10 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 octobre 2016

Encore un Européen en tant que secrétaire général de l'ONU


Corinne Prince
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2017
Entrée en fonction d’Antonio Guterres au poste de secrétaire général des Nations unies

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

décembre
1999
Rétrocession de Macao à la Chine

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1986
Élection de Mario Alberto Soares à la présidence du Portugal

juin
1985
Signature des traités d'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la Communauté économique européenne

juillet
1976
Annexion du Timor oriental par l'Indonésie

avril
1976
Tenue d'élections multipartites au Portugal

novembre
1975
Proclamation d'indépendance de l'Angola

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

juin
1975
Proclamation d'indépendance de la République populaire du Mozambique

septembre
1974
Accession de la Guinée-Bissau à l'indépendance

avril
1974
Renversement du gouvernement (révolution des oeillets) au Portugal

Ban Ki-moon terminera son mandat de secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) le 31 décembre 2016, emploi qu'il considère comme « le plus impossible du monde (1) ». En effet, un emploi de cette envergure ne peut pas être tenu par n'importe qui, bien qu'il y ait treize candidats et candidates présentement en lice pour le remplacer.

Un nouveau processus

Dans l'article 97 de la Charte des Nations unies, il est inscrit que « le secrétaire général est nommé par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité (2) », ce qui n'est pas la règlementation la plus claire. Par conséquent, le processus de sélection du prochain secrétaire général de l'ONU a récemment été modifié en septembre 2015 afin qu'il soit plus transparent (3). Cette résolution indique que, désormais, les candidats doivent communiquer leur curriculum vitae, leurs motivations ainsi que leurs idées à l'ensemble des 193 États membres. Aussi, le 12 avril marqua la première séance ouverte de sélection du secrétaire général. Effectivement, pour la première fois depuis 71 ans, il y a obligation de débats publics afin que les représentants des 193 pays membres puissent questionner les candidats sur différents enjeux (4).

Auparavant, seul le Conseil de sécurité avait accès aux informations des candidats, puisque c'est lui qui réalisait seul la première étape du processus. Première étape qui est simplement une réunion privée afin d'émettre une recommandation, puisque l'article 48 du Règlement intérieur provisoire du Conseil de sécurité stipule que « toute recommandation à l'Assemblée générale concernant la nomination du Secrétaire général doit être discutée et décidée lors d'une réunion privée (5). » S'il y a plusieurs candidats en lice, comme c'est le cas cette année, le Conseil procède à 5 tours de scrutin informel lors desquels les 15 pays peuvent indiquer une de ces trois mentions à chaque candidat : « encouragement », « découragement » ou « sans opinion » (6).

Or, pour les prochains tours, seulement les 5 membres permanents du Conseil de sécurité s'exprimeront, soit la Chine, les États-Unis, la France, la Russie et le Royaume-Uni. Ils pourront également exercer leur droit de veto, qui pourrait éliminer un candidat de la course. Le scrutin se poursuit jusqu'à ce qu'un candidat ait neuf voix en sa faveur et aucun veto (7). Lorsqu'ils parviennent à un consensus, la recommandation est effectuée à l'Assemblée générale, qui l'accepte par tradition.

Présentement, 5 tours de scrutin ont été effectués et le sixième aura lieu le 5 octobre 2016 (8). Ce sera d'ailleurs le premier tour où les droits de veto pourront être exercés.

Les Européens toujours en tête

À l'issue du cinquième tour, il restait neuf candidats en lice (9). Antonio Guterres est le candidat qui a obtenu le plus de votes d'encouragement pendant les 5 premiers tours de scrutin. Il a été premier ministre du Portugal entre 1995 et 2002 ainsi que haut-Commissaire aux réfugiés des Nations unies de juin à décembre 2005. Il a donc déjà de l'expérience au niveau de l'ONU ainsi qu'une renommée dans son pays natal, étant donné les nombreux rôles qu'il a occupés.

Le Serbe Vuk Jeremic est arrivé second lors du cinquième scrutin. Il est l'ancien ministre serbe des Affaires étrangères de 2007 à 2012 (10). Avant de faire son entrée en politique, il a travaillé dans de nombreuses institutions financières, comme la City de Londres. Un des points négatifs est qu'il ne semble pas parler français, l'une des deux langues utilisées par le Secrétariat de l'ONU.

Le troisième candidat à avoir obtenu le plus de votes est Miroslav Lajcak, qui est ministre slovaque des Affaires étrangères depuis 2012. Ce candidat a un curriculum vitae plus qu'intéressant pour le poste. Effectivement, il a été diplomate pendant de longues années à Moscou, puis au Japon. En 2011, il occupe la position d'ambassadeur à Belgrade. Finalement, il est nommé haut représentant international en Bosnie-Herzégovine en 2007.

Il y a également plusieurs autres candidats en lice, soit : Susana Malcorra (Argentine), Danio Türk (Slovénie), Helen Clark (Nouvelle-Zélande), Srgjan Kerim (Macédoine), Kristalina Gueorguiva (Bulgarie) et Natalia Gherman (Moldavie).

Nette avance pour le candidat portugais

Les analystes sont presque unanimes : Antonio Guterres est le candidat qui est en meilleure position pour accéder à la victoire. En effet, il est le seul à avoir obtenu le nombre d'encouragements suffisants pour gagner lors du dernier scrutin (11). De plus, le président de l'Assemblée générale a précisé que le candidat retenu devait avoir « des capacités de gestionnaire et de leadership, une longue expérience des relations internationales, ainsi que des talents diplomatiques, linguistiques et de communication (12) ». Il va sans dire que le candidat portugais a toutes ces qualités.

Le seul bémol est que le prochain secrétaire général de l'ONU devrait provenir de l'Europe de l'Est, puisque c'est la seule région qui n'a pas eu de candidat élu jusqu'à maintenant (13). De plus, plusieurs souhaiteraient voir une femme à la tête de l'organisation, puisqu'il n'y a eu que des hommes depuis sa création (14). Bref, même s'il est le candidat ayant le plus d'encouragements, Guterres ne remplit pas ces deux critères implicites. Par conséquent, la Russie pourrait imposer son veto, puisqu'elle s'est prononcée en faveur qu'une femme d'Europe de l'Est occupe le poste (15).

Tout porte à croire que les prochains scrutins seront forts intéressants et très révélateurs. Le nom du prochain secrétaire général de l'ONU sera dévoilé très bientôt, des sources à l'interne ayant révélé que Moscou et Washington souhaitaient clôturer le processus dès octobre (16).




Références:

1. RTS INFO. «"Secrétaire général de l'ONU, le job le plus impossible du monde"», 3 octobre 2016, http://www.rts.ch/info/monde/8062508--secretaire-g... (Page consultée le 4 octobre 2016).

2. NATIONS UNIES. « Chapitre xv : le secrétariat », 2016, http://www.un.org/fr/sections/un-charter/chapter-x... (Page consultée le 4 octobre 2016).

3. NATIONS UNIES. « L'Assemblée générale préconise un processus de sélection du Secrétaire général plus transparent et invite les États à encourager la candidature de femmes », 11 septembre 2015, http://www.un.org/press/fr/2015/ag11677.doc.htm (Page consultée le 4 octobre 2015).

4. BÉRAUD, Anick. « Un processus sans précédent pour remplacer Ban Ki-moon à l'ONU », Radio-Canada, 12 avril 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International... (Page consultée le 4 octobre 2016).

5. NATIONS UNIES. « Procédure de nomination », 2016, http://www.un.org/fr/sg/appointment.shtml (Page consultée le 4 octobre 2016).

6. GOTEV, Georgi. « Georgieva s'immisce dans la course à la succession de Ban Ki-moon», EuroActiv, 27 septembre 2016, https://www.euractiv.fr/section/elections/news/geo... (Page consultée le 4 octobre 2016).

7. NICHOLS, Michelle. « Guterres en tête de l'élection du secrétaire général de l'Onu », L'OBS, 26 septembre 2016, http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160926.REU6... (Page consultée le 4 octobre 2016).

8. LOUIS, Marieke. « L'autre élection », La vie des idées, 3 octobre 2016, http://www.laviedesidees.fr/L-autre-election.html (Page consultée le 4 octobre 2016).

9. NICHOLS, Michelle. Op. cit.

10. BARGACH, Maati. « ONU: qui sont les candidats à la succession de Ban Ki-moon? », Les voix du monde, 21 juillet 2016, http://www.rfi.fr/ameriques/20160413-onu-neuf-cand... (Page consultée le 4 octobre 2016).

11. NICHOLS, Michelle. Op. cit.

12. SAMPSON, Ximena. « Vent de changement à la tête de l'ONU », Radio-Canada, 29 juillet 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international... (Page consultée le 4 octobre 2016).

13. loc. cit.

14. NATIONS UNIES. « Anciens Secrétaires généraux », 2016, http://www.un.org/fr/sg/formersgs.shtml (Page consultée le 4 octobre 2016).

15. AFP. « Chef de l'ONU: la Russie favorable à une femme, venue d'Europe de l'Est », Romandie, 4 octobre 2016, http://www.romandie.com/news/Chef-de-lONU-la-Russi... (Page consultée le 4 octobre 2016).

16. GOTEV, Georgi. Op. cit.

Dernière modification: 2016-10-10 11:48:00

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les conséquences de la sécheresse ressenties au sein du gouvernement portugais
>janvier 2018


Encore un Européen en tant que secrétaire général de l'ONU
>octobre 2016


L'Espagne et le Portugal : une population en danger d'extinction ?
>avril 2016


Une élection présidentielle portugaise sans surprise
>février 2016


Portugal : la coalition de droite conserve le pouvoir
>octobre 2015


Un contexte difficile au Portugal
>septembre 2014


Entre récession et austérité, le gouvernement portugais agit
>septembre 2013


Nouvelles mesures d'austérité au Portugal : chronique d'un désastre annoncé
>novembre 2012


Une bouffée d'oxygène pour le Portugal
>septembre 2011


Portugal 2011: sans surprise, le président Anibal Cavaco Silva remporte la présidentielle
>février 2011


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019