16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 septembre 2005

Ariel Sharon veut la paix


Laetitia Mfamobani
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Élections législatives en Israël

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

mars
2015
Élections législatives en Israël

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

janvier
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

janvier
2013
Élections législatives en Israël

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

juillet
2006
Début d'un conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban

janvier
2003
Tenue d'élections législatives en Israël

février
2001
Élection en Israël d'un gouvernement dirigé par Ariel Sharon

septembre
2000
Début d'un deuxième soulèvement (intifada) en Palestine

octobre
1998
Signature des accords de Wye Plantation entre Israël et l'Autorité nationale palestinienne

novembre
1995
Assassinat du premier ministre israélien Yitzhak Rabin

septembre
1993
Signature d'un accord de paix israélo-palestinien à Washington

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

décembre
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

septembre
1984
Formation en Israël d'un gouvernement d'union nationale dirigé par Shimon Peres

juin
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

Le 15 septembre 2005, le premier ministre israélien Ariel Sharon a prononcé un discours historique à la tribune des Nations Unies. Devant un parterre de chefs d'État et de gouvernements réunis à New York pour fêter le soixantième anniversaire de l'Organisation des Nations Unies (ONU), Sharon a invité les Palestiniens à ?uvrer avec lui pour la paix.

Cette déclaration a été formulée dans un contexte bien particulier. Au mois d'août dernier, le gouvernement israélien avait procédé à l'évacuation de 21 colonies juives de la bande de Gaza (environ 8500 personnes). Le litigieux territoire de Gaza, occupé par Israël depuis 38 ans, est alors passé sous contrôle palestinien. Rappelons que le conflit israélo-palestinien est d'actualité depuis un peu plus de 50 ans. Ariel Sharon déclare vouloir la paix et le succès que lui procure le retrait de la bande de Gaza, lui permet d'affirmer avec assurance que « l'État d'Israël a montré qu'il est disposé à faire des concessions douloureuses afin de résoudre le conflit avec les Palestiniens (1) ». Puis s'adressant directement aux Palestiniens, il a déclaré que « maintenant c'est au tour des Palestiniens de prouver leur désir de paix ».

Lors de cette allocution, le premier ministre israélien a fait une déclaration historique. Devant ses pairs, Ariel Sharon a en effet, reconnu le droit des Palestiniens à un État : « Ils ont eux aussi droit à la liberté et à une entité nationale souveraine » a-t-il affirmé. Dans son propos, Sharon a émis le v?ux de respecter la feuille de route : il s'agit du plan de paix pour le Moyen-Orient initié par l'ONU, l'Union Européenne, la Russie et les États-unis. Ce plan prévoit, entre autres, la création d'un État palestinien indépendant. Le premier ministre Sharon a ajouté qu'il voulait se conformer aux accords de paix de Sharmel Sheikh signés en Égypte au lendemain de l'élection du président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas : « J'espère qu'il sera possible, à travers eux de renouer le processus politique ».

Or, lorsque Ariel Sharon affirme que les dirigeants palestiniens se doivent de « mettre fin au terrorisme et à ses infrastructures, d'éliminer le régime anarchique des gangs, et de mettre fin à l'incitation à la haine et à l'endoctrinement contre Israël et les Juifs », il conditionne la reprise du dialogue entre les deux peuples; l'autorité palestinienne doit donc prouver qu'elle est capable d'assurer le maintien de la sécurité sur l'ensemble de son territoire, surtout dans la bande de Gaza désormais sous son autorité. Sharon prévient tout de même les autorités palestiniennes que: « tant que cela ne sera pas fait, Israël saura se défendre des horreurs du terrorisme ».

Bien que M. Sharon ait fait preuve de bonne volonté à l'endroit des Palestiniens, il a quand même tracé les limites de son ouverture. Certaines revendications palestiniennes sont d'ores et déjà jugées irrecevables par Israël. Prenant à témoin la communauté internationale, Ariel Sharon avait en effet débuté son discours en affirmant : « Je viens ici de Jérusalem, la capitale du peuple juif depuis plus de 3000 ans, et la capitale indivisible et éternelle de l'État d'Israël; » il laisse donc entendre que le partage de Jérusalem revendiqué par les Palestiniens n'est pas à l'ordre du jour. Dans son discours, le premier ministre a également confirmé la poursuite de la construction de la controversée barrière de sécurité qui entoure une partie de la Cisjordanie et la divise en plusieurs endroits. Il justifie son action par le souci de protéger ses concitoyens : « Nous continuerons la construction jusqu'à ce qu'elle soit achevée ». Par le fait même, Sharon ignore donc une importante revendication palestinienne ainsi que la décision de la Cour internationale de justice qui déclarait en 2004 que cette barrière était illégale.

Plusieurs experts s'accordent pour dire que le discours d'Ariel Sharon à la tribune de l'ONU, le 15 septembre dernier, est porteur d'espoir. Toutefois l'ambiguïté que révèle ce discours suscite une interrogation : son auteur est-il sincère?




Références:

(1) PILCZER, Simon. « Texte du discours d'Ariel Sharon à l'Assemblée Générale de l'ONU, le 15 septembre 2005 », desinfos.com, [En ligne], 16 septembre 2005, http://www.desinfos.com/article.php?id_article=3752 (Page consultée le 25 septembre 2005)

ONU. « Ariel Sharon appelle les Palestiniens à prouver leur désir de paix en luttant contre le terrorisme » , ONU, [En ligne], 15 septembre 2005, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=11... (Page consultée le 25 septembre 2005)

LEMONDE.FR. « Ariel Sharon demande aux Palestiniens de s'engager pour la paix », lemonde.fr, [En ligne],16 septembre 2005, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3218,36-... (Page consultée le 25 septembre 2005)

RADIO-CANADA.CA. « Ariel Sharon tend la main aux palestiniens », radio-canada.ca, [En ligne], 15 septembre 2005, http://www.radio canada.ca/nouvelles/ International/nouvelles/ 200509/15/007-ONU-Jeudi-Sharon.shtml (Page consultée le 25 septembre 2005)

BRINKLEY, Joel. « Sharon dit aux Nations Unies : Il est temps pour les Palestiniens d'avancer vers la paix », www.nytimes.com, [En ligne], 16 septembre 2005, http://www.ism-france.org/news/article.php?id=3569... (Page consultée le 25 septembre)

LE MONDE. « Ariel Sharon : ?C'est aux palestiniens de prouver qu'ils veulent la paix' », lemonde.fr, [En ligne], 16 septembre 2005, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3218,36-... (Page consultée le 25 septembre 2005)

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Israël : quand la gauche chute à droite
>mars 2018


Israël : un pays de contrastes socio-économiques
>janvier 2018


Avi Gabbay : rejoindre des votes de centre-droit avec un parti de gauche
>janvier 2018


Conflit syrien : rencontre entre la Russie et Israël
>octobre 2017


Crise identitaire à l'UNESCO
>octobre 2017


Shimon Pérès : un bilan ambigu
>janvier 2017


Réconciliation à intérêts partagés entre Israël et la Turquie
>septembre 2016


Le Foyer juif brouillera-t-il les cartes aux élections israéliennes ?
>février 2015


La place de l'or bleu dans le conflit israélo-palestinien
>février 2015


Cessez-le-feu entre Israël et la Palestine : du déjà-vu...
>octobre 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016