlement depuis l'été dernier), en Norvège avec The Progress Party(qui fait partie du gouvernement) et même en Suède avec The Sweden Democrats, qui récolterait aujourd'hui près de 20 % des intentions de vote, ce qui en ferait la 3e force politique au pays.

Il est vrai que décider d'accorder son vote à un parti plutôt qu'à un autre est un phénomène politique complexe qui peut reposer sur plusieurs variables explicatives : affiliation idéologique, conjoncture politique/économique, âge, sexe, instruction, revenu, etc. Mais, au-delà de toutes ces considérations, aussi importantes soient-elles, deux facteurs prépondérants surgissent clairement : la crise des dettes souveraines et celle des migrants. Celles-ci ont probablement permis l'émergence (et le renforcement par la suite) de cette adhésion aux discours des partis populistes dans plusieurs pays d'Europe, notamment dans le Nord.

Discours séduisant

Le discours populiste ciblait au départ les ratées de l'aventure d'intégration européenne et avait exploité (à merveille) la lassitude d'une frange de la population de plus en plus agacée par le soutien financier récurrent accordé aux pays fragiles du sud de l'Europe, notamment à la Grèce.

Cela s'exprimait à travers certains éditoriaux acerbes ou encore par les différentes caricatures qu'on retrouvait dans certains journaux européens, allemands et hollandais en particulier. Dans un cas comme dans l'autre, le sentiment qui se dégageait le plus est celui d'avoir été dupé et abusé dans cette aventure d'intégration européenne plutôt floue, d'être ceux et celles qui en paient les frais, pour des pays qui ne veulent pas faire les efforts et les sacrifices nécessaires afin de se remettre sur pied.

Ce pattern sera réutilisé dans le cas de la crise des migrants, mais cette fois-ci afin de renforcer ce sentiment d'aliénation par rapport au pouvoir central de l'Union européenne (UE), celui de Bruxelles. Par exemple, le spectre de la sécurité permet d'opposer l'identité nationale et la protection de celle-ci face aux exigences que l'UE impose aux pays membres en matière de capacité d'accueil des réfugiés (les quotas). Il permet aussi de s'éloigner des discours politiques traditionnels, très aseptisés, et de parler des « vraies valeurs » pour les nationaux : immigration, sécurité, identité et culture nationales figurent donc au menu. Et si au passage, comme c'est le cas dans certains pays scandinaves, on peut allier ce message, généralement de droite, à celui de gauche, comme la préservation du modèle social et des acquis sociaux contre la méchante UE « néolibérale et austère », alors pourquoi pas?

Le grand flou!

Au-delà du fait que, pour l'instant, il semble s'opérer un remodelage du paysage politique européen, c'est ce que cette mouvance traduit comme malaise qui est encore plus sérieux.

Autrement dit, pourquoi ce sentiment d'insatisfaction face au projet d'intégration européenne est-il si présent à travers l'ensemble des pays ayant accepté cette aventure, autant dans le Nord que dans le sud de l'Europe?

Le chroniqueur au Financial Times Wolfgang Münchau, en affirmant en 2011 que l'aventure d'intégration européenne (la zone euro en premier) « reposait sur trois piliers : l'ambiguïté, la fuite et le mensonge », avait peut-être exprimé une partie de la réponse à cet égard.

Si le mensonge (les manipulations financières de la Grèce) et la fuite (le laxisme budgétaire de certains pays) semblent être réglés ou sur la voie de l'être, l'ambiguïté, elle, demeure totale. En effet, les raisons de cette alliance européenne, le choix des partenaires, les avantages et les inconvénients qui y sont associés : tout ça semble encore ambigu et le devient davantage à la première crise qui survient, que celle-ci renvoie à des difficultés financières ou encore à des considérations sécuritaires.

Mais, il y a de l'espoir à l'horizon : l'éventuel référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE prévu d'ici la fin de 2017. Pour l'avenir de l'UE, ce sera certainement le vrai test.

Peut-être aussi le dernier!



Dernière modification: 2016-03-14 08:24:14

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'Allemagne ouvre la porte au cannabis
>février 2019


Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire
>octobre 2018


L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das
>avril 2018


Grève historique en Allemagne
>mars 2018


Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé
>février 2018


Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe
>janvier 2018


Vers une étrange répétition de l'histoire ?
>janvier 2018


Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?
>décembre 2017


Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante
>novembre 2017


Le B.R.I.C.S parmi les grandes puissances du G20 à Hambourg
>octobre 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019